Among The Living
Chronique Album

ACOD – The Divine Triumph

ACOD - The Divine TriumphACODThe Divine Triumph

sortie Aout 2018

Fred : Vocals
Jerome : Guitars/Bass
Raph : Drums


Encore une très bonne surprise qui nous vient de Marseille et qui, une fois n’est pas coutume, ne soufflera pas le chaud mais bien un froid abyssal venu des tréfonds de l’enfer.
ACOD nous livre son quatrième opus et certainement le plus abouti de sa discographie déjà bien fournie et qualitative, avec un The Divine Triumph qui a tout pour les propulser sur le devant de la scène.
Passés en mode trio, les marseillais ont fait appel à Matthieu Asselberghs (NIGHTMARE) pour les guitares et Richard Fixhead (Ex TANTRUM) pour toute la partie orchestration et il faut dire que le résultat est là.
Ouvrant sur un L’ascension Des Abysses instrumental, qui installe confortablement l’auditeur dans l’histoire, Omnes Tenebrae arrive pour mettre les choses au point.
Rapidement on plonge dans le vif du sujet avec un Death aux accents symphoniques et tinté de black métal, donnant à l’album une patine vraiment spéciale qui devrait devenir la marque de fabrique d’ACOD.



La production sert magnifiquement le propos, The Divine Triumph est puissant et massif, réunissant tous les ingrédients d’une réussite du début à la fin de l’album.
Bien que conceptuel, et naviguant dans les eaux sombres du Death Métal réputées pour ne laisser que peu de place à la digression, The Divine Triumph vous surprendra avec des variations subtiles comme sur Broken Eyes et son break aérien conduit par Jérôme ou encore avec Tristis Unda et son orchestration envoûtante.
Le travail de percussion est remarquable, tenu par Raph et colle parfaitement au propos.
Musicalement c’est vraiment abouti. Fred est impérial au chant apportant toute la noirceur de son timbre à une histoire non moins ténébreuse.
Avec The Divine Triumph, ACOD vient assurément de franchir un stade majeur de sa carrière, sans pour autant être en rupture avec ses précédents opus. La maturité et la conception de cet album devraient leur apporter la reconnaissance qu’ils méritent. Bravo


Related posts

BEYOND THE BLACK – Lost In Forever

Stephan Birlouez

GHOST BC – If You Have Ghost

Stephan Birlouez

LEE EVANS – Mississippi Flood (EP)

Stephan Birlouez

1 commentaire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X