Among The Living
Chroniques Albums

SORTILEGE – Apocalypso

SORTILEGE - Apocalypso
SORTILEGE
Apocalypso

Sortie le 03 Mars 2023 via Verycords

Christian « Zouille » Augustin: Vocals
Bruno Ramos: Guitars
Olivier Spitzer: Guitar
Sébastien « Shag » Bonnet: Bass
Clément Rouxel: Drums


S’il existe un groupe mythique français de la scène hard rock encore aujourd’hui, c’est clairement Sortilège. Depuis les années 80, Christian Augustin, le ténor surnommé Zouille n’a cessé de chanter «Marchand d’hommes» et de scander avec ses fans « Sortilège ». Après une longue rupture avec la scène, Sortilège est de retour depuis 2021 avec un nouveau line-up rajeuni, à savoir les guitaristes Olivier Spitzer, compositeur et le soliste aérien Bruno Ramos. Pour la partie rythmique, s’ajoutent Sébastien Bonnet à la basse et Clément Rouxel à la batterie.

A quoi s’attendre avec un groupe aussi hard and heavy que Sortilège 40 ans plus tard ?

Une véritable bombe bien produite dans le studio de Sortilège durant 18 mois. Loin du classicisme des années 80, on reconnait bien le style et le son Sortilège avec un travail subtil sur les arrangements et un regain de modernisme des années 2020. Avec cette transition parfaite entre aujourd’hui et son passé, Sortilège propose un album sonique.

« Poseidon », dieu des mers, ouvre puissamment le disque avec un rythme tribal : c’est du heavy et vous allez pouvoir headbanger sans l’ombre d’un doute. « Attila », roi des Huns, avec Stéphane Buriez de Loudblast, se compose d’un tempo ralenti, avec ambiance pesante, de soli de guitares à l’ancienne. Stéphane Buriez vient poser son chant agressif ainsi qu’une partie parlée très théâtrale : on se croirait revenus dans les années 80, mais avec une production moderne.


sortilege
Photo @Nidhal photography

« Derrière les portes de Babylone », où figure Myrath, un groupe tunisien, nous transporte dans une atmosphère orientale et assez innovante pour le quintet.

« Le Sacre du Sorcier », c’est aussi du heavy, « Walkyrie » du power-metal qui parle d’une déesse et de la vierge au bouclier qui choisit son guerrier.

« La Parade Des Centaures », débutant sur un riff entêtant au son stoner, s’accompagne d’un riffing plus pesant et plus grave par la suite, d’un refrain dynamique, efficace et des interventions bestiales, à nouveau,  de Stéphane Buriez.

Comme tous les bons albums de hard ou de heavy, une ballade est de rigueur. Voici « Encore un jour », morceau triste, lent et mélodique, l’histoire d’un père qui a perdu son enfant.

« Trahison », c’est du métal épique qui clame « Je peux pardonner, je n’oublie jamais ».

Les deux derniers morceaux : « Vampire », qui démarre avec des voix sur un air mystique et « Apocalypso », avec ses roulements de batterie en intro, pourraient devenir des morceaux phares. « Apocalypso » est une pièce montée d’environ huit minutes, au cours de laquelle les claviers sont signés Kevin Codfert. C’est aussi un titre aux accents épiques et avec des transitions d’atmosphère.

Sortilèèèège, vous allez l’adorer ! Prêts à retrouver « Zouille » et ses acolytes sur scène ? En attendant, apprenez à scander les refrains de « Poseidon » et de «Vampire».


tracklist :
01. Poseidon
02. Attila (feat. Stéphane Buriez)
03. Derrière Les Portes De Babylone (feat. Myrath)
04. Le Sacre Du Sorcier
05. La Parade Des Centaures (feat. Stéphane Buriez)
06. Walkyrie
07. Encore Un Jour
08. Trahison
09. Vampire
10. Apocalypso (feat. Kevin Codfert)


Related posts

ALIEN WEAPONRY – Tangaroa

Bull

EKPYROSIS – The Taste Of Shadow

Byclown

RANGER – Speed And Violence

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.