Among The Living
Live Report

Motocultor 2013 Day 3 – Le dernier assaut

Motocultor 2013 Day 3

Dimanche 18 Aout 2013
Le dernier assaut.

C’est sous un ciel lourd et plombé que s’ouvre la dernière journée du Moto, le ciel Breton y a été de ses larmes toute la nuit jusqu’au petit matin. On sent bien que les deux derniers jours ont eu raison des festivaliers qui se massent lentement devant la DM pour assister au set de Regarde Les Hommes Tomber. Quelle meilleure ouverture pour sortir en douceur des brumes éthyliques d’une veille arrosée et dédiée au dernier jour d’un Motocultor grand cru?

Avec leur Métal aérien et halluciné, les nantais de RLHT créaient l’événement, réussissant à sortir du coma une foule encore endormie. C’est donc, vous l’aurez compris, une grosse surprise que de découvrir ce groupe sur scène. Avec un Set de qualité et des compos puissantes et techniques qui font mouche, il faudra dorénavant compter avec ce nouvel acteur de poids sur la scène Métal. A suivre de très près.

12h45, un groupe que j’attendais de voir sur scène depuis longtemps investit la SS, emmené par deux frangins rigolards (normal quand on est encore à 2 grammes sur scène ;)) : Bukowski.
Attention au contraste avec le set précédent, car l’uppercut est direct et non plus gainé dans un gant de velours. Les parisiens envoient du lourd, entre deux gorgées de rosé (le cubi trône sur une enceinte…) et quelques privates jokes inter frangins, ils assurent un set parfait et punchy. Keep Your Head On, Car Crasher, voici quelques-unes des joyeusetés balancées par un groupe proche de son public avec qui les échanges « entres potes » font prendre la sauce. Un de mes meilleurs moments de ce Motocultor 2013, et visiblement je ne suis pas le seul à penser cela étant donnée la réaction des festivaliers. Bravo les gars!

Changement de registre avec Ataraxie, radical même… J’avoue que je ne suis pas fan de ce style, lourd et pesant, qui plombe un peu le rythme qu’avait prit ce jour. La musique du groupe est en parfaite cohérence avec le mot Ataraxie : l’affranchissement de toute passion et d’émotion…. Une bonne gueule de bois en live à l’image du titre Slow Transcending Agony (tout est dans le titre). Servi par un gros son les quatre gus nous livrent, malgré mon sentiment sur leur style (qui n’engage que ma corde sensible bien entendu), un set à la hauteur du festival. Rappelons que leur dernier opus l’Etre et la nausée, qui sortira en septembre, fait déjà l’unanimité chez les chroniqueurs.

14h15, les Jumping Jack sont à bloc en montant sur scène. Les bretons vont devoir allonger leur passage à cause de l’annulation d’Eyehategod (les ricains ont inversé leurs dates en se retrouvant à Clermont Ferrand avec un jour d’avance….). Quel chance au final que d’avoir du rab des Nantais. Ils envoient grave et balancent sur le Motocultor conquit une représentation monstrueuse. Leur Stoner efficace allié à un set efficace et maitrisé en fera un des événements marquant de cette édition 2013.
Autre gros poids lourd de ce Moto avec les Ufomammut. Les italiens au son bien gras et lourd distillent sur les champs de Kerboulard un doom épais et pesant. Les festivaliers sont happés dans ce maelstrom d’alternances psychées, d’envolées stratosphériques et de matraquage à l’enclume. Le trio a donc bien largement rempli le contrat en offrant une prestation de qualité à la hauteur de leur réputation face à un public d’esthètes (l’habit ne fait pas le moine) à haute tolérance de variation des styles. Les métalleux (au sens large je dirai les Extrèmeux en opposition aux tout v’nant ) sont indéniablement les champions de la tolérance musicale et du grand écart.

The Old Dead Tree, récemment reformés pour une série de concerts (dont un passage au Hellfest 2013) à l’occasion des 10 ans de l’album The Nameless Disease, auront un peu de mal à capter l’attention d’un public plus entrain à glander au soleil. Et c’est bien dommage car la prestation des parisiens est vraiment à la hauteur. Je vous invite vraiment à aller voir le groupe sur scène lors de son passage dans votre coin (ils sont en tournée). The Bathroom Monologue, Transition entre autres titres font un carton plein sur les planches.

