Among The Living
Interview

Entretien avec le groupe NEEDLE SHARP

Nous avons échangé par mail avec le groupe NEEDLE SHARP à l’occasion de la sortie de leur dernier EP Dark Lies effects.

Bonjour, pourriez-vous vous présenter ainsi que le groupe pour nos lecteurs ? 

Needle Sharp a été formé en 2012, avec 5 membres, Nous avons sorti  un premier EP éponyme en 2014, avec déjà une vrai volonté de mixer les genres. Après le départ du guitariste rythmique en 2016, on se réadapte, on  réarrange les compositions et on en crée bien sûr de nouvelles afin de continuer l’aventure à 4. Cela faisait plusieurs années qu’on parlait d’utiliser  des samples on avait  jamais osé ! Aujourd’hui les samples nous apportent une palette sonore plus contrastée, tout en gardant une grande place pour les sonorités rock/métal, on aime ce qui est pêchu et dynamique, ce qui fait bouger !

Un mot sur le nom de votre groupe. D’où vient-il et qu’elle en est la signification pour vous ? 

C’est un nom qui est lié au départ  tatouage, pour être honnête c’est notre tout premier bassiste qui en avait eu l’idée, à ce moment la on était tous tatoués la notion d’aiguille de tatouage ça nous parlait bien, cela collait bien à notre musique aussi le petit coté piquant voila pour le coté needle, et ensuite needle-sharp c’est une expression qui veut dire perspicace / éveillé / avisé, si en plus de notre musique on arrive à faire passer quelques petits messages à notre niveau, et en fait  à communiquer ça serait le top, on a donc choisi ce nom Needle Sharp sans le tiret, une aiguille bien aiguisée, un esprit bien aiguisé aussi !


Comment avez-vous vécu cette période particulière de confinement ? 

On a surtout échanger sur la sortie de l’EP pendant cette période, et répété chacun de notre coté sur des sides projects, Nohan est dj et à d’ailleurs sortie plusieurs set vidéos, Laellou a de son coté fait quelques covers acoustiques … c’était l’occasion de passer du temps sur des choses un peu différentes, et de nous organiser pour la suite.

Quel est l’impact de cette pandémie pour vous sur la sortie de votre EP « Dark lies effects » ?

Y a eu des impacts positifs, pour la communication par exemple, on y a consacré plus de temps, alors qu’habituellement c’est pas vraiment notre truc, et c’est tout de même très important, donc c’est plutôt bénéfique. L’inconvénient c’est bien sur les dates, il va falloir patienté un peu pour les concerts.

Il s’est passé 6 ans entre votre précèdent EP et celui-ci. Que s’est il passé pour NEEDLE SHARP ?

Il s’est passé pas mal de choses ! On a défendu ce premier opus sur scène pendant 1 an et demi / 2 ans. En 2016, le guitariste rythmique a quitté le groupe, et on a choisi de ne pas le remplacer, mais on a donc du tout réadapté, le set amplifié mais aussi l’acoustique, ça nous a pris pas mal de temps, et ensuite on s’est attaqué à de nouvelles compos, on a décidé d’enregistrer le nouvel EP en 2018, et c’est d’ailleurs ce qu’on a fait en octobre 2018, l’EP aurait donc du sortir peu de temps après.

Malheureusement, j’ai (Laellou) eu des soucis de santé très peu de temps après et je ne voulais pas sortir l’EP sans pouvoir le défendre sur scène, on a donc attendu que j’aille mieux, c’est le cas depuis mars 2020 à peu près, et la …. COVID ! on a décidé de ne pas attendre plus longtemps cette fois-ci, cet EP nous ressemble encore mais on continue bien sur d’évoluer, alors on a pas voulu attendre plus.


Vos influences sont variées et nombreuses, de RATM à SOAD en passant par U2. Finalement vous avez un univers et un son qui se détache de celles-ci. Comment définissez-vous votre style ? 

