Among The Living
Digressions

Le monde selon TOPOR

Le monde selon Topor

topor


«Je veux que mon existence soit une suprême offense aux vautours qui s’impatientent depuis les années quarante en illustrant sans complexe le sang, la merde et le sexe. » Par ces quelques vers en introduction de l’exposition, le spectateur est avertit : le parcours sera irrévérencieux.


topor



Vingt ans après sa mort, la BNF rend hommage à Roland Topor, ce génie de l’humour noir. En quatre temps, la rétrospective retrace une vie de dessins, d’illustrations et d’affiches depuis sa première publication dans la revue Bizarre et la série des têtes « coups de poing dans la gueule » publiés pour Hara Kiri qu’il rejoint de 1961 à 1966. Dès 1971, il collabore au New York Times, puis l’illustrateur accompagne les contes du chat Perché et les œuvres complètes de Boris Vian. S’affirme alors un style unique, surgissant tout droit d’un imaginaire débridé,  foisonnant d’allégories ambigües et de symboles absurdes. Attiré par le cinéma, il travaille avec René Laloux sur plusieurs films, Temps morts, Escargots et le magnifique long métrage La Planète sauvage. Fin des années 80, Topor invente des décors pour le théâtre et met en scène Ubu roi. Avec Jean Michel Ribes, il écrit les cultes Merci Bernard puis Palace, et avec son ami Henri Xhonneux, la série pour les enfants Téléchat.


topor



Dessinateur, poète, scénariste,  chansonnier et metteur en scène, Topor aura produit en mitraille sur tous les supports avec une démesure boulimique, entre provocations et chefs-d’œuvre par lesquels il s’impose comme l’un des plus grands ­dessinateurs du XXe siècle. Amoureux de l’intelligence, armé d’une répartie aussi célèbre que son rire, le dessinateur aimait repousser la bêtise grotesque du monde, cracher son mépris pour les tabous et le savoir pédant. En véritable libertaire et à la manière d’un détonateur pour l’esprit, Topor emmerde la bienséance et la bien-bien-pensance.


topor



Il dessine le sexe et la mort, s’amuse à choquer les pudeurs et n’obéit à aucun mot d’ordre.  Vous êtes prévenus, c’est avec les doigts dans les fesses et le nez dans la merde que vous allez traverser cette belle exposition.


« Le monde selon Topor », BNF jusqu’au 16 Juillet.

 

Related posts

Touch the Skye

Byclown

FLIBUSTIER, la première boutique à Pigalle!

Emmanuelle Neveu

Lion

Bloody Tangerine

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.