Among The Living
Chroniques Albums

THE OCEAN – Phanerozoic I : Palaeozoic


THE OCEANPhanerozoic I : Palaeozoic

Sortie le 02 Novembre 2018

Loïc Rossetti – chant
Robin Staps – guitare
David Ramis Åhlfeldt : Guitare
Mattias Hägerstrand 
: Basse
Paul Seidel :
Batterie


Première livraison d’une œuvre en deux parties, Phanerozoic I : Palaeozoic se positionne comme le chainon manquant entre les opus précédents Precambrian et Heliocentric / Anthropocentric. Bien évidement on ne parle pas forcement de musique lorsque l’on emploie le terme « chainon manquant » mais plutôt de cette période évolutive de la terre (eon), s’étalant sur 500 millions d’années et scindée en trois ères: le Paleozoïque, le Mésozoïque et le Cénozoïque.

Une énergie brute

Ce premier volume est résolument sombre. Les compos sont lourdes et habitées par la colère. Les thèmes sont clairs. Ici on parle d’extinction de masse, de celle qui détruit plus de 90% de la vie sur terre. De cet éternel recommencement des choses. Bien entendu cela replace l’humain à sa simple place de spectateur insignifiant de l’évolution de sa planète.
Musicalement c’est très conceptuel comme THE OCEAN nous y a habitué, ouvrant sur un Cambrian II : Eternal Recurrence massif et puissant, annonçant une nouvelle ère par la destruction de la précédente. Loïc Rossetti y personnalise une fois de plus parfaitement l’énergie brute du propos, contrastant avec des chœurs aériens et une instrumentation magnifiquement bien en place.




Un groupe majeur du post métal.

Les titres sont longs, prêt de 12 minutes pour Devonian : Nascent (sur lequel on retrouve Jonas Renske de Katatonia) mais ce voyage minéral de 47 minutes passe sans temps mort, laissant même un gout de trop peu.
Il va falloir malgré tout attendre 2020 pour avoir la suite pour Phanerozoic II dont on ne sait toujours pas comment il se nommera (Mésozoïque ou Cénozoïque ?).
Phanerozoic I : Palaeozoic se démarque à bien des égards des productions précédentes, par son coté beaucoup plus minimaliste et moins démonstratif, mais au combien intense. Par certains côtés il se rapprocherait de Fluxion dans la démarche musicale.
Au final ce premier opus de cette nouvelle ère m’a littéralement captivé. Je vous conseille vivement de jeter une oreille sur cet album composé par un groupe majeur du post métal.


THE OCEAN sera en concert Jeudi 1er Novembre 2018 à Paris  au Backstage

Related posts

DEFICIENCY – Warenta

Stephan Birlouez

ENDSEEKER – Mount Carcass

Stephan Birlouez

Aura Shred – Before The Next Wave

Yann Fournier

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.