Among The Living
Chroniques Albums

VOLBEAT – Servant Of The Mind


VOLBEAT
– Servant Of The Mind

Sortie décembre 2021

Michael Poulsen – chant, guitare rythmique
Jon Larsen – batterie, percussions
Rob Caggiano – guitare solo
Kaspar Boye Larsen – basse

 


Ah VOLBEAT. Poulsen et sa bande formant un des groupes les plus innovants de ces 10 dernières années quant à son approche novatrice et personnelle du Heavy Metal. Je me souviens encore de ce coup de cœur lorsque je les découvris à un concert d’ ICED EARTH pour lequel ils ouvraient au Bataclan en 2013. Plus qu’un coup de cœur, ce fut une véritable claque que les Danois me mirent ce soir-là.
Ils y défendaient leur album Outlaw Gentlemen and Shady Ladies fraichement sorti et qui propulserait le groupe au-devant de la scène. Ce soir-là d’ailleurs, un certain James Hetfield absorbé regardait depuis le balcon la prestation de VOLBEAT, et je peux vous dire que je n’étais pas le seul conquis à l’évidence (à noter que les gus se connaissent depuis un moment, notamment par les prestations de VOLBEAT aux cotés de METALLICA pour la tournée de leur précèdent opus Beyond Hell/Above Heaven).

Un retour aux sources.

VOLBEAT revient donc aujourd’hui aux affaires avec un Servant Of The Mind qui marque un retour à l’essentiel de ce que représente pour moi le combo. Un album solide et inspiré, loin de leur précèdent et dispensable méfait qu’est Rewind, Replay, Rebound.

Certes certain objecteront que VOLBEAT a tendance à nous resservir toujours la même soupe, avec ses mélodies architecturées sur un rythme que l’on retrouve sur l’ensemble de l’œuvre des Danois. Ce n’est pas faux, mais cette fois-ci on peut aisément dire que Poulsen amorce un retour aux sources quelque part, avec une direction résolument moderne dans la conception des compositions.
Bien entendu la voix et les tremolos de Poulsen sont la marque de fabrique du groupe, donnant cette impression de redite.


Volbeat


Un retour gagnant des Danois

D’entrée de jeu on sent bien avec Temple Of Ekur que les gus ont enfin envie de montrer ce qu’ils ont encore sous le pied, avec un titre bien lourd et menaçant.

On retiendra des titres bien chiadés à l’ambiance définitivement ancrée dans les 50’s comme ce très bon Step Into Light très « Psychobilly » ou encore le terrible The Devil Rages On. On prend de grosses déculottées avec des titres massifs comme Shotgun Blues , ou le superbe Say No More qu’un METALLICA n’aurait pas renié. Cerise sur le gâteau, ce Becoming à l’intro massive et des riffs assassins, le tout parcouru d’un chant tirant sur le Pop/Rock.

Tout n’est pas parfait loin de là, la galette nous servant des titres largement dispensables à l’image d’un Dagen Før, mauvaise pop à radio pour supermarché ou encore Wait A Minute My Girl qui ne décolle pas vraiment tant on a l’impression d’avoir entendu ça trop souvent dans de mauvaises séries teenage d’un autre temps.

The Sacred Stones est probablement le titre le plus révélateur de la bonne santé du groupe. Véritable ode à l’esprit heavy Thrash des 80’s dans lequel le quatuor puise toute son essence.
Finalement ce huitième opus de VOLBEAT me réconcilie avec le groupe, après deux albums en demi-teinte, Servant Of The Mind annonce le retour gagnant des Danois dans le pit.


Related posts

SIXX A.M. – Prayers For The Blessed

Stephan Birlouez

King’s X – 3 Sides of One

Bull

CRUSKIN – Time To Rise

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.