C’est une bonne question, en fait on ne se la pose pas vraiment, on fait ce qu’on aime, si on doit vraiment poser des mots dessus, on dirait peut être rock/metal alternatif mais ca ne nous empêchera pas de mettre des touches d’autres styles par ci par la 😉 



NEEDLE SHARP - Dark Lies EffectsNEEDLE SHARP - Dark Lies Effects


Musicalement vous explorez pas mal de genres avec un fil conducteur bien ancré dans le Metal mais avec une multitude d’apports comme une touche electro (Keep The Faith), voire même orientale sur Feel It. Comment avez-vous construit cet EP quand à son orientation. 

Cet ep montre bien notre évolution, Feel It est le titre le plus ancien, on était deja dans un mélange des genres mais dans un style plus classique, les samples sont arrivés au fur et à mesure, parfois pendant la création avec What you learn, parfois après pour One More Lie, pour Broken on les entendait depuis le debut, mais on a d’abord joué le morceau sans. On trouvait que ces 4 morceaux étaient bien révélateur de notre travail actuel, et portait du point de vu des paroles sur un thème partagé, le tout fonctionne bien.

Pour Keep The Faith, c’est un morceau du premier EP, et il est un peu la en guest, c’est un remix de GUS, il est très différent de ce qu’on joue 😉 mais il n’est pas impossible qu’un album side project sorte un jour avec uniquement des remixs, Gus et Nohan aimant bien s’amuser à faire des remixs de nos chansons.

Laellou, tu as un chant à la fois cristallin et hargneux. Comment travail tu celui-ci et ton approche vocale sur les compositions ? 

J’essaie de lier tout ca au sens des paroles et à la construction musicale, ma voix est un instrument à part entière il faut que ca matche avec le reste, parfois c’est moi qui m’adapte parfois c’est l’inverse.Il y a aussi un travaille avec Nohan qui est plus qu’un backing presque qu’une deuxième voix, donc on travaille pas mal ensemble aussi, sur les harmonies, mais aussi sur les placements.

Quelles sont tes influences en termes de chant (perso je trouve que tu as un coté Lzzy Hale dans tes passage « hurlés ») ?

Il y a à la fois des femmes et des hommes, coté femmes, Sandra Nazil (Guano Apes) est une grosse influence, j’adore son timbre bien rock ! Il y a aussi, Björk, je suis fan, ça part dans tout les sens, tout en étant ultra maîtrisé, j’ai bien aller exploré avec ma voix, çà m’amuse, il peut aussi y avoir des chanteuses comme Otep Shamaya, plus brutale. Coté homme, il va y avoir Serj Tankian ou encore Chris Cornell et … Mike Patton of course 🙂

Est-ce toi qui écris les textes ou est-ce un travail d’équipe ? 

Les textes sont de moi uniquement, je les présente au groupe bien sûr, ils ont leur mot à dire si vraiment cela ne leur convient pas, mais ça n’arrive pas souvent !

Ou puisez-vous votre inspiration concernant les textes. 

Un peu partout, ils peuvent être liés à des expériences personnelles, ou plus à la vie de tous les jours, ou à des évènements qu’on me raconte, de manière globale, ils sont assez sombres, j’ai un peu de mal à écrire des textes gais ^^ il évoque des violences quotidiennes, y en a partout, dans le couple, dans l’amitié, dans la vie au travail, dans la politique … y a de quoi puiser !

Quelle est la symbolique autour de la poupée que l’on voit sur la pochette de l’album, avec son coté « Coraline » (film d’animation) ? 

Je ne vais pas parlé à la place de l’artiste qui la faite : Tate Sheol, mais il est très inspiré Tim Burton plus que Coraline 😉  Les textes de cet EP, parlent d’oppression, de manipulation de mensonge, le placement de cette poupée, avec l’araignée qui la domine (photo de Gus), représente bien cela.

