Among The Living
Chronique Album

ENSLAVED – UTGARD

ENSLAVED - Utgard

ENSLAVEDUtgard
 
Date de sortie 2 octobre 2020 via  Nuclear Blast
 
Arve Isdal : guitare
Ivar Bjørnson : guitare 
Grutle Kjellson : basse chant
Iver Sandøy : batterie
Håkon Vinje : claviers chant
 

Après leur Cinematic summer tour 2020 qui s’est clôturé le 1er octobre la veille de la date officielle de ce nouvel album “Utgard Enslaved pourrait bien mettre tout le monde d’accord.
Le quintet effectue son come back avec ce quinzième opus intitulé “UTGARD” via le mastodonte allemand Nuclear Blast. Ce dernier succède trois années presque pile poil après “E”. Il y est sujet du chaos et de l’ajuster pour lui donner un ordre bien défini. Il est donc question d’une énergie très particulière. Voici donc dans les grandes lignes la thématique développée ici. En effet il s’agit bien d’un concept album vous l’aurez saisi d’emblée. Toujours est-il que musicalement parlant le combo de Bergen a su depuis plus particulièrement “Below The Lights” paru en 2003 mixer avec un assez grand bonheur black metal et sonorités prog.
D’ailleurs l’album précité fut joué pour la petite histoire en intégralité cet été en livestream au programme de leur Cinematic summer tour. Toutefois même si globalement on pourrait parler d’un sans faute pendant toute cette période black progressif qui s’étale de “Mardraum” en 2000 suivi de près de “Monumension” pour le côté prog et psychédélique  jusqu’à aujourd’hui le précédent E avait laissé sur sa faim de nombreux fans. D’ailleurs “Mardraum” constitue le moment charnière où le groupe va pouvoir à la suite constituer sa mue en passant d’un viking metal assez brutal à un metal extrême progressif. Il convient de souligner que “Below the lights” reste un album majeur de toute leur carrière pour tous ceux qui voudraient revenir en arrière un court instant. En revanche aujourd’hui en 2020 les morceaux  sont redevenus maintenant un plus courts, plus directs et frontaux contrairement à la cuvée de 2017.
Avec une durée de quarante quatre minutes au compteur réparties sur neuf morceaux on peut songer que l’équilibre est atteint. De plus on pourrait songer que cette expérience de proposer sur scène l’intégrale de “Frost” (sorti en décembre 1994) l’année dernière a du jouer dans la balance.


ENSLAVED - Utgard


Le chant clair du nouveau batteur Iver combiné au growl profond de Grutle fait son effet : on peut dire qu’il existe une vraie harmonie entre les deux. En effet ils sont complémentaires, leurs grains de voix s’accordent en tous points. Notre nouvel arrivant remplace Cato Bekkevold présent depuis un bon moment à savoir de 2003 à 2018. C’est un personnage bien connu de la formation puisqu’il a déja travaillé avec eux ainsi qu’avec Wardruna, Gaahls Wyrd et Sahg en tant que producteur.
Fires in the dark” démarre avec son chant d’introduction qui présente une légère ressemble avec “Havenless” de “Below the lights“. “Jettegryta” enchaîne de manière foudroyante et il a en outre fait l’objet d’une très belle vidéo. “Sequence” est une composition assez atypique de leur répertoire au niveau du rythme employé un peu plus sautillant s’il l’on peut dire. “Homebound” permettait de découvrir cette nouvelle galette avant sa sortie et c’est un très bon moyen aussi pour entrer dans la danse. “Urjotun” est très efficace et assez court du coup, il possède une facette qui peut presque lorgner vers le synthwave, l’electro. A l’évidence la formation possède cette faculté de se diversifier et apporter de nouvelles idées en somme. Son socle musical reste globalement fidèle à ce qu’il nous a habitué avec cette volonté de se dépasser et un côté plus rentre-dedans par rapport à son prédécesseur. Bien à eux.

Avec ce nouvel album Enslaved s’inscrit dans la cour des grands. L’ouverture d’esprit y est prédominante. L’esprit avant-gardiste y est toujours de mise. On peut dire que l’évolution de leur carrière est pertinente. Ce nouvel opus se vit comme une toute nouvelle expérience riche où l’ombre de Pink Floyd intervient encore de temps en temps à sa manière avec cette exigence quasi permanente au niveau de l’écriture et la performance des compositions. Parfois plusieurs écoutes seront nécessaires pour tout intégrer. Le mélange de beaucoup d’influences diverses aboutit au final à un excellent black métal progressif destiné bien sûr à leurs fans mais aussi certainement à un public encore un peu plus large on peut leur souhaiter. Décidément cet automne apporte de grands disques.

TRACKS 
Fires in the dark
Jettegryta
Sequence
Homebound
Utgardr
Urjotun
Flight of thoughts and memory
Storms of utgard
Distant seasons


 

Related posts

MERCYLESS – The_ Mother of All Plagues

Stephan Birlouez

Mork – Det Svarte Juv

New Wire

TANGERINE DREAM – Quantum Gate

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X