Autre très bonne performance que celle de Lutèce sur la SS, avec leur Black Métal nostalgique. Ils déchainent d’emblée le chaos dans le pit en ordonnant un WOD qui noiera le site dans un nuage de poussière appelant la descente urgente de pintes. C’est un déluge de sons techniques et calibrés pour vous faire rallier la confrérie du Black Métal. Les compos trouvent leur cible et vous ouvrent le crane (histoire d’en emboiter un de plus sur le pied du micro de Hesgaroth…). Indéniablement un groupe avec un avenir tout tracé s’ils continuent à nous livrer des galettes de la qualité d’… Our Ashes Blown Away. Vainqueurs du Headbang Contest 2013, ils sont en tournée actuellement et vous savez donc ce qu’il vous reste à faire !

Ahhh les suédois de Mustasch ! Curiosité que j’attendais de voir On Stage depuis un moment. Pour trancher un peu avec une première partie de ce dimanche et son métal plutôt agressif, rien de mieux qu’un bon hard rock bien viril et festif. Emmené par le charismatique Ralf Gyllenhammar , au chant et à la six cordes, pourvu d’une paire de bacchantes toutes aussi loufoques que le personnage, Mustasch fera le show à coup de bon Rock’n’Roll puissant et acéré. On sent tout de suite que l’on a à faire à de vieux briscards que rien n’impressionne et qui maitrisent leur sujet. Ils arriveront facilement à se mettre le Motocultor dans la poche, multipliant les échanges avec celui-ci en se payant même le luxe de lui faire tirer le portrait par une des photographes du pit. La Suède fut avantageusement et qualitativement représentée sur cette édition 2013, avec les Crucified Barbara, Mustasch et Therion.

A peine le temps d’avaler un truc (liquide et solide) qu’on replonge dans le brutal, orchestré d’une main de plomb par Decrepit Birth. Très vite The Infestation vient mettre les pendules à l’heure et retourner le Motocultor d’où s’échappe à nouveau un nuage de poussière brillant dans les derniers rayons du soleil (DB m’inspire !!). Les ricains finiront sur une reprise de Death (Crystal Mountain) qui achèvera les dernières défenses des sceptiques.

C’est sur un Night Eternal en ouverture que les très attendus Moonspell entrent en scène, avec un Fernando casqué qui invective la foule. Rien à redire sur le Set, calibré pour plaire au plus exigeant des fans avec des titres comme Opium, Ataegina ou encore Full Moon Madness que les portugais exécuteront de manière brillante. Le public ne s’y trompe pas et ovationne littéralement le groupe qui sort de scène en même temps que le soleil. La lune est installée.

Malgré le ciel dégagé sur cette fin de Motocultor, il pleut des slammers sur la sécurité du pit. Il faut dire que les Dying Fetus viennent de prendre possession de la scène et dés les premières notes c’est l’enfer dans la fosse. Les ricains viennent matraquer leur Grind Death saupoudré de Hardcore, le tout appuyé par 20 ans d’expérience de la scène extrême. Comment vous retranscrire l’ambiance dans le pit ? En gros tout vol, les métalleux(ses), divers objets gonflables dont je ne vous ferai pas la liste, toute sorte de papiers, de la poussière (ça on connait) et même des concombres (et autres objets inspirés de la forme…). Le chaos est indescriptible dans le public alors que sur scène on maitrise complètement le set. Ce concert fut probablement le plus physique que le pit ait connu.

23H00 et une des légendes ayant bercée mes années de métalleux pubère monte sur les planches de la DM, ovationné par un pit surchauffé par Dying Fetus : Exodus.
Je dois dire que je ne les avais plus suivi depuis 1994 et leur Force Of Habit qui les avait vu splitter (et avec l’ancien et excellent chanteur Steve Souza)et je ne connaissais pas grand-chose de ce line up.
Rob Duke est énorme comme front man (dans tous les sens du terme…), épaulé par des comparses non moins impressionnants quand au talent. Je suis comblé quand au choix des titres, renouant avec des émotions directement venues des années 80. A lesson in Violence, Bonded By Blood, Toxic Waltz, je suis sur un nuage. Gary Holt tient la barque de manière magistrale à coup de riffs assassins avec son acolyte de toujours Rick Hunolt. La section rythmique n’est pas en reste et matraque leur thrash tout droit sorti du chaudron bouillant de la Bay Area. Pas moins d’une heure de métal en fusion s’est abattue sur le Motocultor, comblant les « anciens » comme moi mais aussi les plus jeunes avec des titres comme The Ballad of Leonard and Charles tiré du dernier album (2010).

