Among The Living
Chroniques Albums

SOULBURN – Noa’s D’ark

SOULBURN - Noa's D'ark
SOULBURN
Noa’s D’ark

Sortie Novembre 2020

Twan van Geel – vocals/bass
Eric Daniels – guitar
Remco Kreft – guitar
Marc Verhaar – drums

 

Que peut-on trouver de mieux qu’un bon vieux death metal des familles en ces temps troublés et pour débuter l’année ? Allons donc  faire un tour du côté de la Hollande, terre fertile en death metal légendaire avec des formations telles que Pestilence, Asphyx, Gorefest ou encore Sinister et God Dethroned. Et dans notre cas présent nous avons Soulburn.

Ce dernier dont la ville d’origine est Oldenzaal est de retour avec “Noa’s D’ark” via le label Century Media. Ce nouvel opus succède à “Earthless pagan spirit” paru en 2016. Il est sorti le 13 novembre. Depuis “Feeding on angels” paru en 1998 la formation batave a sorti en tout et pour tout quatre albums au total pour une carrière d’environ vingt-cinq ans. Il est nécessaire de souligner le fait que la formation s’est mise en stand-by d’environ 1998 à 2014 pour son come back en fanfare avec “The suffocating darkness“.

Un changement de line-up a eu lieu depuis le précédent album à savoir le batteur Bob Bagchus est parti il y a deux ans déjà. Bienvenue à Mark Verhaar nouvel arrivant au poste. 

Le titre de l’album concerne l’Arche de Noé. Il s’agit donc d’un lien très précis avec la Bible. Plus concrètement c’est en rapport avec  le changement climatique et ses conséquences pour l’homme mais aussi il est question plus ou moins distinctement de vampirisme. Twan est d’ailleurs très branché par la lecture de Nietzsche. D’emblée on peut noter que les riffs possèdent cette coloration propre aux années 90. Avec la situation sanitaire que tout le monde connaît la conception de l’album s’est faite à distance. Eric le guitariste s’est chargé de la composition et a ensuite transmis ses parties de guitares aux autres membres. Et ça démarre fort avec “The Morgue of Hope” avec son riff écrasant au possible et son atmosphère lugubre. Cette piste est une excellente entrée en matière. Le titre de l’album est un peu mid-tempo sur les bords et ça leur réussit bien pour poser une vraie ambiance. “Tempter Ov the White Light” est complétement taillé pour la scène et donne une grande envie de headbanging frénétique. Au rayon des très bonnes surprises nous avons le plaisir de retrouver Martin Van Drunen sur “Anointed – Blessed – Born For Burning“. On peut songer à l’évidence à Asphyx du coup et à d’autres formations de renom.


SOULBURN


Le chant de notre hollandais est jouissif comme à l’accoutumée. Sa voix se juxtapose à merveille à celle de Twan. Deux très grands vocalistes dans ce style sont réunis ici pour le meilleur et uniquement le meilleur. Vous l’aurez compris cette piste est à écouter en priorité. La pochette de l’album représente un temple au Cambodge du nom de Phnom Chhnork. Ce lieu a été pris en photo par Twan lors d’un voyage. Et le rendu est plutôt agréable à voir. Certains morceaux sont très efficaces dans ce genre de death/doom mâtiné de black. Des vocaux clairs font leur apparition avec parcimonie comme par exemple sur “From Archaeon Into Oblivion“.

Il est à noter aussi que deux des membres du combo jouent aussi dans Graceless pour la petite histoire. Bien sûr le collectif a su insérer de sacrés mélodies liées à des paroles travaillées. Cela  entraîne de ce fait un aspect émotionnel déterminant. En d’autres termes il n’y est pas que question de brutalité pour faire simple. Les rythmes sont globalement diversifiés. Leur musique se veut donc raffinée quelque peu. La qualité des compositions est bien réelle. Les fans ont du patienter un bon moment mais le jeu en vaut la chandelle. Les soli sont parfaitement intégrés à l’ensemble et toujours sans excès. On peut aisément parler d’un groupe dont la maturité va grandissante. Il a su se recentrer sur ce death old school qui fait tant de temps de bien en ces temps agités. On peut noter un petit moment plus faible comme sur le morceau “Triumphant One” qui fait un peu remplissage.

Soulburn fait bel et bien parler la poudre sur ce quatrième album destiné aux inconditionnels du genre et à tout fan de très bon death metal qui se respecte. 


The morgue of hope
Noah’s D’Ark
Tempter of the white light

Anarchrist

Shrines of apathy
Assailed by cosmic lightning
Triumphant I
Anointed – Blessed – And Born For Burning
The Godless one
Fron Archaeon into Oblivion
 
Bonus
Abyssica
On the crimson wings of my ruin


Related posts

D-A-D – Dic nii lan daft erd ark

Stephan Birlouez

UNCUT –  From Blue (EP)

Stephan Birlouez

LOATHE /  HOLDING ABSENCE  – This IS As One (EP)

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X