Among The Living
Chroniques Albums

REX BROWN – Smoke On This

REX BROWN Smoke on This REX BROWNSmoke On This

Sortie le 28 juillet 2017 via Steamhammer / SPV

Facebook


Il y a parfois des albums que l’on prend un grand plaisir à chroniquer tant la « découverte » est agréable et la surprise réelle. Smoke On This fait partie de ceux-là.
Probablement que le nom de Rex Brown ne parlera pas à beaucoup d’entre vous, mais le bonhomme a un palmarès  discographique plus que respectable ainsi qu’une carrière remarquable.
Il suffit de citer PANTERA, DOWN, CROWBAR et plus récemment KILL DEVIL HILL pour donner une idée du calibre du lascar. Ayant toujours tenu la basse dans les diverses formations traversées, c’est à la six cordes et au chant que l’on retrouve Rex Brown pour son premier album solo, livrant une facette intime et surprenante de l’artiste.
Incontestablement Rex avait besoin d’un solide retour à des fondamentaux, à l’image d’un exorcisme salvateur d’une carrière riche en évènements pas toujours heureux. 
Attention, l’album navigue sur les flots calmes et profonds des seventies, avec une touche de modernité ainsi qu’une sensibilité à fleur de peau. Pour se faire une idée, écoutez-moi ce Buried Alive, traitant de la perte de Dimebag Darrell, à la fois grave et aérien.
Les références sont légions dans  Smoke On This,  révélant la vénération pour les cadors  du rock au sens large des seventies. Grand fan devant l’éternel de LED ZEPPELIN, de BLACKFOOT et autres pointures du genre, celui qui avoue avoir un panel d’écoute allant de SINATRA à SLAYER  nous livre ici un opus remarquable et aux sonorités surprenantes.


rex brown



L’homme est tout en nuance à l’instar de son album. Fault Line par exemple et son introduction aux guitares aux sonorités hawaïennes ou encore Grace et sa texture funky en passant par ce Get Yourself Alright aux allures de Strawberry Fields Forever (THE BEATLES) vitaminé au rock‘n’roll rugueux version tandoori.

On y retrouve de tout, mais attention ce n’est pas un foutoir sans queue ni tête. On sent bien ici que Rex nous livre l’album d’une certaine réconciliation avec soi-même, de ceux qui agissent comme un exutoire à une vie qui ne laisse parfois que peu de place à l’expression sincère de ses sentiments. L’exercice de l’album solo en est le parfait moyen, qui plus est quand il porte simplement le nom de l’artiste comme pour écarter toutes interférences extérieures.
Multi instrumentiste, Rex y pose les lignes de basse bien entendu, mais tient aussi le chant. Je dois dire que j’ai été séduit par sa voix, collant parfaitement au sujet avec cette texture à la fois suave et rocailleuse, un peu comme celle de Ricky Warwick qui officiait au sein de THE ALMIGHTY.
Pour ce qui est des percus, il a confié le boulot au cogneur d’ACCEPT Christopher Williams, et pour les claviers à Peter Keys de LYNYRD SKYNYRD.
L’exercice, bien que souvent périlleux, est à la hauteur de la réputation du bonhomme. Les compositions ainsi que la production sont somptueuses. Les parties guitares sont savoureuses et remarquables. Rex Brown est un artiste accompli. Il en donne ici la preuve (s’il était besoin de la fournir). Traversant les émotions  Smoke On This est une véritable bouffée d’air frais, un must have 2017. 

 


Tracklistings:

CD Digi Pack Version

 

Lone Rider

Crossing Lines

Buried Alive

Train Song

Get Yourself Alright

Fault Line

What Comes Around…

Grace

So Into You

Best Of Me

One Of these Days

LTD. Edition Vinyl Version (1LP + CD)

Side A

 

Lone Rider

Crossing Lines

Buried Alive

Train Song

Get Yourself Alright

Fault Line

Side B

 

What Comes Around…

Grace

So Into You

Best Of Me

One Of these Days


Related posts

SUIDAKRA – Eternal Defiance

Stephan Birlouez

COREY TAYLOR – CMF2

Stephan Birlouez

Igorrr – Spirituality and Distorsion

Hijo Hito

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.