Among The Living
Interview

Entretien avec Yannick, qui est à la tête de Votu Records.

Le nouvel album de SHOW ME A DINOSAUR  est à n’en point douter, l’un de mes plus gros coup de cœur de ce début d’année. Une sortie d’autant plus remarquable, puisque la distribution en vinyle est géré par un label indé français : Voice Of The Unheard.

Il était donc tentant de s’entretenir avec Yannick, qui est à la tête du  Votu Records (Voice Of The Unheard) depuis 2013. 

Voice Of The Unheard

  • Commençons par les bases ! peux tu te présenter ainsi que le label ?
  • Je m’appelle Yannick, j’ai 33 ans (ou 34 suivant la date de parution), passionné de musiques en tous genres, mais avec un penchant certain pour ce qui tourne autour du screamo / post-hardcore ainsi que de post rock. Je m’occupe du label Voice Of The Unheard, dont le but est d’aider les groupes qui me plaisent à sortir leur musique au format vinyle, et qui forcément s’oriente vers ces styles là (avec un côté indie/punk aussi).
  • VOTU records existe depuis 8 ans, qu’est ce qui t’a motivé à créer ce label et qu’est ce qui te motives aujourd’hui ?
  • Au départ Voice Of The Unheard a commencé comme une orga de concerts à Bordeaux, où j’ai habité quasiment toute ma vie jusqu’à mon arrivée à Paris il y a 4 ans. A force de fréquenter des concerts, j’ai voulu voir un peu l’envers du décor, et combler ma frustration que personne ne fasse jouer certains groupes qui me plaisaient.
    A partir de là, j’ai commencé à m’intéresser au format vinyle (j’étais gros consommateur de CDs avant), et quand les Lost In Kiev cherchaient de l’aide pour sortir leur 1er disque, je me suis dit que c’était le moment de se lancer là dedans, histoire de leur filer un coup de main parce qu’on avait bien sympathisé (je les avais faits jouer 2 fois à Bordeaux avant ça).
    Maintenant la motivation est toujours la même, pouvoir aider des groupes à diffuser leur musique à de nouvelles personnes (et me faire kiffer avec des disques qui me font vibrer).
  • Si je comprends bien, l’aspect émotionnel est primordial pour toi ?
  • Complètement, je ne pense pas avoir les compétences pour juger la musique sur un niveau technique, c’est vraiment le ressenti que je recherche. Que ça soit au niveau du label ou au niveau perso.
  • Votu est donc un projet que tu diriges seul depuis le départ ?
  • Au départ j’avais monté ça avec un pote de ma promo à l’école, mais qui est parti à Paris juste après la 1ere date organisée. J’ai eu des amis qui ont rejoint l’aventure sur certaines périodes, et des gens qui ont bossé dans l’ombre (mon pote Paul qui s’est occupé de plein de designs, que ça soit le logo ou des affiches, voir des pochettes de disques, il m’a retiré une fière chandelle du pied plus d’une fois). Après j’avoue qu’il y a une certaine facilité à prendre les décisions seules, et pour l’aspect financier aussi.
  • As-tu senti une différence entre Bordeaux et Paris au niveau de la scène ?
  • La grosse différence c’est la taille de la ville qui fait que même pour certaines musiques plus « niche » tu arrives à faire venir 30/50 personnes sur les concerts. Et puis bien entendu le nombre de concerts est pas du tout le même, ici on ne sait plus où donner de la tête (hors temps de Covid bien sûr).
  • « Plantgazer » le nouvel album de Show Me A Dinosaur est sorti en vinyle il y a maintenant 15 jours, comment ça s’est passé pour toi ?
  • Ca a été un sacré ascenseur émotionnel, maintenant que j’ai fini d’empaqueter et d’envoyer les commandes je souffle un peu. Malgré tous les préparatifs il y a eu quelques couacs et pas mal de stress (le site qui a pas supporté le grand nombre de connexion à l’heure de la mise en vente (ndlr : je peux en témoigner !), des commandes de cartons d’envoi qui changent de dates, des bugs sur le site de la poste qui ont fait partir des paquets dans le mauvais pays), donc les premiers jours j’ai eu un peu de mal à profiter. Mais maintenant je me rends compte que c’est hallucinant l’engouement qu’il y a eu, ça fait plaisir de voir une sortie aussi bien marcher et d’avoir les retours positifs des gens qui reçoivent leur disques petit à petit.

