Among The Living
Il était une fois...

Il était une fois… GRIP INC.

Il était une fois… GRIP INC.

GRIP INC


En 1993 GRIP INC. prend forme dans une période où le Thrash Métal est en perte de vitesse et peine à se renouveler, révélant pour ma part un des combos les plus intéressants du moment.
Il faut dire que le line up est fameux.
Initié par Dave Lombardo (Slayer, Voodoocult, Fantomas, etc…) et Waldemar Sorychta à la guitare (Voodoocult, Despair, Enemy of the Sun) et producteur prolifique (Tiamat, Samael, Lacuna Coil, Sodom, Therion, etc…), GRIP INC. voit son équipe s’agrémenter de Gus Chambers au chant (Squad 21, Squealer,  et de Jason Viebrooks (Exhorder, Heaten, War Curse).
Le résultat de cette collaboration est à la hauteur des espérances entrevues sur le papier, avec un Power of Inner Strength massif et brutal, qui ouvre la porte à un Thrash multi facettes et expérimental dans son approche.
La marque de Lombardo aux futs est bien là, ouvrant sur un Toque De Muerto tribal que n’aurait pas renié Sepultura. L’opus plonge ses racines dans de nombreuses influences. Difficile de ne pas faire le rapprochement avec Slayer du fait du jeu de Lombardo, mais la prestation de Chambers au chant est plus proche du Hardcore ainsi que celle de Sorychta et son jeu tellement atypique qui insuffle (Colors Of Death).
Il est évident que GRIP INC. laisse toute latitude à l’expression de chaque musicien, et cela s’entend notamment à travers ce groove si particulier qui habite les compos (écoutez moi ce Guilty Of Innocence).



Il faudra attendre 2 longuessssss années pour avoir une suite avec Nemesis en 1997, où l’expérimentation est plus profonde et la noirceur plus présente. Lombardo brille tout au long de l’album, livrant des percus somptueuse et riches. L’album est plus lourd également, intense, à l’image d’un titre comme ce Empress (Of Rancor) ou encore de ce majestueux Scream at the Sky.
GRIP INC. nous livre ici un album quasiment cathartique, aussi bien reposant qu’introspectif. Ils sont arrivés là où on ne les attendait pas. Gus Chambers y va même d’un chant clair posé et presque aérien comme sur Rusty Nail ou The Summoning, au même titre que les guitares de Sorychta. Ce Nemesis incorporera même des nappes de claviers qui trouveront tout naturellement leur place ici.
C’est d’ailleurs à l’occasion de la sortie de cet opus que je les verrais pour la première fois sur scène au Bataclan à Paris en compagnie de Kill II This et Skinlab (de souvenir). 



1999 verra la sortie du troisième opus de GRIP INC. avec Solidify, et une nouvelle arrivée au sein du groupe avec Stuart Carruthers qui remplace Jason Viebrooks à la basse.
L’apport de Jason Viebrooks est indéniable sur cet opus, livrant une base rythmique groovy et ronflante, parfaite pour accompagner la finesse du jeu de Sorychta au même titre que de celui de Lombardo qui explose littéralement sur cet album (écoutez Griefless).
Ici les embardées violentes et saccadées se télescopent à celles carrément aériennes, mais GRIP INC. ne décolère pas pour autant et s’installe dans l’urgence avec un Gus Chambers au meilleur de sa forme.
C’est la dernière fois que je verrais le combo sur scène, ce sera à l’Arapaho en Juin 1999 avec LACUNA COIL, et une nouvelle baffe dans la gueule en passant.



Il faudra attendre 5 ans (2004) pour avoir le quatrième et dernier opus du groupe avec Incorporated, leur album le plus aboutit. C’est aussi leur plus rageux, mixant des styles complètement différents comme des guitares acoustiques jazzy aux influences afro cubaines, avec un Thrash massif (Enemy Mind). On retrouve ces prémices sur le précèdent opus avec des titres comme Human ? ou encore Bug Juice (véritable cas d’école pour percussionnistes en mal de leçons).
Lombardo a de nombreux projets en parallèle, notamment celui de Fantomas avec Mike Patton (chanteur de Faith No More, Fantômas, Tomahawk, Dead Cross, Mr. Bungle), collaboration riche et décalée dont on ressent les influences discordantes dans GRIP INC.
Incorporated repousse les limites de GRIP INC. avec un titre comme The Gift par exemple et son approche électro, avec un Chambers au chant titillant la new wave parfois, le tout perfusé au Thrash. C’est détonnant et surprenant. Un vrai régal.
Étrangement c’est probablement l’opus le plus violent du groupe d’une certaine manière.



L’histoire de GRIP INC. s’arrêtera après la mort de son chanteur. En effet Gus Chambers décédera en octobre 2008 d’une surdose d’alcool et de médicaments, il avait 52 ans…


Grip Inc


En 2015 le combo lui sortira un EP hommage nommé Hostage To Heaven avec une version alternative inédite de la chanson « Hostage To Heaven », originellement parue sur le premier album du groupe The Power Of Inner Strength en 1995, ainsi que 3 autres titres inédits.
Lombardo a toujours déclaré qu’il ne pouvait concevoir de continuer l’aventure GRIP INC. sans Gus Chambers.
Ce groupe m’a vraiment marqué et encore aujourd’hui il fait partie des rares que j’écoute très régulièrement. Je vous invite à vous plonger dans sa discographie, vous ne le regretterez pas.


 

Related posts

Il était une fois…DEFTONES

Victorien

Il était une fois… I MOTHER EARTH

Stephan Birlouez

Il etait une fois le premier album de KICKBACK

Yann Fournier

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X