LEE FIELDS + THEO LAWRENCE & The Hearts
L’olympia Paris
28 janvier 2018
Quelle joie que de pouvoir assister à un concert de Lee Fields & The Expressions d’autant plus dans une salle comme l’Olympia, 5 mois après sa prestation remarquée à Rock en Seine 2017.
Initialement prévu sans 1ere partie, ceux sont les Theo Lawrence & The Hearts qui ont été parachuté alors qu’eux même avaient acheté leur propre billet pour Lee Fields. Alors que ce jeune groupe commence a se faire connaitre et on a même pu les découvrir à Rock en Seine en 2016. Proposant un rock teinté de blues et de soul, ce groupe franco canadien réussira à divertir les fans de Lee Fields et feront même monter sur scène une personne du public pour les accompagner avec un tambourin.




Pendant l’entracte, on remarquera la présence de Julien Doré qui venait de s’installer au balcon pour assister au concert de Lee Fields plutôt étonnant mais peut être pas tant que ça au final. 
Le concert commencera avec l’incontournable instrumental avant d’inviter Lee Fields à monter sur scène.
Cet artiste de 66 ans qui a sorti son 1er 45 tours en 1969 reste le dernier artiste soul noir américain de sa génération à se produire à l’Olympia. Il sera chaleureusement applaudi et commencera par “I am coming home” extrait de son dernier album “Special Night” et dès ses premières notes sa voix donne immédiatement toute sa puissance sans avoir l’air de forcer.
Le ton est donné et Lee est soutenu des musiciens talentueux avec une section de cuivre et une rythmique basse batterie millimétré des plus efficace. Le public est venu pour danser et certains ne s’en priveront pas jusqu’à la fin du show.
Plus on avance dans la soirée, plus la voix de Lee se fait impressionnante. Ce grand monsieur maîtrise son art à la perfection et se donne a 150 %  suant en permanence en se dévêtant au fur et à mesure du show. Il n’hésitera pas d’ailleurs à faire monter sur scène des fans afin de pouvoir danser et certaines d’entre elles n’hésiterons pas à l’embrasser en retour pour le remercier du plaisir qu’il procure au public venu nombreux ce soir.
D’ailleurs Lee Fields n’oubliera pas de faire un hommage à Sharon Jones et plus récemment à Charles Bradley qui ont eux aussi joué sur cette même scène quelques années plus tôt, un moment très émouvant avant d’enchaîner sur le fantastique titre “Wish you Were here” extrait de “Faithful Man“.
Malgré l’absence de titre de son album “My World” la setlist était parfaite et Lee Fields nous fait voyager dans le temps grâce a sa prestation et sa musique indémodable et le public ne s’y trompe pas.
Ce grand monsieur est le dernier de sa génération malheureusement et la relève n’est pas vraiment arrivée. Un grand moment de musique qu’il faut savoir déguster et ne surtout pas rater. Concert magique et intemporel.




Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017