Among The Living
Chroniques Albums

DRUDKH – All Belong to the Night

DRUDKH - All Belong to the Night
DRUDKH
All Belong to the Night

Sortie le 11 novembre 2022

Roman Saenko – guitars
Thurios – vocals, guitars
Krechet – bass
Vlad  – drums, keyboards

Emergeant de Kharkiv, en Ukraine, DRUDKH a vu le jour en 2022 sous l’impulsion de l’énigmatique Roman Saenko. Le personnage derrière Blood of Kingu, Hate Forest et Astrofaes cultive l’anonymat et le secret chers aux premières formes du Black Metal, focalisant l’attention sur les paysages sonores qu’il développe ici.
All Belong to the Night nous plonge dans un abîme de noirceur et de mélancholie, accentué par le chant déclamé dans sa langue natale. Ici l’auteur s’attaque à l’histoire sombre de son pays, ne tombant pas dans le piège d’une actualité récente.
Musicalement c’est dense et intense. Cette œuvre en 4 pièces plonge l’auditeur dans l’univers rude et abrupte de DRUDKH par le prisme d’un Black Metal résolument old school mais aux variations toutes en nuances.



Des paysages sonores aux textures riches et immersives.

L’opus ouvre sur un The Nocturnal One où le désespoir et les ténèbres vous happent sans pitié, ponctués par des percussions épileptiques. Il n’en demeure pas moins que les mélodies sont bien là et vous transportent de l’autre côté du miroir. Roman Saenko arrive à rendre le noir lumineux par moment, toujours écrasé par cette mélancholie omniprésente sur les compositions. Saenko est paerpetuellement en lutte, faisant fi de l’actualité et revendiquant son nationalisme qu’on encense aujourd’hui.
Les nappes de clavier sont également aussi discrètes que bien senties. Elles exacerbent cette impression de tristesse et de fatalisme qui imprègne cet album.
Avec Windmills on est au cœur d’un Black Metal dans la plus pure tradition. Musicalement c’est abouti et la cohésion du groupe est parfaite. Probablement mon titre favori, Windmills met en avant le travail superbe entre la sauvagerie des percussions de Vlad et les guitares de Roman Saenko. Thurios, quant à lui, incarne la sauvagerie et l’intensité de cet album avec un chant hurlé proche de la démence.
Le final sur Till We Become the Haze est dantesque. Véritable pièce majeure de plus de 15 minutes, elle vous fait voyager au travers des paysages sonores aux textures riches et immersives.

Avec All Belong to the Night DRUDKH impose une tension omniprésente à l’auditeur. All Belong to the Night est une immersion sauvage dans l’histoire chaotique d’un pays qui n’est pas encore en paix.


Tracklisting:

The Nocturnal One/ Нічний (10.23)
Windmills/ Нічний (11.30)
November/ Листопад (8.25)
4. Till We Become the Haze/ Поки Зникнем у Млі (15: 32)

 


Related posts

VOLBEAT – Servant Of The Mind

Stephan Birlouez

HOPES OF FREEDOM – Burning Skyfall

Byclown

MAJESTICA – A Christmas Carol

Stephan Birlouez

2 commentaires

SuceMonZob 30 octobre 2022 at 7 h 31 min

Par contre sur la photo c’est absolument pas Drudkh.

Répondre
Stephan Birlouez 30 octobre 2022 at 9 h 45 min

Oups, c’est réglé. Merci pour l’info sur la boulette.

Répondre

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.