JASON BECKER – Triumphant HeartsJASON BECKERTriumphant Hearts

Sortie le 7 Décembre 2018

Joe Satriani, Steve Vai, Neal Schon, Steve Morse, Paul Gilbert, Joe Bonamassa, Trevor Rabin, Marty Friedman, Jason Becker, Uli Jon Roth, Michael Lee Firkins, Steve Vai, Jeff Loomis, …

 

« Je ne peux parler.
Je ne peux jouer.
Mais cette chair à encore tellement à dire… »

 

 

 


S’il est un artiste au destin dramatique c’est bien Jason Becker. Alors qu’il est reconnu comme étant un des guitaristes les plus doué de sa génération, on lui diagnostique à 20 ans la maladie de Charcot, maladie qui va progressivement lui faire perdre l’usage des membres et de la parole mais son esprit demeure intact. S’en suit alors une véritable bataille de l’esprit contre le corps. Avec l’aide de son père ils mettent au point une machine utilisant les mouvements oculaires pour communiquer et c’est ainsi que Jason continue de composer pour nous livrer aujourd’hui une œuvre au combien porteuse d’énergie positive.
Triumphant Hearts est un hymne à la vie sur lequel on retrouve une myriade de guitaristes de renoms dont le frère de guitare de Jason, Marty Friedman avec qui il officiait au sein de CACOPHONY, qui révéla leur talent au public.
C’est donc sur Triumphant Hearts, titre éponyme de l’opus, que Friedman fait son entrée et ouvre l’album avec son style très reconnaissable.

On enchaine avec un fabuleux Hold On To Love et la prestation vocale de Codany Holiday juste magnifique mettant en voix le texte de Jason Becker. Titre purement Rhythm’n’blues, les lignes de guitares composées par Jason Becker se marient parfaitement avec la voix de Codany Holiday et aux chœurs qui accompagnent le chanteur. Un pur moment de volupté.
Avec Fantasy Weaver on est propulsé en plein cœur d’une BO de film, genre Harry Potter, avec Jake Shimabukuro à la guitare pour un instrumental apaisant.



Même traitement avec Once Upon A Melody, titre classique aux violons de bon ton et à la guitare si caractéristique du jeu de Becker avec des solis repris de l’époque CACOPHONY.
Avec We Are One on retrouve Steve Knight, le chanteur soul de Flipsyde, pour un titre aux accents funky et aux lignes de gratte assassines de Becker.
Autre pépite parmi tant d’autres, Magic Woman avec Uli Jon Roth et Chris Broderick en instrumental classique aux sublimes sonorités.
Ecoutez-moi ce magnifique Blowin’ In The Wind en ligne acoustique et folk avec Gary Rosenberg ou encore River Of Longing et le phrasé inimitable de Joe Satriani mais aussi de Steve Morse, Aleks Sever et Guthrie Govan. Impossible de ne pas succomber au charme de chacun des titres de l’album. Même chose avec à nouveau River Of Longing mais cette fois ci avec Trevor Rabin aux commandes.
La pièce principale on pourra dire que c’est ce sublime Valley Of Fire se déroulant sur une ligne flamenco sur laquelle une pléiade de maestro s’y donnent à cœur joie. De Michael Lee Firkins à Ritchie Kotzen en passant par Gus G, Steve Hunter, Ben Woods, Steve Vai, Joe Bonamassa, Paul Gilbert, Neal Schon, Mattias La Eklundh, Marty Friedma, Jeff Loomis et Greg Howe , le titre est un monument de plus de 9 minutes au casting encore inégalé et appelé “The Magnificent 13”.
Ils ont tous répondu présent et Triumphant Hearts ne pouvait pas mieux porter son nom.

Jason Becker, en plus de nous livrer un album sublime, nous donne une formidable leçon de vie, d’affrontement de l’adversité et de dépassement de soi. Bravo l’artiste.


Leave a reply

Laisser un commentaire

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Among The Living © 2017