Among The Living
Chroniques Albums

ACCEPT – The Rise Of Chaos

ACCEPT - The Rise Of ChaosACCEPT – The Rise Of Chaos

Sortie Août 2017

Wolf Hoffmann – guitars, backing vocals

Peter Baltes – bass, backing vocals

Mark Tornillo – lead vocals

Uwe Lulis – guitars

Christopher Williams – drums


Ce qui est bien, dans le fond, avec ACCEPT, c’est que l’on  ne peut pas vraiment avoir de mauvaises surprises tant la recette est maitrisée et l’attente du public calibrée en ce sens. The Rise Of Chaos ne fera pas exception à la règle, œuvrant dans un heavy métal résolument ancré dans les 80’s et gonflé aux riffs et refrains sous testostérone.
Ayant une fois de plus remanié son line up, ACCEPT voit arriver en son sein Christopher Williams (Grave Digger) aux futs ainsi que Uwe Lulis à la guitare qui avaient assurés la tournée  Restless & Live.
L’ensemble tient solidement la route même si au final il se perd un peu dans une certaine retenue (à l’image d’un titre comme Race To Extinction qui clôt mollement l’album), de celle qui fait qu’un album passe à côté de son succès.
Les parties de guitare d’Hoffmann sont toujours aussi somptueuses bien qu’un chouia en retrait je trouve, au profit d’un Mark Tornilo droit dans ses bottes et maintenant affirmé.
La production est parfaite, et l’ouverture avec Die By The Sword laisse entendre que les teutons ne sont pas fatigués. La recette est simple. Une rythmique assassine, des chœurs bien velus et des riffs au son reconnaissable entre mille dont seul Hoffmann a le secret.


ACCEPT - The Rise Of Chaos


Cela fait 40 ans que ça dure et visiblement on ne s’en lasse pas. On retrouvera cette bastonnade en règle sur Carry The Weight, No Regrets ou encore le titre éponyme de l’album  The Rise Of Chaos.
Les thèmes abordés ici sont plutôt contemporains et noirs, avec une vision peu optimiste pour l’avenir de l’humanité à l’image d’Analog Man par exemple. Avec Worlds Colliding et What’s Done Is Done on retrouve les thèmes abordés sur Blind Rage, un reliquat peut être sorti des compositions de l’époque.
Au final The Rise Of Chaos ne pourra pas décevoir les fans du groupe, même s’il ne signe là pas le meilleurs opus de la reformation. Il lui manque la hargne que l’on avait sur Stalingrad par exemple, mais gagnant une assurance et une maitrise plus fortes (notamment au niveau du chant). On peut aussi constater que le nouveau line up est parfait tant en cohésion qu’en interprétation.
Accept est dans la place et ce depuis 4 décennies maintenant. The Rise Of Chaos assoit un peu plus leur légitimité s’il était bien besoin de le faire. Indéniablement les teutons sont les maitres incontestés d’un Heavy speed addictif et efficace qui prend toute sa dimension sur scène où nous les retrouveront en 2018.

 


 

Die By The Sword

Hole In The Head

The Rise Of Chaos

Koolaid

No Regrets

Analog Man

What’s Done Is Done

Worlds Colliding

Carry The Weight

Race To Extinction


 

 

Related posts

DARK INSIDES – Netherworld

Stephan Birlouez

KORYPHEUS – Over The Rainbow

Stephan Birlouez

GRAVDAL – Kadaverin

New Wire

2 commentaires

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.