Le coté marionnette poupée de chiffon qu’on peut manipuler, le coté oppressant avec l’araignée.

Et enfin le fait qu’il est toujours difficile d’exprimer ses opinions, de se sentir jugé, ca me représente pas mal aussi en tant que personne, cette poupée donc la bouche est une fermeture eclair, elle peut s’ouvrir mais c’est pas simple ! 

needle sharp

Parlons un peu de votre vidéo clip avec le titre « Feel It ». Comment se monte un projet comme celui-ci et avez-vous laissez carte blanche au réalisateur ? 

On a tourné ce clip nous même enfin surtout Gus et Nohan, c’est au départ du fait maison, autant dire que les images n’étaient pas toujours très stables, que ce soit celles du groupe, ou celles de Tate Sheol en train de travailler sur ses poupées. Mais on a ensuite effectivement laissé carte blanche au monteur Jean-Christophe Dieu, qui a fait un super travail avec nos images amateurs ! On voulait avoir un bel échange avec Tate Sheol pour partager nos arts respectifs, nous la musique lui la couture, les poupées, et JC a parfaitement respecté notre souhait.

Avez-vous d’autres projets de clip ?

On espèce bien sortir un second clip pour cet EP, on a deja pleins d’idées mais on est pas encore sur du titre ni du quand ! Mais on vous tient au courant !

Comment procédez-vous pour composer ? Vous êtes plutôt en mode « repet » ou du genre à composer chacun chez vous et vous envoyer le matos ? 

On était plutôt en mode répète enfin jusqu’à présent car on habitait tous dans la région parisienne, 

En général c’est plus Ro qui arrive avec un riff, et ensuite c’est un peu un jeu de ping pong, Laellou pose un bout de chant, on réécrit le riff, on pose la basse/batterie et on réadapte, jusqu’à ce que la sauce prenne !

Mais cela va changé, le groupe c’est un peu étalé de Lille à Lyon donc il va falloir apprendre à travailler autrement, et justement à envoyer notre travail aux autres, c’est vraiment notre prochain objectif de réussir à nous réorganiser à distance.

En cette période d’incertitude concernant une hypothétique reprise des concerts, comment gérez-vous NEEDLE SHARP et la promotion de votre album ? 

Pour la promotion c’est presque plus facile, en tout cas d’un point de vu temps, puisque nous n’avions jamais eu l’occasion de nous y consacrer alors que c’est effectivement très important, et aujourd’hui dans un groupe il faut avoir tous les rôles artiste, manager, marketing … avec les concerts c’est pas toujours évidents de laisser un place pour la com, en ce moment c’est un peu plus simple. Pour les concerts on a du mal à se projeter avant 2021, on est pas très enthousiaste à l’idée de jouer en mode sanitaire, alors on s’arme de patience et on espère vraiment que tout va rentrer dans l’ordre ! 

Quel est le modèle économique du groupe? 

L’idée c’est avant tout de vivre notre passion à fond et de ne pas perdre d’argent, on est pas dans l’optique d’en gagner actuellement, on hésite pas à investir, mais c’est sûr qu’il va falloir que les dates reviennent pour que l’on arrive à l’équilibre, ou qu’on est beaucoup d’achats en ligne via notre site web, ce qui est clairement habituellement un petit plus ^^


Le dernier mot est pour vous. 

La thématique de l’album ce sont les violences quotidiennes et le mensonge mais c’est aussi le fait que derrière tout ça il faut garder espoir pour l’avenir, ne jamais se résigner, on vit tous des événements difficiles, la périodes actuelles nous le montre bien, vivez vos passions à fond portez-vous bien, et regarder le coté positif des choses il y en a toujours un !

Related posts

Entretien avec Renato, chanteur du groupe FLAYED

Stephan Birlouez

RED SUN RISING – Entretien avec Mike Protich

Emmanuelle Neveu

Rencontre avec Billy, batteur du groupe anglais Puppy

Aure Briand Lyard

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X