J’ai pris un pied énorme !!!

Minuit et encore deux poids lourds à venir, avec tout d’abord les anglais d’Orange Goblin pour clore la SS. Avec un son puissant et des échanges nombreux avec le public afin de le faire participer, Orange Goblin arrivera à tirer le maximum d’un pit usé par 3 jours de folies. Leur Stoner Bluesy à tendance Doom assurera une fin de festival des plus conviviales avec un dernier titre en hommage à Lemmy.

La programmation du dernier groupe qui mettra un point final au Moto 2013 peut paraitre décalée quand au style de celui-ci. Therion à la lourde tache de clore cette dernière journée avec son métal symphonique et un dernier album des plus « surprenant » (pour ne pas dire incongru).
Au vue de l’heure tardive (2h00 du mat) ce fut un final bien reçu par un public au bout du rouleau, Therion livre un set parfait et très visuel qui comblera bien des fans. N’étant pas un adepte de leur style, je me fie surtout à la réaction du reste clairsemé de festivaliers encore debout face à la DM.
Ce fut pour ma part un festival parfait et comme je les aime. A taille humaine et convivial, avec une programmation hétéroclite bien ficelée qui fera l’unanimité des festivaliers rencontrés. Une bien belle édition que je classerai dans les grands crus dont la clôture nourrie déjà mon impatience de l’édition 2014.


Remerciements :
Je tiens tout particulièrement à remercier François et Tangui, les maitres du pit (même si parfois/souvent la population de photographes est la plus retord du festival…), pour leur patience et leur convivialité (Hummm suivre en live les post instagram de A jeter prom ;)). Un gros Big Up au staff de la sécurité qui a fait un boulot exceptionnel dans la convivialité et la bonne humeur (ce qui n’était pas toujours évident…). Bravo.
Merci à Abir d’avoir rendu ce report possible.
Les Photos :

 

Sites :
Regarde les hommes tomber : http://regardeleshommestomber.tumblr.com/
Bukowski : http://www.bukowskitheband.com/
Ataraxie : http://www.ataraxie.net/
Jumping Jack : http://www.jumpingjackgroup.com/
Ufomammut : http://www.ufomammut.com/
The Old dead Tree : http://www.theolddeadtree.com/
Lutece : https://www.facebook.com/luteceblackmetal
Mustasch : http://www.mustasch.net/
Moonspell : https://www.facebook.com/moonspellband
Dying Fetus : https://www.facebook.com/DyingFetus?3e3ea140
Exodus : http://exodusattack.com/
Orange Goblin : http://www.orange-goblin.com/
Therion : http://www.megatherion.com/en/

Setlists :
Exodus
The Ballad of Leonard and Charles
Piranha
Children of a Worthless God
Blacklist
A Lesson in Violence
Bonded by Blood
The Toxic Waltz
Strike of the Beast

Moonspell
Night Eternal
Finisterra
Opium
Vampiria
Ataegina
Full Moon Madness

Bukowski

Pillbox
My Name Is Kozanowski
Hardtimes
The Midnight Son
Hazardous Creatures
Brothers Forever
(followed by an excerpt of « Bulls On Parade »)
Keep Your Head On
Mysanthropia
Car Crasher

THERION :

The Rise of Sodom and Gomorrah
Son of the Sun
Kali Yuga, Part 3: Autumn of the Aeons
Vanaheim
Lemuria
Abraxas
Ginnungagap
Poupée de Cire, Poupée de Son [reprise de France Gall]
Wine of Aluqah
Call of Dagon
Cults of the Shadow

Rappel :

To Mega Therion

Related posts

Black Star Riders + 4 Bitten + The Weyers

Byclown

King Gizzard and The Lizard Wizard – Stonefield – Orb @l’Olympia Paris

Aure Briand Lyard

Open The Doors – Hellfest

Isabelle Tasset

1 commentaire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X