Among The Living
Chroniques Albums

SIMO – Let Love Show The Way

SimoSIMO – Let love show the way

Adam Abrashoff: batterie
Elad Shapiro: basse
Jd Simo: chant, guitare

Site

FB


 

Quel plaisir d’écouter un album comme celui de SIMO avec son Let Love Show The Way, véritable pépite rock’n’roll qui groove comme jamais. Brillant et jouissif,  cet opus conçu à la Big House, à Macon, en Géorgie dans l’antre du Allman Brothers Band, est pour moi une révélation.
SIMO c’est tout d’abord un virtuose de la 6 cordes, mais non pas en mode « démonstration » mais plutôt à vous caresser la fibre dans le sens du plaisir.

JD Simo (ex Don Kelley Band) nous délivre des compos venues tout droit de la période charnière qui lie les 60’s aux 70’s. Inspiré et remarquablement produit, ce  Let Love Show The Way  flatte mes sens.
Ecoutez-moi ce Stranger Blues qui se love le long des câbles de vos enceintes à la manière d’un Strange Days des Doors (La comparaison s’arrête là). Remontant le long de votre échine,  il finit  par exploser son Rock tinté de blues de manière magistrale, vous plongeant au cœur  de la Géorgie natale de Little Richard.
Can’t Say Her name et son rythme lancinant sur lequel Simo vient plaquer un solo assassin est un modèle du genre.  Savoureux et efficace.

Une incursion dans un Stoner de très bon ton avec le magnifique I Lied, et ses soli à la Wah Wah qui vous sèchent sur place avec son coté bien sale et rocailleux.



Le bonhomme est juste une machine à remonter le temps. Loin de nous débiter des « classiques » déjà resservis moult fois, il a un phrasé et une patte bien à lui. Quel toucher, quel son (qu’il tire habillement d’une Les Paul (57 il semblerait), comme on peut l’entendre sur le magnifique et psychédélique Long may You Sail.
Simo c’est Hibernatu : le look est là, la sensibilité et le talent. I’ll Always be Around aurait pu être un titre oublié des Lynyrd Skynyrd, sur lequel planerait la touche d’Allen Collins.
Cerise sur le gâteau, le lascar chante ! Et je peux vous dire que la voix est à la hauteur du talent du bonhomme. Parfaitement calibré pour son jeu, Simo s’accompagne sans faillir un instant.

Le trio vous emmène dans une folle escapade, fleuretant  avec le road movie, qui vous conduit à travers les paysages d’une Amérique rurale et chatoyante.  Entouré de Adam Abrashoff aux futs et de Elad Shapiro à la basse, autant vous dire qu’il est en bonne compagnie.

Autre pépite de délicatesse que ce « presque » acoustique Today I Am Here. Véritable perle de douceur, Simo y livre un coté tendre et voluptueux. Un vrai régal.

Vous l’aurez compris, je commence l’année par la chronique d’un album qui trônera forcément dans mon top 2016. Variant les plaisirs, d’un Rock pur à la Little Richard à des riffs Hendrixiens en passant par des fondamentaux inspirés par les Allmans Brother et autre Lynyrd Skynyrd, Simo nous livre un Let love show the way brillant et incontournable pour tout amoureux du rock sudiste (mais pas que) authentique.  Cet opus est un must have, faites-moi confiance vous ne le regretterez pas.


 

Tracklist

Stranger Blues
Two Timin’ Woman
Can’t Say Her Name
I Lied
Please
Long May You Sail
I’ll Always Be Around
Becky’s Last Occupation
I’d Rather Die In Vain
Today I’m Here
Let Love Show The Way [Bonus Track]
Ain’t Doin’ Nothin’ [Bonus Track]
Please Be With Me [Bonus Track]


Related posts

NECROPHOBIC – DAWN OF THE DAMNED

New Wire

CELKILT – The Next One Down

Stephan Birlouez

Komintern Sect – Des jours plus durs que d’autres

Yann Fournier

2 commentaires

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.