Among The Living
Chroniques Albums

STRATOVARIUS – Eternal

stratovarius eternalSTRATOVARIUS – Eternal

Sortie le 11 septembre 2015

Timo Kotipelto – lead vocals
Jens Johansson – keyboards
Lauri Porra – bass, live backing vocals
Matias Kupiainen – guitars, live backing vocals
Rolf Pilve – drums


Les pionniers (ou presque) increvables du power métal, les finnois de STRATOVARIUS, remettent le couvert, deux ans après le très bon   Nemesis , avec leur nouvelle galette, la 16eme en presque 30 années de carrière,  Eternal .

Clairement, le charme et la dynamique que j’avais adoré dans Nemesis ne sont que peu présent dans cet opus qui, un peu trop linéaire et convenu, en deviendrait chiant .Où ont bien pu passer ces refrains, sonnant comme des hymnes, tels « Unbreakable » ou encore «  Dragons » sur le précédent opus ? Où sont passés les solos ultra chiadés, tant techniquement qu’harmoniquement qui me faisaient comparer Matias Kupiainen à un digne héritier d’Yngwie Malmsteen ?

On attaque donc cette dernière mouture avec le premier titre, « My eternal dream », qui, comme tout premier titre qui se respecte, est censé donner le ton du reste de l’album. Je constate avec enthousiasme que cette chanson, fidèle au style du groupe, est plutôt correcte, avec ce qu’il faut d’orchestration, des riffs signés Matias et un clavier qui sonne beaucoup plus moderne que d’habitude (merci Jens d’avoir compris que nous ne sommes plus à l’âge d’or de Malmsteen) sur les refrains et couplets car une fois arrivé le solo, on retombe dans les 80’s à plein tube.


 

strato


 

Entrée en matière plus que correcte, suite logique de Nemesis, qui manque toutefois cruellement d’un refrain extrêmement efficace et fédérateur…. Et l’on continue avec « Shine in the dark » qui entame, dès la seconde chanson pourtant, déjà une certaine désillusion car trop simpliste, tout en accords sonnants, en chœurs faciles pour masquer la supercherie, bref, le jeune Matias ne s’est pas trop fatigué sur celle-là…. « Rise above it » semble remonter (temporairement) le niveau avec quelque chose de plus dynamique, aux riffs catchy, mais là encore, sur abondance de chœurs qui tendrais à croire que l’ami Timo est parfois un peu rincé.

Un peu de FM, tout de même, avec « Lost Without a Trace », en deux temps ; un chemin classique que prendra également « Fire in Your Eyes » vers la fin d’album. Comme pour finir en beauté (ou pas), le groupe se fend, en dernière piste, d’un titre de plus de 11 minutes, pas forcément des plus réussi à mon sens.

Concrètement, cet album, sans être le plus mauvais du combo, est loin d’être le meilleur de la période Matias Kupiainen tant il copie sans l’égaler « Nemesis ».

Un Must Have donc, mais uniquement pour les fans.


 

 

Tracklist

“My Eternal Dream”
“Shine In the Dark”
“Rise Above It”
“Lost Without a Trace”
“Feeding the Fire”
“In My Line of Work”
“Man In The Mirror”
“Few Are Those”
“Fire In Your Eyes”
“Lost Saga”


Related posts

Supersonic Blues Machine – West Of Flushing, South Of Frisco

Stephan Birlouez

YUGAL – Chaos and Harmony

Yann Windcatcher

BLEEDING GODS – Dodekathlon

Hijo Hito

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X