Among The Living
NewsVideos

TRNA : une nouvelle vidéo en attendant l’album.

Les russes de TRNA reviennent avec un nouveau single en attendant la sortie d’Istock qui sortira le 2 Septembre 2021.


Le clip en noir et blanc de « Istok » suit le récit de deux protagonistes, un personnage au manteau blanc et un personnage au manteau noir, qui se rencontrent dans un champ de maïs. La vidéo raconte visuellement l’histoire de l’album – méditer sur l’importance de la nature, trouver la paix intérieure, et acquérir un point de vue sur la vie et le monde.

Sur l’inspiration pour le premier clip, le groupe déclare : « Il a été écrit, réalisé, tourné par notre ami Gleb Kolotov en septembre 2020. C’était la première fois que nous faisions quelque chose comme ça. Nous avons engagé des acteurs, des costumes, loué des objectifs et des lumières, et nous pensons que tout cela a payé à la fin.

Le plus difficile a été d’écrire le scénario à partir de nos vagues descriptions de la signification des titres et du sujet de l’album. Au final, nous avons un magnifique clip avec une intrigue et nous sommes vraiment reconnaissants à Gleb et à son équipe de nous avoir tant aidés. »

TRNA existe bien dans son propre espace d’outre-monde.

TRNA veut vous emmener en voyage, non pas vers leur patrie russe, mais au-delà. Vers un endroit qui n’est sur aucune carte, où le « blackgaze céleste » rêveur du trio peut proprement s’immiscer dans votre esprit.
Avec leur quatrième album, Istok, leur premier pour Candlelight Records, ils poussent encore plus loin dans l’inconnu.

Le groupe s’est formé en 2013 à Saint-Pétersbourg, après la séparation d’un groupe à l’esprit aussi béat, Princ Persii.
Bien que ne voulant pas se limiter à un genre, l’étiquette « celestial blackgaze » leur convenait si bien qu’elle est restée. Assez descriptive pour saisir leur vibration, assez libre pour ne pas avoir de murs.

Le groupe cite comme influences des artistes tels que Wolves In The Throne Room, Panopticon, Amenra, Godflesh et les pionniers du shoegaze Slowdive, mais TRNA existe bien dans son propre espace d’outre-monde.



Istok est l’endroit où tout commence

Istok impressionne par son immensité, sa profondeur et son message. Enregistré aux Dobrolet Studios à Saint-Pétersbourg et, en partie, dans leur local de répétition, TRNA voulait qu’Istok médite sur l’importance de la nature, et sur la recherche d’une paix intérieure à partir de laquelle on peut avoir un point de vue sur la vie et le monde.

« Qu’est-ce qu’Istok ? Istok est l’endroit où tout commence, où l’on va quand on sent que l’on ne supporte pas son quotidien ». « C’est le grand néant où vous trouvez la paix. C’est le salut et le soulagement. Mais pour y arriver, c’est tout un voyage et c’est différent pour chacun. »

Un voyage émotionnel intense

« TRNA est toujours en rapport avec la nature », poursuivent-ils. « Bien sûr, nous aimerions que notre musique parle pour nous et le fait de lire ce que les gens disent sur ce qu’ils ressentent en l’écoutant nous fait croire que nous parvenons en quelque sorte à faire passer le message. »

Dans Istok, ce message prend plusieurs formes, d’une sérénité plus douce à des éruptions de black metal en cascade. La chanson-titre d’ouverture éclate de gloire et d’émerveillement, tandis qu' »Echoes of the Past » est un rager mené par un blastbeat, et l’instrumental de 13 minutes « Shining » est l’euphorie après une tempête. Tout cela procède d’un même objectif et s’imbrique parfaitement pour créer un voyage émotionnel intense.


Related posts

Mass Hysteria rejoint le label Out Of Line

Stephan Birlouez

Junior Rodriguez & the Evil Things : Cactus Seed

Stephan Birlouez

GONEZILLA : Nouvel album « Aurore » le 22 avril prochain

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.