Among The Living
Live Report

DAGUERRE au Zèbre de Belleville – Paris


 
DAGUERRE au Zèbre de Belleville le 09/10 octobre 2012
 
1ère partie GOVRACHE (le 09/10)
1ère partie JOY PRYOR(le 10/10)
 
C’est après m’être jeté un godet à l’assassin que je me dirige vers le Zèbre de Belleville ou s’est installé pour trois jours la bande d’Olivier DAGUERRE, à l’occasion de la sortie de son nouvel  LP « Mandragore« .
Le pas de la porte à peine franchi, l’humidité et le froid de la rue ne sont plus qu’un lointain souvenir, l’endroit est un écrin cosi idéalement taillé pour une rencontre intimiste avec le groupe.
Timidement les gens s’installent, l’ambiance est familiale, on y vient entre amis et proches, avec ses enfants aussi, le cadre est posé : ce soir c’est cabaret!
Pour débuter les festivités (le 09/10) GOVRACHE est introduit sur scène par Olivier DAGUERRE himself. En solo, le galure vissé sur le crane, le sale gosse qui se joue des conventions entame son set en captant immédiatement l’attention d’un public qui ne le lâchera pas jusqu’à la fin du voyage.
Gavroche est drôle, cynique sans méchanceté, touchant et léger à la fois. Son regard sur le quotidien qu’il nous lance à la figure comme une tarte à la crème est juste, et comme il le dit lui-même : ça traverse en dehors des clous !!
GOVRACHE nous déballe, au travers de ses textes, une galerie de portraits ou chacun de nous peut se retrouver. Une manière toujours élégante de nous botter le cul en nous passant un message simple : Réveille-toi, la vie est belle!
 
govrache
GOVRACHE
 
Le soir suivant (le 10/10) l’ouverture se fait avec JOY PRYOR (aux antipodes de la veille), mélancolie incarnée sur scène accompagnée de Bruno Humbert à la guitare et de Reynald Monnet à l’harmonica. La belle nous balance quelques chansons tristes de sa voix rauque, véritables pilules contre la joie de vivre. On sombre avec elle dans son univers névrosé, le tout sur fond d’harmonica sonnant le glas. Ses compos font vibrer des cordes insoupçonnées, de celles que l’on tend pour ne pas qu’elles vibrent tellement ça fait mal, elle exhume de notre âme la part sombre  qu’habituellement la joie efface dans la lumière. Joy PRYOR est une artiste qui demande de l’engagement, elle ne s’écoute pas à la légère, il faut prendre sur soi, elle se mérite.
 
joy pryor
Joy PRYOR
 
 
Olivier Daguerreinvestit la place flanqué de la ravissante et talentueuse Bertille Fraisse au violon/basse/synthé, de Rémy Devert comme batteur créatif, et de Michel Moussel à la basse, son pote de toujours à la vie.. à la gériatrie.
 
DAGUERRE au Zèbre de Belleville - Paris
 
Daguerre est  là pour présenter leur son dernier  Opus, Mandragore, quatrième album tout en poésie, à fleur de peau et à l’esprit résolument rock. Olivier, c’est un monstre de sensibilité qui parcourt la scène Rock française depuis plus de 20 ans, et derrière son allure de Wolverine au regard noir se cache un cœur gros comme ça. Observateur de la vie sans concession, parfois désabusé mais jamais abattu, il vous transporte au travers de ses compos. 
 
DAGUERRE au Zèbre de Belleville - Paris
 
 
Le Set commence par Dans mon sang un hymne à l’amitié sincère et sans compter, un thème si cher à Daguerre. Suivi de Au couteau ou le verbe nous plonge au cœur de la vie de couple en perte de vitesse, course aux sentiments s’usant avec le temps, épaulé au chant par Bertille. 
 
DAGUERRE au Zèbre de Belleville - Paris
 
 
Les morceaux s’enchainent, une ronde enivrante remarquablement bien orchestrée par le groupe. La voix et le violon de Bertille Fraisse touchent juste, la basse énervée de Michel Moussel vous botte le cul au même titre que la batterie de Remy Devert
 
DAGUERRE au Zèbre de Belleville - Paris
 
 
Daguerre est arrivé à maturité, cela se sent, le public ne s’y trompe pas et réagit au quart de tour. La salle est conquise, le contraire aurait été surprenant tant la personnalité d’Olivier DAGUERRE est touchante. 
 
DAGUERRE au Zèbre de Belleville - Paris
 
 
Cet écorché dans lequel on se trouve tous un pote,  un ami, le confident de nos peines qu’il saura adoucir à grand coup de pintes généreuses et fraternelles.
Au fil des morceaux, toujours en lien avec son public, pas avare d’un bon mot, souvent drôle et toujours inspiré, Daguerre nous assène son dernier album entrecoupé de morceaux plus anciens. On passe par toute les émotions, de la tristesse avec Ou te reposes tu? (qui personnellement me vrille les tripes à chaque fois), à la fraicheur d’Une journée à la mer, en passant par le magnifique Carmen.
 
DAGUERRE au Zèbre de Belleville - Paris
 
 
Daguerre c’est rock, bouillant. Il fait vibrer vos cordes sensibles à grand coup d’accords plaqués et de textes sortis du cœur. Ses acolytes ne sont pas en reste et contribuent largement à la réussite de l’ensemble. Indéniablement  les dates parisiennes sont un succès reflétant bien la qualité et l’atmosphère de leur dernier Opus MANDRAGORE
 
 
DAGUERRE au Zèbre de Belleville - Paris
 
Venez-vous enivrer au contact d’un rock sans concession et bourré d’âme. Et pourquoi pas, après le concert, vous en jeter un avec le groupe au comptoir… (Et encore une bière © VDN) La fiesta continue !!
 
 
Setlist :
Dans mon sang
Au couteau
Notre amour était presque parfait
La rumeur de vivre
Elle t’aimera toujours
Ou te reposes-tu?
Une journée à la mer
Les sillons de nos rides
Passagers du vent
J’espère que tu es loin
Faut-il
Mandragore
Carmen
Je crois encore
Pour deux
(Solo de batterie) (électro et excellent)
De l’ivresse

Related posts

Dew Scented + Angelus Apatrida + No Return + Heboïdophrenie

Byclown

Rockin’ The Blues @La Cigale Paris

Krist N'Rock

DER WEG EINER FREHEIT – AU DESSUS – THE DEVIL’S TRADE @Petit Bain Paris

Emmanuelle Neveu

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X