Among The Living
Interview

Interview QAMELTO

Nous nous sommes entretenu avec Thomas, guitariste aussi talentueux que sympa du groupe QAMELTO. Nous avons evoqué la sortie de leur dernier LP Scotoma.

 

Raconte-moi l’histoire de QAMELTO.

  • Alors je suis Thomas le frère du batteur. On a toujours fait de la musique. Notre père participait à une émission de radio spécifiquement hard rock. Il nous a mis au piano et on a toujours joué ensemble.

J’ai rencontré Raf il y a une quinzaine d’années qui cherchait des cours de guitare. On a essayé de monter un petit groupe ensemble pour devenir intermittents. Puis je suis rentré dans un groupe de musique celtique mais on a gardé le contact. Il m’a recontacté car il partait en tournée avec un groupe pop rock et moi j’avais quitté mon groupe.

Au bout de 6 mois je lui ai dit qu’il avait une très bonne voix et que moi j’avais des morceaux rock et je lui ai proposé que l’on monte quelque chose ensemble, nous trois. On a cherché un bassiste, Mika, celui avec lequel on a sorti un EP en 2020. Mais il n’est pas resté longtemps. Puis grâce au covid on a rencontré Alex qui est donc avec nous depuis 2021.  Mais notre album sort avec Mika à la basse car c’était avant la rencontre avec Alex.

On est donc intermittents depuis environ 15 ans et on cherchait quelqu’un qui puisse être assez libre de son temps et qui n’ait pas une mentalité de musicien. Nous on vend de la musique car nous sommes artistes mais on a une grosse mentalité d’entrepreneurs. Et Raf correspondait parfaitement à cette recherche. On passe notre temps ensemble.

Je pense que l’on s’entend bien car les bases ont été posées dès le départ. Ce sera du français, ce sera du rock, je vais composer la majorité, Raf tu vas écrire la majorité. Moi le deal principal est : je ne veux rien sortir qui ne me plaise pas.

Et donc que signifie QAMELTO ?

  • Qamelto ça veut dire c’est cool en zoulou. Et Raf est prof de Capoeira et c’est un art afro-brésilien, on cherchait un nom facile à prononcer et avec une particularité orthographique pour que l’on soit les seuls à ressortir sur google.

Tu étais donc dans un groupe celtique et dans les 2 premiers morceaux de votre album il y a de la cornemuse non ?

  • Alors il y a de la cornemuse sur un morceau et de la vielle à roue sur un autre. Pour le morceau avec la vielle à roue, je cherchais quelque chose de diffèrent de la cornemuse du coup et qui cisaille, mais comme je suis le seul guitariste, je ne pouvais pas tout faire. Et jai pensé à la vielle à roue car peu de gens connaissent surtout dans ce milieu-là. On nous a conseillé de contacter Gilles qui a bossé sur l’album de Goldman et avec Sting. Il a été emballé par notre projet et a dit « direct je le fais ». Et ça rend exactement ce que l’on attendait !

Parle-nous de la pochette de l’album. C’est un test de Rorschach ? Lequel a piqué ça à son psychiatre ?

  • La pochette c’est un tout. En fait les personnes en sortie de concert vont vouloir nous soutenir. Mais pas nous filer 10 balles. Donc il nous fallait un objet qui comporte un CD si tu veux l’écouter mais pas à mettre en sous boc. Et nos 48 minutes de l’album ne tiennent pas sur un simple vinyle. On a un pote peintre et avec l’aide de l’IA on a réussi à faire ce que l’on voulait c’est à dire que sans le CD on a une peinture et avec le CD ça fait une autre peinture ! on a testé en crowdfounding et ça a marché de ouf ! Ce sont quand même des heures de taf en voiture à bosser sur notre idée (rires)

Vous êtes friands des clips vidéo mis en scènes. C’est important pour vous ?

  • En fait notre état d’esprit c’est d’ecrire des chansons et donc des histoires. Alex et moi nous sommes fans de Kaamelott et ça nous influence pas mal. Ensuite on a plein d’idées mais on ne peut pas tout gérer donc on a demandé de l’aide à Vivi avec qui on avait déjà bossé et au final, c’était encore plus fou que ce que l’on voulait, dans le second degré, donc c’était parfait ! On est ultra content ! et le but du jeu c’est de faire des clips pour les 7 autres morceaux. Ça laisse une trace, ça fait un peu d’actu et nous on passe des moments pas trop dégueulasses (rires).


