Among The Living
Chroniques Albums

SERIOUS BLACK : As Daylight Breack


SERIOUS BLACK : As Daylight Breack

SERIOUS BLACK – As Daylight Breack

Chez AFM Records

Comme moi, vous connaissez le fameux adage : “Faire du neuf avec du vieux” .Comme moi vous savez qu’en Mode ou en cuisine il est possible d’y arriver sans trop s’ouvrir en deux. En revanche en musique, le manque d’originalité n’est pas toujours très payant (à part quelques exceptions à la Airbourne, BattleBeast ou encore Bullet) et Serious Black, nouveau « Super Projet » de Power metal, n’y fait pas exception. Pourtant, de prime abord, sur le papier, l’affaire commence plutôt bien avec un line up prestigieux comprenant entre autre le grand Roland Grapow (ex Helloween, Masterplan) , Thomas Stauch ( Ex Blind Guardian) ou encore l’ancienne voix de Tad Morose, Urban Breed .
 
Mélodique au possible et globalement de bon gout, ce premier opus se perd dans une facilité déconcertante (aux vues du passif de ses musiciens) avec, par exemple, le premier titre «  I seek no other life » qui augure du pire (et du reste de l’album) par ses non-riffs, ses arrangements cousu de fils blancs et, globalement, un manque de « peps » assez affligeant. Sans parler de l’intro de   Sealing my fate , à la voix tellement mielleuse qu’on croirait au générique d’un feuilleton libidineux pour sexagénaire désabusée, le reste est mou ! 
 
D’une mollesse honteuse, confere le titre de l’album éponyme, mauvaise balade au piano ! Les morceaux sont tous fait pareil : un riff semi accrocheur en intro/couplet à 4 voire 5 accords sonnants / refrain haut perché, toujours sur les mêmes tonalités/ Solo de fou (avec parfois un arrangement à deux grattes à la Maiden)/ Rebelotte pour les couplets et refrains…
 
Le combo s’essaye même à faire du Stratovarius avec  High and low , succédané de l’excellent Nemesis  ; et pourquoi pas s’essayer aux clichés du genre en prenant une teinte résolument égyptienne sur le morceau   Akhenaton  ( qui est pourtant l’un des meilleurs morceaux).Alors quoi, dans le prochain album on aura le droit à la chanson   Indian  avec en fond le flutiau de Pocahontas ?WTF comme diraient les jeunes !
 
Seul point sur lequel je ne peux vraiment pas cracher : les solos de l’ami Roland qui depuis plusieurs décennies déjà me donnent envie d’enfourcher ma Les Paul pour voir à quel point je suis mauvais passé la 17eme case. Mais des solos seuls suffisent-ils à donner la qualité d’un album et à le légitimer ? Non ! A part quand on s’appelle Steve Vai bien sûr, mais ça vous l’aviez compris…..
 
Tout de même, citons les bons  My Mystic MindTrail of murder ou encore  Setting fire to the Earthqui méritent leur titre de Power metal même si, comme leurs potes, ne font preuve d’aucune originalité. Dans la lignée de ce genre de groupe, mais qui eux ont réussi a rencontrer une fois de plus le succès après moult albums, je ne saurais que tenir en référence Freedom Call qui sont toujours là depuis des décennies et dont le «  Happy Metal » se ressemble toujours autant sans pour autant trop lasser (du moins le temps d’un album).
 

Trackslist
1. I Seek No Other Life
2. High And Low
3. Sealing My Fate
4. Temple Of The Sun
5. Akhenaton
6. My Mystic Mind
7. Trail Of Murder
8. As Daylight Breaks
9. Someone Else’s Life
10. Setting Fire To The Earth
11. Older And Wiser
12. Listen To The Storm
13. Fly On
14. No Son Of Mine

 

Related posts

PALLBEARER – Heartless

Byclown

DELIVERANCE – Holocaust 261-46

Stephan Birlouez

Comeback Kid – Outsider

Yann Fournier

1 commentaire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.