Among The Living
Chronique Album

SORCERER – Lamenting Of The Innocent

SORCERER : LAMENTING OF THE INNOCENT
SORCERERLamenting Of The Innocent

Sortie le 29 mai 2020 via MEtal Blade

Anders Engberg – Vocals
Justin Biggs – Bass
Kristian Niemann – Guitar
Richard Evensand – Drums
Peter Hallgren – Guitar


D’emblée on peut s’apercevoir qu’il y a de temps en temps des groupes au patronyme très utilisé. Jugez en plutôt avec nos suédois présents. On peut en compter six au total qui ont opté pour le nom de Sorcerer. Notre combo scandinave a commencé sa carrière en 1988 pour s’arrêter en 1992. Pendant ce laps de temps de quatre ans il a eu l’occasion de publier deux démos dont la première s’intitule “Anno 1903“. Une longue période de break s’installe alors jusqu’en 2010. 
Lamenting of the innocent est leur troisième album paru le 29 mai dernier chez Metal Blade. Il succède à The crowing of the fire king paru en 2017. Quant au premier opus In the shadow of the inverted cross il remonte à 2015. 
Johnny Hagel le bassiste est à l’origine du collectif avec le chanteur Anders Engberg. Ce dernier avait officié dans le passé dans Therion. Johnny quittera le groupe en 1992 pour intégrer Tiamat ce qui créera la dissolution de Sorcerer. En 2010 la surprise arrive du côté de l’Allemagne et plus précisément du festival Hammer of doom qui leur propose de les rejoindre sur leur affiche et ajouter à cela en bonne position sur le running-order. Johnny propose alors au chanteur de reformer le groupe pour cet événement assez incroyable. Kristian Nieman les rejoint ainsi que Ola Englund et un batteur s’avère être une connaissance du vocaliste.

Les influences apparaissent clairement du côté de Black Sabbath et Candlemass. Justin Biggs est leur nouveau bassiste depuis peu en remplacement de Johnny même si celui-ci assure le merch et la promotion. 

La formation de Stockholm pratique comme l’on peut s’y attendre assez naturellement un doom metal de bon aloi où la variété est de mise.
Le combo porte dans son cœur le tout premier album de CANDLEMASS Epicus Doomicus Metallus. Cet album fut en quelque sorte une sorte de porte d’entrée pour le doom metal épique comme le stipule le nom de l’album. 

sorcerer


Dance with the devil est un titre à écouter en priorité. La thématique de l’album est l’inquisition. Après une intro du bel effet on entre dans le vif du sujet avec The Hammer of  witches doté d’un refrain bien entêtant et son solo de guitare très heavy dans l’âme tel un clin d’œil à Iron Maiden ou Judas Priest. Cette composition a fait d’ailleurs l’objet d’une vidéo. Le titre de l’album s’avère être bien prenant et épique en même temps. Le riff se révèle bien lourd comme il se doit dans une tradition doom assez classique. Le tempo est lent et quelques growls viennent s’intégrer au chant clair d’Anders. C’est une composition de presque neuf minutes qui reste très bien calibré dans le genre. Pour contrebalancer la précédente piste Institutoris s’avère plus court et dispose d’un tempo très légèrement plus marqué. Tout est question de nuances avec les suédois. 

Une ballade intervient avec Where spirits die. Et pour continuer sur cette lancée nous avons droit à un Deliverance avec en invité Johan le chanteur de Candlemass. Toujours au rayon des ballades il est à noter Condemned. Path to perdition revient à un son plus heavy et agressif pour clôturer la galette sur une note plus entraînante.
En définitive Sorcerer nous offre un nouvel opus bien dosé en morceaux de doom épique et de ballades plus langoureuses. L’album a été élu album du mois dans le Rock Hard allemand et cela est mérité à mon sens. Espérons que le groupe puisse s’installer dans une vraie forme de reconnaissance encore plus grande désormais au niveau du public et puisse un peu plus tourner pour diffuser leur musique à plus grande échelle.

 
Tracklist : 
Persecution
The Hammer of witches
Lamenting of the innocent
Institoris
Where spirits die
Deliverance
Age of the dammed
Condemned
Dance with the devil
Path to perdition

En bonus : Hellfire


Related posts

SAH WIN – Moon

Stephan Birlouez

ORDEN OGAN – To the end

Stephan Birlouez

W.A.S.P. – Golgotha

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X