TRIO DE FACTO + ENSIFERUM

La Machine du Moulin Rouge

11 décembre 2018

 

TRIO DE FACTO + ENSIFERUM

 


C’était un peu comme Noël en avance en ce mardi 11 décembre à la Machine du Moulin Rouge. Nous avions rendez-vous avec Trio de Facto et Ensiferum pour une soirée qui s’annonçait des plus festives. En effet, ces derniers nous faisaient le privilège de nous proposer un set totalement acoustique avec des titres ré-arrangés pour la circonstance, mais surtout quelques raretés qui n’avaient à ce jour jamais franchi les frontières de la Finlande !

Mais avant d’attaquer le plat de résistance de cette délicieuse soirée, intéressons-vous d’abord à l’entrée (ou plutôt devrait-on dire l’apéro ?) qui fut tout à fait savoureuse. Trio de Facto est en fait la version trio (et oui !) du groupe Metal de Facto. Nous y retrouvons Mickael Salo (chant et bière), coiffé pour l’occasion d’un immense sombrero de paille (qui ne survivra très probablement pas jusqu’à la fin de la tournée tant il est déjà en triste état), Esa Orjatsalo (guitare et Martini, oui oui la boisson italienne), et Sami Hinkka (guitare/basse imaginaire et cidre pas du tout imaginaire et français hein, pas le truc nordique aromatisé à la poire… – Sami par ailleurs bassiste d’Ensiferum).
Le combo est spécialisé dans la reprise de titres heavy/rock en acoustique. Sur le papier cela peut sembler on ne peut plus basique, mais dans la réalité si vous ajoutez la bonne humeur et l’humour sans limites des trois compères, vous vous retrouvez rapidement dans une ambiance assez particulière que l’on pourrait comparer à une soirée entre potes (plein de potes en l’occurrence car il s’agit tout de même de la Machine du Moulin Rouge et sans que la salle ne soit bondée y a malgré tout pas mal de monde…). Et ce soir, ni la bonne humeur ni l’humour ne manqueront !
Entrecoupés de plaisanteries et de notes humoristiques au cours desquelles on aura pu se rendre compte que Sami connait bien le français et la France, les titres vont s’enchainer, aussi divers que variés. Passant de Helloween avec « Future World » à Ghost « Square Hammer » ou Napalm Death « You Suffer », le trio n’a peur de rien. Bon sur Napalm, ils ont un peu perdu le public il faut tout de même l’avouer.  Mais ce sera le seul titre qui n’aura pas été repris en cœur, et la salle ne tardera pas à raccrocher les wagons avec « Hunting High and Low » de Stratovarius. Même « Legionnaire’s Oath » (nouveau titre extrait de l’album « Imperium Romanum » qui doit sortir au printemps prochain) n’échappera pas à l’enthousiasme du public. Il faut dire qu’avec Mickael Salo en meneur, le refrain « The Empire shall not fall » ne fera pas un pli et tout le public chantera de bon cœur.
Si la plupart des titres se sont enchaînés, d’autres se sont carrément mélangés dans une sorte de medley assez improbable. Nous aurons ainsi eu droit à « Twilight of the Thunder God » d’Amon Amarth mixé avec « Rose Tatto » de Dropkick Murphys ou à « Wasted Years » de Iron Maiden avec « Vodka » de Korpiklaani pour clôturer ce set mémorable. Assez perplexe au départ, je dois bien avouer que Trio de Facto se sera avéré le groupe parfait pour chauffer la salle et mettre l’ambiance pour Ensiferum. Imposant leur énergie et leur bonne humeur et transformant leur set en une sorte de karaoké géant, invitant le public à participer un maximum. Vous l’aurez compris une excellente surprise et un vrai bon moment !



