Among The Living
Live Report

LLOYD COLE – Le Trianon Paris

LLOYD COLE

Le Trianon Paris

Samedi 4 novembre 2023


De Commotions en Negatives via périodes solo, Lloyd Cole est toujours resté actif et productif. En témoignent son dernier opus ‘On Pain’ sorti cette année et cette tournée européenne qui s’arrête Boulevard Marguerite de Rochechouart, au 80. Au Trianon. Qui sera plus qu’honnêtement rempli !

Et oui, Lloyd ramène encore du monde. Comme il l’avait fait à La Maroquinerie en 2017, l’homme assure à la fois la première partie et la tête d’affiche. Economie d’échelle, gestion générale sûrement simplifiée, a priori pourquoi pas. Nous aurons donc droit comme l’annonce la promotion à une partie acoustique et une partie électrique. Le tout accompagné de Blair Cowan et Neil Clark, compères des Commotions. Sans oublier Signy Jakobsdottir derrière les fûts. L’atout charme. Oups, désolé, a-t-on encore le droit de tenir de tels propos au XXIeme siècle ?
Même si la batteuse est souriante, voire même la seule à sourire sur scène ? Nous verrons. Il est 20H00 précises, Lloyd Cole arrive sur scène, seul, tout de blanc vêtu et salué par la salle. Nous discuterons vocabulaire plus tard car un set acoustique ne souffre pas des discussions des fans.

Certains l’apprendront à leurs dépens d’ailleurs. En effet, un couple se prend une remarque appuyée d’un spectateur que leurs échanges fatiguaient et gênaient pour apprécier la performance. La musique n’adoucit-elle pas les mœurs ? Pas là manifestement.

Mais restons concentré sur la scène, sur la salle.



Le public montre son enthousiasme dès le début et salue ‘Mr Malcontent’ qui voit Lloyd rejoint par Neil à la guitare…électrique. Et dès le titre suivant clavier et batteuse sont installés à leur instrument. Le côté acoustique en prend un coup. Pas trop grave dans les faits mais pas clair dans la proposition.

Lloyd présente les musiciens et explique en français avant ‘On Pain’ qu’il a écrit ce titre quand son fils avait un an, qu’il en a trente aaujourd’hui. Il continue en anglais et explique « He’s still a little baby ».

Le son est propre, la voix claire, le public à fond et le changement de micro de Lloyd ne gâche pas la fête qui enchaîne quelques jolies ambiances dans une sobriété marquée et une certaine linéarité que vient quand même rompre un solo sur ‘Tried To Rock’.

Avant ‘Rattlesnakes’, la chanteur explique qu’ils sont le groupe de première partie, qu’ils leur restent quelques titres et qu’après une courte pause, ils reviennent en tant que tête d’affiche. Lloyd communique souvent avec humour.

Are You Ready to Be Heartbroken ?’, salué comme il se doit par le Trianon, termine cette partie acoustique de quarante-cinq minutes avec Lloyd à la guitare…électrique !

Après vingt minutes de pause, retour des mêmes acteurs sur scène, Lloyd Cole à la basse. Voici la grosse différence entre les deux parties : l’apparition de la basse.

Lloyd s’adresse à la salle expliquant que ‘Violins’ vient de l’album Guesswork qui est en vente quelque part dans la salle et qu’il sera là après le concert pour le signer. Grosse ovation de la salle qui ne se relâchera jamais tout du long du spectacle.



Avant de lancer ‘Mister Wrong’, l’anglais explique que ce titre est issu d’un album pas trop bon selon lui (Bad Vibes) et que Nick Kent l’aurait qualifié de mauvais album de Duran Duran. Toutefois, le chanteur explique son attachement à ce titre, espérant que les spectateurs l’aiment aussi.

Perfect Skin’ est particulièrement apprécié. Logique, il s’agit d’un classique du répertoire des Commotions.

My Bag’ est demandé par quelques voix s’élevant du Trianon. Le « non » en retour est sans appel. Dommage, le titre est plutôt sympa.

Les fans apprendront que ‘Perfect Blue’ a été écrit dans un hôtel Place des Abbesses il y a fort longtemps et que le titre a été joué à leur premier concert au Palace. Sympa ces moments d’histoire partagés. Nous apprendrons aussi que ‘Myrtle and Rose’ est le titre préféré de sa Maman.

Forest Fire’, salué par les spectateurs, marque la pause rappel. Courte. Le groupe revient, Lloyd Cole Carlsberg en main. Il présente les protagonistes à nouveau, dédie ‘The Young Idealists’ aux bénévoles qui tiennent le stand de merch avant que le groupe ne termine sa prestation sur les Commotions et ‘Mainstream’.

Quand même, difficile de ne pas penser qu’il a manqué une étincelle, une chaleur, une ferveur pour relever une prestation somme toute linéaire. Certes, Lloyd Cole n’est pas un meneur de foule et n’attendons donc pas de sa part qu’il appelle aux pogos et autres fantaisies mais un peu plus de sollicitations du public, plus d’échanges entre les musiciens sur scène auraient été intéressants. Les visages, en dehors des francs sourires de Signy, restent assez fermés. Dommage. Ceci dit, la ferveur se sera trouvée dans ce Trianon bien rempli qui n’aura eu de cesse de montrer son enthousiasme face à un Lloyd Cole qui leur aura caressé agréablement les oreilles et leur aura conté de chouettes histoires. Et après tout, qui reste le seul juge de tout cela si ce n’est vous les fans !



Related posts

DROPKICK MURPHYS + THE MAHONES + BLOOD OR WHISKEY + LION’S LAW + Bryan McPherson

Stephan Birlouez

THE ANGRY CATS @Dr. FEELGOOD les halles Paris

Stephan Birlouez

Ghost /Accorhotels Arena, Paris (75)

Elody

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.