Among The Living
Chroniques Albums

Shaârghot – Let Me Out – Vol. III

ShaârghotLet Me Out – Vol. III

Étienne Bianchi (Le Shaârghot) – Chant
Brun’O Klose – Guitare
Clémence Dufieux (Clem-X) – Basse
Paul Prevel (B-28) -, guitare
Olivier Hurtu (O. Hurt//U) – Batterie

Voici enfin arrivées les nouvelles aventures de Shaârghot. Et cette fois-ci la créature et ses troupes, les shadows, ont semble-t-il, décidé de sortir des bas-fonds de la Cité-Ruche pour commencer à semer le chaos dans cette mégapole surpeuplée et dirigée par le Great Eye.

J’avais lu ici et là que ce nouvel album serait peut-être plus metal que les précédents, mais au final on reste dans l’univers musical que le groupe a construit depuis plus d’une décennie. Au rayon nouveauté, le groupe a récupéré un deuxième guitariste en studio et sur scène. Et l’ambiance sonore, qui accompagne les morceaux tout au long de l’album, est encore plus présente que sur les précédents albums, donnant plus de poids à l’histoire que le groupe raconte.

Avec Volume III Shaârghot semble encore plus énervé que par le passé (je vous promets c’est possible) mais également plus organique en s’amusant à détruire certaines références musicales pour mieux les recycler. Entre des morceaux aux rythmiques typiquement indus sur Life and Choices ou Great Eyes et d’autres titres comme Ghost in the Walls ou le magnifique Are You Ready flirtant avec une ambiance presque paranormale, Volume III va vous hypnotiser, vous surprendre.



Rares sont les albums qui peuvent s’écouter d’une traite sans que l’on réalise totalement ce qui se passe. Une fois le final terminé avec Something In My Head, on se retrouve surpris d’être arrivé au terme de l’album. Et c’est avec un plaisir non dissimulé qu’on relance la bête dans son intégralité.

Volume III est un album exceptionnel dans sa composition, son énergie, ses idées et la puissance qu’il dégage. C’est sans doute celui qui incarne le mieux le concept de Shaârghot, qui parvient parfaitement à nous plonger dans leur histoire et leur univers aux multiples influences, de la musique au cinéma en passant par la BD, la littérature et même les jeux de rôle (J’aurais aimé avoir les morceaux de Shaârghot il y a une trentaine d’années pour mes parties de Shadowrun !).

A l’heure où la scène metal-indus française semble se faire de plus en plus discrète, Shaârghot se développe au point d’exploser les frontières pour mieux envahir le monde.


Related posts

BYSSHE – Forever in the Eye of Change

Stephan Birlouez

U.D.O. & Musikkorps der Bundeswehr

Bull

GREYWIND – Afterthoughts

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.