MINISTRY – AmeriKKKantMINISTRYAmeriKKKant

Sortie Mars 2018

Al Jourgensen – chant

John Bechdel – claviers

Sin Quirin – guitare, basse

Casey Orr – basse

Aaron Rossi – batterie

 

 

 

 


Il n’aura pas fallu longtemps à Al Jourgensen pour rompre le silence qu’il avait promis de garder à la suite du décès du guitariste et fondateur de MINISTRY, Mike Scaccia, en 2012.
From Beer To Eternity devait être le dernier méfait du groupe, mais devant une actualité insupportable aux yeux du frontman charismatique, MINISTRY revient pour cracher sa colère face à l’accession au pouvoir de la fausse blonde au sommet de l’état américain.
A l’instar du message que Jourgenstein déclame tout au long d’AmeriKKKant, le rythme est lourd et pesant, reprenant les paroles samplées du leader horribilis le tout à la sauce Freak Circus.
L’album est bâti comme un concept album tournant autour de la colère que nourrit Al à l’égard de ses compatriotes qui ont élu Trump. A l’instar des années Bush où il avait également dénoncé l’accession au pouvoir  de la famille par une trilogie d’albums les prenant pour cible, voilà qu’il récidive avec cet  AmeriKKKant au final très surprenant.


MINISTRY – AmeriKKKant


Avec quelques titres vraiment intenses et punchy comme Twilight Zone et son côté bien lourd, ou encore le monstrueux et Thrashy We’re Tired Of It à la puissance de Slayer, en passant par un Antifa bien couillu, AmeriKKKant offre de très bons titres qui raviront la fan base du groupe.
L’opus distille également sa part de psychédélisme, comme pour marquer la folie qui s’est emparée du pays comme avec I Know Words et ses samples de Trump déformés et l’adjonction de violons qui donnent une dimension vraiment spéciale au titre d’introduction de l’album.
Même traitement avec Victims Of A Clown, et Wargasm qui puisent largement dans le côté indus’ de MINISTRY et signe deux très bons titres.
Au final, j’ai beaucoup aimé ce nouvel opus de MINISTRY car même si il n’est pas parfait il a au moins le mérite d’avoir comme énergie une colère que l’on ne retrouve pas partout. L’inspiration est bien là et le propos, même s’il parait vain, pertinent. A l’image des PROPHETS OF RAGE, il est plutôt remarquable d’entendre ce genre de contestation et cerise sur le gâteau, la pochette est vraiment superbe.


Leave a reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Nous contacter

Among The Living © 2019