Among The Living
Live Report

TOKYO BLADE Paris Le Klub 2012


 
 
 
 
 TOKYO BLADE Paris Le Klub Dimanche 07 octobre 2012 
 
Premières parties : BLACK ANGELS – SYNPHOBIA – JAILBREAK 
 
 
BLACK ANGELS :
 
 
Il y a quelque chose de spécial dans l’atmosphère du dimanche 7 octobre, quartier de Chatelet, au coeur de la capitale, (et je ne parle pas d’une quelconque rencontre d’analphabètes surpayés) et particulièrement devant le 14 de la rue St Denis (non non, je vous vois venir…). Le Klub, ce soir, accueille une gloire du début des années 80 : TOKYO BLADE (concert rendu possible grâce à l’association tenue par la famille Binois que je tenais à remercier pour leur accueil) .
Tout a commencé au Raismes Fest, au détour d’un stand je choppe un Flyer comme tant d’autres, quand mes yeux se posent sur le nom du groupe ! mes cheveux se (re)mettent à pousser, des patchs poussent subitement partout sur ma veste en jean (qui elle aussi vient d’apparaitre par magie), ma ceinture s’alourdie et se couvre de cartouches… je viens de perdre 30 ans d’un coup…
J’appelle mon vieux pote Kiko et nous voilà devant le Klub pour nous frotter à une résurrection sortie tout droit de notre adolescence.
L’endroit… il faut vous imaginer le Gibus, divisé par 3, avec une scène grande comme un canapé lit déplié, bon allez j’exagère un peu, disons que l’on parlerai ici d’un canapé lit 4 places… Au vu du gabarit des membres de TOKYO BLADE (et ils sont 5) c’est une gageure de les faire tous tenir sur scène !
 
18h30, les festivités sont ouvertes par les Manceaux de BLACK ANGELS, un power trio ultra efficace qui met tout de suite le public dans le bain. Tom, Aurélien et Florent assurent un show vraiment excellent, le son est nickel et la prestation sans faute. Leur Heavy speed tape juste, Tom le guitariste chanteur assure le show en front line, quant à ses deux acolytes, tout aussi impressionnants, ils enfoncent le clou. Ce fut une vraie bonne surprise en ouverture de soirée, avec en prime une reprise des Guns « knock on heaven’s door » remarquablement interprétée et l’apparition de jolies bonnes soeurs…
 
Au tour des 5 gus de SYNPHOBIA d’occuper la micro scène du Klub, avec leur Métal puissant, lyric et obscure à la fois. Ils ont leur public dans la salle et il réagit. Leur set est bien rodé, les morceaux s’enchainent, mais un son mal balancé ne permet pas à leurs compos de s’exprimer à leur juste valeur et c’est un peu dommage. Malgré cela le boulot est fait et le public est chaud.
 
Pour la 3eme première partie (je ne sais pas trop si cela se dit en fait mais bon…) place aux JAILBREAK, un cover band d’ACDC, tout y est, un Angus dans son plus beau costume, un Bon Scott
au chant (il faut fermer les yeux), et une section rythmique impeccable. Je me suis toujours demandé quel était l’intérêt de monter un cover band, qui plus est d’un groupe encore en activité… Maintenant je sais, pour chauffer une salle rien de tel que de bons vieux classiques d’ACDC, carrés et efficaces, bien interprétés, ils touchent juste.. Et c’est ce que les JAILBREAK ont fait ce soir-là.
 
22h00 déjà, les TOKYO BLADE vont faire leur entrée (après avoir déjà séré quelques paluches dans la salle pendant les premières parties), juste le temps au chanteur Nicolaj Ruhnow l de dévaliser le bar de son stock de RedBull et c’est parti.
L’ambiance est festive, finalement les 5 zicos de TOKYO BLADE tiennent tant bien que mal sur la scène, mais pas de place aux figures de styles. Qu’à cela ne tienne, même si les marques du temps sont bien là, leur Hard Rock quant à lui tranche toujours aussi profondément dans la chair. La reformation du Line Up d’origine, à l’exception du chanteur Nicolaj Ruhnow, donne une dimension particulière à ce set, emprunte d’une certaine nostalgie des 80’s ou leur gloire s’est arrêtée. 
 
 
 
Plus d’une heure trente de show en communion avec les fans, tous les classiques, ou presque, de TOKYO BLADE sont égrenés les uns après les autres, de Night of the blade à Midnight Rendez-Vous en passant par The Ambush la soirée est une vraie réussite. 
 
 
 
Honnêtement je ne savais pas trop à quoi m’attendre quand j’ai décidé d’aller les voir en concert dans une salle si peu adaptée à un groupe ayant eu son heure de gloire en pleine NWOBHM (New Wave of British Heavy Metal). Et je dois dire que la grosse erreur aurait été de faire l’impasse sur cet évènement. Indéniablement et par-dessus tout, ce qui caractérise la bande d’Andy Boulton (massif guitariste à l’origine du groupe avec Steve Pierce) c’est cet esprit rock collé à leur peau, qui force le respect. L’échange entre eux et leur public en est la démonstration ; ils sont simples, accessibles et par-dessus tout terriblement efficaces : leur plaisir d’être sur scène est communicatif.
Cette soirée s’achève sur Unleash the beast et Midnight Rendez Vous pour le bonheur partagé de la salle, ce concert « intimiste » est une réussite, et TOKYO BLADE un groupe qui prend toute sa mesure sur scène.
 

 
Set List TOKYO BLADE :
Intro
LUNCH CASE
ATTACK ATTACK
NIGHT OF THE BLADE
BREAK THE CHAINS
DEATH ON MAIN STREET
DEAD OF THE NIGHT
THOUSAND MEN STRONG
FORGED IN HELL’S FIRE
FEVER
THE AMBUSH
LIGHTNING STRIKES
MEAN STREAK
LOVE STRUCK
IF HEAVEN IS HELL

Related posts

TESTAMENT + ANNIHILATOR + DEATH ANGEL @Le Bataclan

Stephan Birlouez

RAISMES FEST 2012

Stephan Birlouez

ENSIFERUM + TRIO DE FACTO @La Machine du Moulin Rouge

Isabelle Tasset

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.