Among The Living
Chroniques Albums

THE APOCALYPSE BLUES REVUE

THE APOCALYPSE BLUES REVUETHE APOCALYPSE BLUES REVUE 
Sortie le 26 Aout 2016 Via Mascot Label

Rafer John -Vocals
Shannon Larkin – Drums
Tony Rombola– Guitar
Brian Carpenter – Bass

 

 

 

 

 

 


Il y a des albums plus difficiles à chroniquer que d’autres, soit par leur complexité, soit par leur originalité. THE APOCALYPSE BLUES REVUE ne fait partie d’aucun de ces cas, il l’est tout simplement parce qu’il me tiraille, entre ennui et amusement.
Constitué du batteur Shannon Larkin et du guitariste Tony Rombola, transfuges du groupe GODSMACK, et du chanteur Ray Cerbone ainsi que du bassiste Brian Carpenter, THE APOCALYPSE BLUES REVUE revisite des classiques du blues usés jusqu’à la toile.
Postulat jusqu’ici plutôt sympa si les zicos décident d’interpréter, en y apportant une touche de nouveauté, ces poncifs du blues. Mais il faut bien avouer que le résultat est plutôt insipide.
L’album est parfaitement bien produit. Le son y est léché et les interprétations vraiment propres, mais voilà : cet opus manque cruellement d’âme.
Quelques titres ne s’en sortent pas trop mal comme Work In Progress ou les musiciens utilisent leurs tripes, ou encore Whiskey In My Coffee. Mais l’ensemble sombre dans un tourbillon de sons entendus qui finissent en musique de fond à laquelle on ne prête plus qu’une oreille distraite.
Même l’apparition d’Eric Gales sur The Tower, malgré sa superbe interprétation, ne relèvera pas l’ensemble.


ABR


Je reviens sur le côté « amusant » de l’album, qui se résume en la personne de Ray Cerbone, qui insuffle à lui seul le peu d’intérêt d’un tel album. Avec son timbre à la Jim Morrison, le lascar éveille, sur certains titres, une curiosité auditive qui tombe à plat la plupart du temps.
Whiskey In My Coffee est un parfait exemple du talent de Ray avec son timbre si parfaitement en phase avec le titre tout comme sur Blues Are Fallin’ From The Sky et Devil Plays A Strat qui résume à eux seuls l’essence du blues.
Même la reprise des Doors , en bonus track, When The Music’s Over est fidèle note à note, devant à l’interprétation de Ray d’en faire mon titre préféré de l’opus.

Franchement ni bon ni mauvais, cette galette trouvera sa place sur l’étagère de tout fans de blues pur et dur (au risque de ne plus en sortir). Pour les autres, passez votre chemin. 

 


 

Tracklist :

  1. Evil Is As Evil Does
  2. Junkie Hell
  3. Devil Plays A Strat
  4. I Think Not
  5. Whiskey In My Coffee
  6. The Tower
  7. Crossed Over
  8. Blues Are Fallin’ From The Sky
  9. Work In Progress
  10. The Devil In Me
  11. Blue Cross
  12. When The Music’s Over (titre bonus)

 

 

Related posts

FLESHGOD – Impure (EP)

Stephan Birlouez

FOGGY BOTTOM – Une histoire à l’envers

Stephan Birlouez

SURMA – The Light Within

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.