Among The Living
Chronique Album

SINISTRAL KING – Serpent Uncoiling

SINISTRAL KING - Serpent Uncoiling

SINISTRAL KINGSerpent Uncoiling

Sortie le 24 Avril 2020

 


SINISTRAL KING nous livre ici leur premier opus avec Serpent Uncoiling. Le trio est en fait un side project de membres de groupes d’horizons différents, comme UNLIGHT, TRIUMPH OF DEATH et VREDEHAMMER.
SINISTRAL KING se trouve à la croisée des genres, avec des guitares en exploration résolument Thrash, des rythmiques ancrées profondément dans le Black Metal et une atmosphère somme toute très mélodique et sombre. Le chant accentue cette impression de fusion des genres, entre le Death et le Black, tantôt froid et captivant, mais aussi atmosphérique.
Avec Serpent Uncoiling, on se retrouve sur les terres d’un ROTTING CHRIST. Les influences des différents horizons des membres fonctionnent bien.
L’ouverture sur le titre éponyme de l’opus est juste parfaite pour vous plonger dans les miasmes putrides distillés ici. L’ambiance y est oppressante, l’orchestration rendant parfaitement les ténèbres que l’on côtoie, avec des chœurs sépulcraux accompagnés de notes de piano inquiétantes. Avec son air martial et ses chœurs éthérés, le titre fait mouche.


SINISTRAL KING - Serpent Uncoiling


Les paysages sonores sont riches et immersifs. SINISTRAL KING vous emmène dans les profondeurs abyssales du mal et de la folie, sans pour autant vous y perde complètement.
On retrouve même sur Where Nothingness Precedes Cosmos un petit riff bien énervé et efficace qui n’est pas sans me rappeler le jeu de Waldemar Sorychta dans GRIP INC.
L’album est court, avec ses 41 minutes et cinq titres au compteur. Il faut dire que les compos font en moyenne plus de 8 minutes et sont intenses.
Serpent Uncoiling est un album immersif dont l’atmosphère noire et inquiétante s’insinue en vous pour ne pas vous lâcher durant toute l’écoute. SINISTRAL KING nous offre un très bon moment avec ce Serpent Uncoiling qui ravira les adeptes de black metal occulte titrant vers le death.


Serpent Uncoiling
Nahemoth
Isheth Zenunim
Fields Of Necromance

Where Nothingness Precedes Cosmos


 

Related posts

THE WOODEN PEARLS – Strip Me Loud

Stephan Birlouez

REDEMPTION – Angel

Stephan Birlouez

MISERY INDEX – Rituals Of Power

Le Masc

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.