Among The Living
Chroniques Albums

OPETH – Sorceress

opethOPETH – Sorceress

Sortie le 30 Septembre 2016 via Nuclear Blast

Mikael Åkerfeldt – vocals, guitar, production
Fredrik Åkesson – guitar, backing vocals
Joakim Svalberg – piano, keyboard, backing vocals
Martín Méndez – bass guitar
Martin Axenrot – drums, percussion

 

 

 

 


Il est des moments dans la vie, que ce soit celle de l’être commun ou celle d’un fan, de faire le deuil de l’être aimé. Aujourd’hui je fais le deuil d’Opeth qui, avec la sortie de son nouvel album Sorceress, ma perdu à tout jamais après plus de 15 ans d’une fidélité digne des meilleurs épisodes de Rintintin et de Flipper le dauphin. Depuis Héritage, il semblerait que l’ami Mikael Akerfeldt ait perdu tout intérêt pour la testostérone et le growl. Quand bien même, des pépites comme l’album Damnation, ou encore certains titres comme Coil ou Benighted nous ont montré plus que superbement la maestria de ce formidable chef de file lorsque le temps de lâcher la disto fut venu.

Héritage, album qui aurait pu s’appeler Trahison, fut le premier coup de couteau dans le cœur des fans, avec un virage musical des plus surprenants (mais pas nécessairement des moins intéressant pour qui aurait espéré un « one shot ») qui préfigurait en réalité du grand changement d’Opeth pour les années à venir ( nous sommes alors en 2011 ). Deux années après nous arrive Pale Communion ou les divorces entre le groupe et la fan base se font sentir tant l’album est un melting pot de classic rock, rock psyché à la sauce Opeth, mais là encore, même pour les plus déçus ( dont moi ), on peut encore sentir , un peu, la patte du maitre.


opeth


Sorceress donc, sort en ce moment, avec un artwork soigné et trois lyrics vidéo sur la toile et là, c’est le drame. Bien que superbement produit, cette galette est d’une mollesse, d’un manque d’originalité et surtout n’est PAS du Opeth. En version instrumentale, j’aurais moi-même été incapable de dire que cet opus est celui d’Opeth (à la rigueur un groupe entre Haken avec des gouts certains pour Gentle Giant). Folk à fond (Will O the wisp), cet album servira bien plus à endormir mon neveu de 5 ans qu’à fleurir les plus belles étagères de ma discothèque.

Merci Mike pour nous avoir donné 9 albums d’exception et plus de 20 ans de ton temps et de ton talent, mais je crois qu’il est temps de se dire bonne route une bonne fois pour toute. Mes pensées vont vers Fredrik Akesson (ex Arch Enemy) qui, en tant que roi du solo de metalhead, doit se faire chier comme un retraité dans sa maison de retraite un dimanche après-midi sans visites.


Tracklist
01. Persephone
02. Sorceress
03. The Wilde Flowers
04. Will O The Wisp
05. Chrysalis
06. Sorceress 2
07. The Seventh Sojourn
08. Strange Brew
09. A Fleeting Glance
10. Era
11. Persephone (Slight Return)

Related posts

ÅRABROT – Norvegian Gothic

Le Masc

LLNN – Unmaker

Grow Ning

NOTHING MORE – The Stories We Tell Ourselves

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.