    SHOW ME A DINOSAUR - Plantgazer votu records


  • Comment t’es tu retrouvé à travailler avec eux ? Etais tu en contact avec Elusive Sound ?
  • Artem, guitariste chanteur du groupe, m’a contacté via Facebook un peu avant la sortie digitale de Plantgazer pour savoir si j’étais intéressé pour les aider sur la version vinyle. Au départ je pensais juste qu’Elusive Sound n’avait pas le temps (comme ça a pu arriver avec Blankenberge et leur 2eme album), ce n’est que quelques semaines après qu’ils ont annoncé la fin de l’aventure.
    Forcément quand j’ai écouté les morceaux, j’ai pris une claque et j’ai pas pu dire non, depuis ce moment on a discuté ensemble pour préparer une version qui soit belle visuellement mais qui soit aussi à la hauteur niveau son (grâce au super taff de Dunk!pressing).
    Je connaissais les gars dElusive Sound car on avait déjà été en contact dans le passé, je discute pas mal avec l’un d’entre eux, c’est surement pour ça qu’ils ont soufflé mon nom à l’oreille du groupe. J’espère avoir été à la hauteur de leur taff remarquable avec leurs sorties.
  • J’aimerais que l’on revienne sur Votu Records, tu précises sur le site, les styles musicaux que tu défends. Est-ce une ligne directrice que tu comptes garder ? et pourquoi ?
  • Depuis le début j’essaie de m’en tenir aux styles cités plus haut, à savoir le screamo / post hardcore, post rock et indie / punk. Ce sont les genres avec lesquels j’ai le plus d’affinités et c’était aussi la continuité des concerts que j’organisais à l’époque. J’essaie de rester dans cette lignée même si ça peut un peu évoluer (Show Me A Dinosaur a un côté post black mais aussi plein d’influences post rock / post hardcore dans leur son). L’idée ça reste quand même que les gens puissent suivre le label presque les yeux fermés, ou au moins que lorsqu’ils voient une nouvelle sortie, parce qu’ils savent que ça sera dans un style qui leur parle.
  • Quels sont tes projets pour l’année 2021 ?
  • Repos pour l’instant (c’est faux, j’étais déjà en train de faire plein de modifications pour optimiser mon site et éviter les soucis de la mise en vente de SMAD), il y a 2 sorties en co-production avec d’autres labels qui sont en train de se finaliser, et j’aimerais aussi enfin sortir un disque que j’ai jamais pu faire jusque là faute de fonds, normalement en septembre si tout se passe bien. Pas le temps de s’ennuyer donc !
  • On peut en savoir un peu plus sur ce disque ?
  • Pour l’instant je garde ça un peu secret le temps de m’assurer que ça sera faisable et que ça puisse ressembler à ce que j’ai en tête. Mais je peux dire que c’est un groupe qui est déjà sur le label 🙂
  • Quelle est la sortie dont tu es le plus fier ?
  • C’est vraiment compliqué parce que ça évolue au cours du temps. J’étais très heureux de la sortie du dernier EP de Tang (And Still No Sunrise), parce que c’est un groupe qui m’a marqué au début où j’ai découvert cette scène et parce que je suis hyper content du rendu visuel de l’objet. Mais clairement la sortie de SMAD, avec ses 2 versions qui rendent très bien, l’engouement autour de ça et l’impression que ça a été un niveau au dessus de tout le reste, ça l’emporte un peu en ce moment. Repose moi la question l’an prochain et je te donnerai peut être encore une autre réponse haha.
  • En tant que passionné de musique, quels sont les albums qui t’ont le plus marqué.
  • A des niveaux et des époques différentes :
    • IAM – L’école du micro d’argent : je l’ai énormément écouté et je l’écoute toujours, j’aime le travail des textes qu’il peut y avoir dans le rap, ça m’inspire beaucoup
    • MXPX – The Ever Passing Moment : un des premiers albums de punk rock que j’ai écoutés
    • Linkin Park – Hybrid Theory : ça a été une porte d’entrée vers le scream et le rock plus « lourd »
    • The Used – S/T : Plus de violence et d’émotions, je crois que c’est là que j’ai trouvé ma voie
    • Celtic Frost – Monotheist : la noirceur de ce disque m’a poussée à m’intéresser un peu plus au black metal, auquel je ne connaissais rien
    • Mihai Edrisch – Un Jour Sans Lendemain / Amanda Woodward – La Décadence de la Décadence / Daitro – Laisser Vivre Les Squelettes : ces albums m’ont poussé à découvrir la scène screamo, et à ne plus renier le chant français qui peut me déplaire parfois.
    • Immanu El – They’ll Come, They Come : des instrus post rock avec des voix planantes, ça reste un de mes disques préférés du style

J’en oublie surement et plus récemment il y a eu de très bons disques, mais avec moins de recul c’est compliqué de savoir s’ils sont aussi marquants.

Yannick, je te remercie pour cet échange, et je te laisse le mot de la fin !

Merci de cette interview et merci du soutien, je suis toujours émerveillé et un peu halluciné que des gens prennent du temps pour écrire sur le label, les disques du label, ou encore qu’ils décident de dépenser leur argent sur ces sorties là plutôt que sur d’autres. Merci à tout le monde pour ça, je n’avais pas idée que cette aventure durerait aussi longtemps, et c’est clairement grâce à vous !

Depuis cette interview, Yannick a lancé un Discord pour son label. N’hésitez pas à le rejoindre sur Votu records Community. 


Related posts

Interview : Adalbjorn Tryggvason de SOLSTAFIR

Emmanuelle Neveu

Interview avec le groupe Stinky

Laurie Lenouvel

Entretien avec Adam, Aaron & Oli du groupe THE RAVENEYE

Aline Meyer

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X