Après une pause assez longue (mais gageons que Sami Hinkka qui enchaînait les deux sets n’aura pas été du même avis), nous retrouvons Ensiferum pour une seconde partie de soirée également totalement acoustique, puisque c’est la thématique de la tournée, mais toute aussi festive et énergique. C’est « Twilight Tavern » qui nous fera entrer direct dans le vif du sujet et il n’en faudra pas tant pour que le public démarre au quart de tour fortement poussé par le groupe qui accélérait le titre de plus en plus jusqu’au final. Puis viendra « Burning Leaves » de l’album Unsung Heroes.
Cela fait plaisir de constater que bien qu’il n’ait pas été particulièrement bien accueilli par les fans à l’époque (2012), il n’ait pour autant pas été mis à l’écart. Et la réaction du public aussi bien sur ce titre que sur « In My Sword I Trust » un peu plus tard, qui verra se former les premiers pogos (humoristiquement baptisés acoustic mosh pits par Markus et d’après les dires de Petri les premiers spontanés de la tournée) démontrera que le groupe à eu mille fois raison de lui réserver une place de choix dans la setlist. Visiblement très à l’aise et ravis d’être là les membres du groupe se vannent gentiment les uns les autres.
L’ambiance est franchement détendue et l’interaction avec le public bien présente. Nous avons vraiment l’impression d’assister à un set exceptionnel. Et de fait il s’agit bien d’un moment extraordinaire d’une part parce qu’il s’agit d’un concert acoustique, le premier dans l’hexagone, mais aussi parce que nous aurons droit à des titres qui n’ont encore jamais été joués en dehors de la Finlande. C’est « Eternal Wait » (Ensiferum – 2001) qui ouvrira le bal des raretés. Petit moment de répit bien mérité juste après « God Is Dead » (Two Path – 2017).
Toujours au rayon des titres inédits en France, nous aurons également droit à « Tears » (Iron – 2004) puis un peu plus tard, après quelques titres un peu plus festifs tels que « Feast with Walkyries » (Two Path – 2017), « From Afar » plébiscitée par le public et « Don’t you Say » chanté par Markus, ce sera « Celestial Bond » (dont elle fut l’interprète originelle sur Unsung Heroes – 2012) dévolus à la claviériste Laura Dziadulewicz qui nous fera profiter de sa superbe voix. Une interprétation parfaite de ces trois titres qui lui vaudra d’ailleurs les acclamations du public. Il va de soi que la fête n’aurait pas été complète sans la très attendue « Lai Lai Hei » (Iron-2004) évidemment reprise en cœur par le public que se lancera à nouveau dans un acoustic mosh pit des plus virulents. Puis Petri annonce le dernier titre pour ce soir, ou pas ! Autant vous dire qu’à ce moment-là, on espère bien que ce sera plutôt « pas ». C’est parti pour « Two of Spades » (One Man Army – 2015) et pendant que Sami continue de gesticuler sur sa chaise tantôt assis tantôt debout, Markus partira dans une envolée « banjoesque » dont il a le secret.

Evidemment après une courte pause pour que le groupe puisse se délecter en écoutant le public scander son nom, nous aurons droit à un rappel. Et pour commencer une nouvelle rareté avec un titre tout en Finnois chanté par Laura : le très mélodieux et nostalgique « Neito Pohjolan » (One Man Army – 2015). Puis viendra le titre annoncé comme tattadada tattadada, à savoir « Iron » que le public réclamait depuis un moment déjà et qui sera joué à fond la gomme.
Enfin dans une dernière intervention, Petri nous présente le titre choisi pour clôturer cette soirée ô combien festive et nous annonce « Looking for Freedom » de David Hasselfhoff. Un choix assez inattendu mais finalement tout à fait approprié puisque cette reprise sera l’occasion pour les deux autres compères de Trio de Facto de revenir sur scène et clôturer le show avec Ensiferum dans un joyeux bordel pour le plus grand bonheur du public.

Vous l’aurez compris, ce fut une soirée que le public présent n’est pas prêt d’oublier tant l’ambiance fut étonnante et excellente. A vrai dire on aura pratiquement fini par oublier que tout était en acoustique tant l’énergie développée par les groupes aura été immense et le public réceptif. Je vais me répéter mais ce fut vraiment une soirée extraordinaire !



Setlist Trio de Facto :

1/ Future World (Helloween cover)
2/ Twilight of the Thunder God (Amon Amarth cover) + Rose Tattoo (Dropkick Murphys cover)
3/ For Whom the Bell Tolls (Metallica cover)
4/ Square Hammer (Ghost cover)
5/ You Suffer (Napalm Death cover)
6/ Hunting High & Low (Stratovarius cover)
7/ Legionnaire’s Oath (Metal de Facto album en préparation)
8/ Wasted Years (Iron Maiden cover) + Vodka (Korpiklaani cover)

Setlist Ensiferum :

1/ Twilight Tavern

2/ Burning Leaves

3/ Token of Time

4/ God is Dead

5/ Eternal Wait

6/ In My Sword I Trust

7/ Battle Medley

8/ Tears

9/ Feast with Walkyries

10/ From Afar

11/ Don’t You Say

12/ Celestial Bond

13/ Lai Lai Hei

14/ Two of Spade

Rappel :

15/ Neito Pohjolan

16/ Iron

17/ Looking for Freedom (David Hasselhoff cover)

Leave a reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Nous contacter

Among The Living © 2019