Among The Living
Live Report

TANITA TIKARAM

TanitaTANITA TIKARAM – LENA

24 Mars 2016 – Le New Morning

Par Loïc That’s All

 

 

 


Un dernier album tout frais dans ses valises – Closer To The People est sorti début Mars – Tanita Tikaram investit cette belle salle du New Morning qui est ce soir en configuration assise. La soirée s’annonce donc  tranquille. Le public qui remplit bien la salle peut découvrir un beau piano à queue sur scène. L’ambiance est donc teintée cabaret ou récital. Les fans, plutôt dans une trentaine / quarantaine de moyenne d’âge, sont peut-être aussi ici tout simplement pour un moment de détente musicale et cette configuration est idéale. A noter par ailleurs que nous ne sommes franchement pas loin de la parité homme / femme. A propos de femme, Lena Deluxe, une artiste lilloise est chargée d’ouvrir la soirée, seule avec sa guitare face aux spectateurs. N’attendons plus pour voir ce que toutes ces femmes ont offert en ce tout début de printemps.

 

20h15, la lilloise propose un début de concert très psychédélique et empreint d’une grande tristesse. De la tristesse peut tout à fait naître une certaine forme de beauté ou une ambiance plombée. Chacun réagira avec sa propre sensibilité. La musique prendra tout de même des airs plus enlevés avec la suite.

Lena communique avec le public, expliquant que ‘Rebberbahn’ est à propos de la rue de Hambourg, quartier rouge de la ville et lieu des débuts des Beatles, que ‘Brand New Key’ est une reprise de Mélanie, « vous savez celle à laquelle on a volé une chanson » – Mélanie Safka a eu un tube avec ‘look what the’ve done to my song’.

Lena

La chanteuse ne manque pas d’humour et obtiendra le soutien du public qui applaudit finalement sa prestation. Assurément, il aura apprécié cette jeune femme qui, sans son groupe – elle se produit d’habitude avec son groupe expliquera-t-elle, ne se sera pas démonté et aura même essayé de faire chanter un solo aux spectateurs ! Avec plus ou moins de réussite mais l’exercice était périlleux et méritoire.
Lena

35 minutes de concert et déjà le changement de plateau s’opère.

 

Glass love Train’ issu du dernier album démarre les hostilités, tout en tranquillité. Tanita, élégante, est vêtue d’un costume rouge avec une chemise noire tandis que ses musiciens portent costume noir sur chemise rouge. C’est un détail pour vous, mais nous pouvons imaginer que pour eux cela veut dire beaucoup. A noter, à propos de musicien, l’absence de batteur. Et la présence de Martin Winning, saxo, trompette et flute traversière, saxo qui s’affirme sur ‘Good Tradition’ tandis que la flute traversière vous caresse les oreilles sur ‘Don’t turn your back on me’, titre à propos d’amitié comme l’expliquera la chanteuse anglaise. Et le flute ne sera pas la seule à vous caresser agréablement les tympans : le timbre de voix de Tanita a quelque chose de très particulier, bien agréable. Elle-même possède un certain charme ; elle est tout en délicatesse, avec une certaine humilité et une pointe d’humour. Mélange qui produit finalement son effet et nous emmène dans un joli voyage musical.

 

En termes de communication, elle expliquera le thème de chacun des morceaux. ‘Gris gris Tails’ est à propos d’une femme rencontrée dans la « rainforest », ‘The Dream Of Her’ évoque le fait de ne pouvoir se sortir quelqu’un de la tête tandis que ‘The way you move’ parle de danse, Tanita ayant voulu être danseuse elle-même quand elle était petite fille. Par contre, elle ne saura dire la signification de ‘Twist in my Sobriety’, son hit, qu’elle a écrit quand elle était très jeune et dont le sens lui échappe en fait.

L’interprétation de son plus gros succès est plus languissante que l’original mais toute en délicatesse et finit par nous faire voyager.

Night Is A Bird’, très jazzy, écrit avec tous ses musiciens est aussi un beau moment du concert avec ses parties très instrumentales. Le public apprécie. Comme il aura apprécié le très agréable et rythmé ‘Cool Waters’ avec sa délicate fin au piano.

Closer To The People’ a un côté plus ésotérique et ‘Rock’n’roll’ n’apporte pas grand-chose par rapport à ce que nous avons déjà entendu ; toutefois la guitare et surtout le saxo exaltent le public qui salue ce titre avec force applaudissement.

 

A propos du public, il a beau être assis, il n’en reste pas moins actif comme le montrent ses applaudissements ou ses échanges avec Tanita. Quand la chanteuse annonce ‘Don’t Turn Your  Back On Me’, un fan lance « We won’t ! ». Un autre criera « On t’aime » dans le court silence qui précède ‘My Enemy’. L’ambiance est décontractée et sympathique.

 

Il est déjà 22h30 et la pause rappel intervient, extrêmement courte comme les musiciens reviennent rapidement. Juste le temps pour que les spectateurs fassent pas mal de bruit !

Un aspect agréable de ce concert aura été la connivence entre la chanteuse et ses musiciens. Elle aura un mot marrant pour chacun d’entre eux permettant ainsi aux fans de les identifier. Martin Winning aux cuivres, Angie Pollock au piano, Olivier Darling à la guitare et Matt Radford, contrebasse.

Les rappels démarrent par une reprise, ‘Love Is In The Air’. Puis intervient ‘Valentine Heart’, titre qu’elle dit avoir écrit très jeune – il est issu de l’album ‘Ancient Heart’ premier album de la chanteuse sorti en 1988. Tanita expliquera que ce joli titre est à emmener avec soi dans les rues de Paris. A écouter ce beau morceau, on se projette clairement dans la poésie de ses propos.

Nouvelle pause toute symbolique compte-tenu de sa durée et Tanita revient seulement accompagnée d’Olivier Darling pour un dernier titre. Dommage peut-être de finir sur ce duo. Une fin avec tout le groupe et ‘Valentine Heart aurait eu plus de panache. L’inversion des deux titres aurait été intéressante.


 



Il est 22h45 quand le délicat voyage prend fin. Tanita nous aura agréablement emmenés dans son univers pour une soirée réussie. On regrettera peut-être un manque de rythme : à expliquer chacun des morceaux, le concert perd en percussion et les changements de place avec sa pianiste Angie PollockTanita s’installera à plusieurs reprises au clavier- donnent quelques temps morts. Des détails qui n’entachent tout de même pas l’impression générale d’un excellent concert. Ceux qui croyaient Tanita disparue des radars en sont pour leur frais.


 

Setlist

Glass Love Train

Dust on My Shoes

Good Tradition

Don’t Turn Your Back On Me

Gris Gris Tails

All Things to You

Food on My Table

My Enemy

The Dream Of Her

Cool Waters

Night Is A Bird

Twist in My Sobriety

Closer To The People

The Way You Move

Rock ‘N’ Roll

Can’t Go Back

——

Three Little Birds  (Bob Marley & The Wailers cover) 

Valentine Heart

Cathedral Song

Related posts

BLUES PILLS – KADAVAR – STRAY TRAIN @ Le Trianon – Paris

Stephan Birlouez

FREEDOM CALL – HOLY CROSS à La Boule Noire

Stephan Birlouez

Shaka Ponk – Alice On The Roof @La Cigale Paris

Olivier GESTIN

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X