Among The Living
Chronique Album

RORCAL – Muladona

RORCAL – Muladona

RORCAL – Muladona

 

Sortie 1 Novembre 2019
  
Yonni – Vocals
Bruno – Bass
JP – Guitares
Diogo – Guitares
Ron – Drums

Imaginez-vous, posé dans un canapé, un fond sonore typique d’un film d’épouvante, au moment où on est sur le qui-vive, vous voyez ? Une voix monocorde vous narre une histoire et le son monte, la batterie vient enfoncer votre mal-être au plus profond de votre repli. Le glauque se retire petit à petit, la voix continue et termine sa première histoire, This is How I Came to Associate Deowning With Tenderness, l’ambiance est installée, alors en route…

                Le second titre vient me vriller le cervelet, c’est intensément noir et malsain, c’est fat ! On se fait laminer en lenteur et en lourdeur. C’est d’une intensité incroyable et, soudain, les blasts surgissent histoire de bien imprimer que vous êtes à la merci de la Muladona. Le titre suivant amplifiera cette sensation, clôturera la face A, ainsi les trois premières nuits étant faites, il s’agira de la démasquer avant la septième…ah mince, je crois que je vous dois une explication…

                Alors, RORCAL, sur ce cinquième album, a décidé de mettre en musique, si je puis dire, le roman d’Éric Stener Carlson, Muladona, conte d’horreur cérébral racontant l’histoire d’un enfant livré à lui-même et se retrouvant confronter à une légende qui prend vie. Il a, alors, sept nuits pour deviner le vrai nom de cette horrible créature sinon elle le trainera en enfer.

                La face B se met en rotation, la quatrième nuit démarre et le matraquage rythmique bien doom, syncopé de blasts, vous attrape et vous entraine de nouveau là où vous étiez resté la nuit précédente. Ce disque est monstrueux dans tous les sens du terme, d’abord par le sujet traité et surtout par la qualité musicale avec laquelle c’est exécuté. L’ambiance malsaine vous colle à la peau amplifiée par des paroles parfois en growls doublées par une voix narrative, sur Carnation…. en particulier.

                Quand finalement, on arrive à la septième nuit, I Was The Muladona’s Seventh Tale, on retrouve un peu l’esprit du premier titre mais tournant en une sorte de combat, que l’on imagine entre la Muladona et l’enfant…la mélodie est dantesque et stoppe net, la narration reprend son cour pour vous expliquer ce dont il en retourne.
                Pour ma part, je ne spolierai pas l’histoire, je vous ai raconté cet album à ma manière car il fait partie , dorénavant des incontournables de ma discographie, j’ai du mal à ne pas l’écouter régulièrement, sans doute que la Muladona guète……..


Track list

This Is How I Came To Associate Drowning With Tenderness.

She Drained You Of Your Innocence, And You Poisoned Her With It.
I’d Done My Duty To My Mother And Father. And More Than That, I’d Found Love.
A Sea Of False Smiles Hiding Murder, Jealousy And Revenge.
Carnation Were Not The Smell Of Death. They Were The Smell Of Desire.
The Only Constant In This World Is Blackness Of The Human Heart.
I Was The Muladona’s Seventh Tale.

 


 

Related posts

NO ONE IS INNOCENT – Propaganda

Stephan Birlouez

WILD DAWN – Bloody Jane’s Shore

Stephan Birlouez

ROYAL TUSK – Tusk II

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.