Among The Living
Chroniques Albums

SMASHING PUMKINS – Monument to an Elegy

SMASHING PUMKINS - Monuments to an Elegy

SMASHING PUMKINS – Monuments to an Elegy


Première fois que j’ai l’occasion de faire une chronique sur un groupe qui a bercé mon enfance et que j’ai adulé au-delà du possible. Pas de chance car aujourd’hui je ne vais pas spécialement être tendre envers Billy Corgan et sa bande, les bien nommés SMASHING PUMKINS donc. Ayant saigné tous les albums du groupe de  Gish  à  Machina 1 The machines of god , en passant par  Adore  ou encore Siamese Dream  , j’avais été particulièrement déçu par  Zeitgeist  et j’avais complètement lâché l’affaire avec les opus suivants…heureux de constater que le combo officiai toujours ( enfin, surtout Corgan , car il a toujours eu l’art et la manière de faire passer les autres musiciens pour des pions depuis la reformation ), je me suis donc jeté sur ce 9 pistes pour voir de quoi il en retournait. Après 5 ou 6 écoute de cette galette mon avis est donc assez mitigé.

D’un côté l’on retrouve la voix inimitable de Corgan, certains arrangements qui, eux aussi, ont fait leurs preuves dans le passé ( One and All  ne vous rappelle rien ?), un mastering toujours soigné et des tempos parfois très lents et parfois résolument Rock ( Being Beige , exemple typique d’alliance entre l’émotion et la puissance).

D’un autre côté, on sent une influence électro qui ne me plait pas personnellement, sorte de beats échappés d’  Ava Adore  mais en raté ( Run2meMonument  qui me rappelle mes soirées Wave les plus ratées, l’intro de  Dorian  qui me fait tristement penser à BB Brune avec ce bruit de boite à rythme à en rendre jaloux un groupes de daube comme Fauve).

Également, une baisse de qualité dans l’écriture et surtout une perte totale ou presque de cette science des riffs ( Tiberius  qui pourtant est dans l’esprit de la citrouille,  Anaise ! , chiant à mourir, idem pour  Drum + Fife ) , qui m’avait scotché pendant deux décennies avec des titres comme Bullet with butterfly wingsEverlasting GazeStand inside your love  (Le clip des clips ! A mettre à coté , bien évidemment, de Tonight Tonight  ) et bien sur  Zero  ou encore des trucs plus simplistes mais non moins léchés comme  1979, Today et  Disarm  ( qui pour moi relève du chef d’œuvre et qui, 20 ans après, me fait dresser les poils sur les avants bras).

Contrairement à ce que je pourrais laisser paraitre, cet album n’est pas SI mauvais ( dans le sens ou Corgan a fait bien pire) et ne trahit en rien les fondamentaux de la musique de SMASHING PUMKINS , mais tout de même , on pourrait se demander s’il serait ou non opportun que notre ami chauve fasse un second break artistique, juste histoire de recharger la boite aux bonnes idées , celles où force et délicatesse cohabitent ensemble de la meilleure manière comme cela a été le cas pour les 5 premiers albums.

Related posts

LOS DISIDENTES DEL SUCIO MOTEL – Polaris

Stephan Birlouez

PROPHETS OF RAGE – Prophets Of Rage

Stephan Birlouez

DEVIL YOU KNOW – They Bleed Red

Byclown

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.