Pour parler de moyens, vivez-vous tous de votre musique ?

  • Oui nous sommes tous les 4 intermittents, Alex depuis cette année mais Raf, mon frère et moi depuis 15 ans. On ne fait que ça. On a un petit groupe à côté avec lequel on fait la majorité de nos dates et le but est dans les mois à venir de prendre des cachets assez gros avec Qamelto pour pouvoir y être à 100%. On fait du rock français et on espère pouvoir en vivre, comme d’autres. Mais comme disait Astier, « moi je ne suis peut être pas un bon mais je suis un créateur, je fais quelque chose, je te le donne, tu te démerdes »… ça te plait, ça ne te plait pas, je n’en sais rien, je n’y peux rien. La seule chose que je peux faire c’est faire du mieux que je peux.

Les textes et les thèmes sont à tiroirs et on peut les prendre au second degré mais aussi au premier degré. Et au final tout passe.

  • Oui et j’adore ça. Dans un texte tu peux souvent trouver un double sens et ça c’est intéressant. En fait il y a autant de sens qu’il y a d’auditeurs comme disait James Hetfield.

Votre clip de reprise de Bon Jovi est excellent, surtout avec le challenge de remettre en français une chanson en anglais. Peux-tu m’en parler ?

  • Moi j’ai horreur de ce groupe mais Raf est fou de ça. On a bien galéré pour le clip car on n’avait pas les moyens mais on l’a fait et on s’est bien marré. Et en fait on la joue tous les soirs car Raf c’est sa chanson préférée. Et je n’ai honte de rien (rires).

Qu’a donné l’évènement « Generations On A Mission » pour lequel la reprise « Vole » a été faite ?

  • En fait c’était un challenge mais il n’a jamais répondu (Nuno Bettencourt). C’est un de mes héros mais là j’avoue que grosse déception. Je sais qu’il ne peut pas répondre à tous ses messages mais quand même. Je suis fan d’Extrême, j’ai bouffé Pornograffitti. Mais ce n’est pas grave. On la joue aussi tous les soirs même si je déteste cette chanson. J’ai beaucoup de respect pour son boulot car il a tout voulu faire mais je préfère notre version ! enfin sauf son solo car c’est Nuno quoi (rires).

Vous avez dit lors d’une précédente interview que vous ne faisiez pas de rock « engagé » (1er EP). Ce n’est plus vraiment le cas non ? (Ref clip « Le Barratin » Balkany). Le M.A.L.E (Le monde à l’envers).

  • Alors quand on dit « pas engagé », cela signifie « pas engagé à gauche ». Le rock engagé est très de gauche en France. Et nous on ne veut pas politiser le truc. Les Balkany tu peux être de droite ou de gauche, ça reste des enculés, et c’est relativement général. En fait c’est sociétal plus qu’engagé.

Qu’en est-il du collectif Cocorirock auquel vous appartenez ?

  • Bah si je peux me permettre, c’est un peu à l’image de certains groupes qui le composent c’est à dire que ça ne bouge pas beaucoup si tu ne le fais pas bouger toi. Mais ça nous a permis de faire de supers rencontres. Cela dit le but d’un collectif c’est que chacun y mette du sien et là ce n’est pas le cas malheureusement. On voulait organiser un cercle vertueux et non vicieux de dates mais les gens sont trop individualistes. Donc on fait juste notre part des 1 quinzième des groupes qui le composent.

 Quel est votre road map ?

  • En tant qu’intermittents déjà on fait des dates tous les week-ends. Raf a booké 35 dates pour Qamelto d’ici octobre et on va essayer d’en faire rentrer une dizaine de plus d’ici la fin de l’année. Et comme il me semble l’heure actuelle les groupes qui durent sont ceux qui tournent le plus, et bien on dure ! Et la fan base se fait petit à petit. Et puis nos femmes sont chiantes, on a envie de partir (rires).

Je te laisse le dernier mot.

  • Ecoutez Anthrax !

Related posts

Interview de Matt, bassiste de BLACKRAIN

Stephan Birlouez

Interview HEART ATTACK

Elody

Rencontre avec Josh Weaver, guitariste de Royal Thunder.

Marc Richard

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.