Among The Living
Live Report

MTV Headbangers Ball Tour : Unearth – Kataklysm – Ensiferum – Iced Earth

MTV Headbangers Ball Tour

Unearth – Kataklysm – Ensiferum – Iced Earth

France, Le Bataclan – 07 Décembre 2016



 

Ce mois de décembre 2016 voit le grand retour du MTV Headbangers Ball Tour en Europe avec pas moins de 17 dates programmées et 4 groupes à l’affiche. Une affiche qui de prime abord pouvait sembler pour le moins hétérogène puisque composée de groupes officiant dans 4 styles à priori totalement différents, à savoir : Unearth (Metalcore), Kataklysm (Death Metal), Ensiferum (Folk Metal) et Iced Earth (Heavy Metal). Pourtant il faudra bien le reconnaitre, l’ensemble aura fonctionné à merveille, et l’éclectisme aura su ravir les esgourdes du public du Bataclan en ce 7 décembre.


UNEARTH

C’est aux américains de Unearth que reviendra la lourde charge d’ouvrir le bal. Malheureusement à 18h, il n’y a pas foule au Bataclan. Il faut dire que cela fait tôt pour qui travaille à l’autre bout de Paris. Mais les gars ont de la bouteille et sans se démonter, ils feront le nécessaire et même plus encore pour chauffer Le Bataclan comme il se doit. Frappant très fort d’entrée de jeu avec « The Great Divider » (The Oncoming Storm – 2004), c’est une set list relativement classique, qui nous sera proposée. Pour autant, soyons honnêtes, le metalcore mélodique teinté de thrash death à tendance groovy du quintet – à noter que Nick Pierce, batteur en titre, toujours en convalescence suite à son opération du dos en mai dernier est remplacé depuis la tournée de cet été par Jordan Mancino, par ailleurs connu comme batteur de Wovenwar et pour ses participations dans As I Lay Dying ou Killswitch Engage – aura été d’une efficacité  impressionnante. Et l’objectif qui aura été de mettre le feu et faire bouger le public, aura été parfaitement atteint avec des titres que l’on pourrait qualifier de valeurs sûres, tels que « Giles » (III In the Eye of Fire – 2006), « Never Cease » (Watchers of Rule – 2014) ou encore « My Will Be Done » (The March – 2008) qui viendra clôturer ce set, finalement trop court, à la perfection. Preuve aura encore été faite, s’il en était besoin, qu’on peut toujours compter sur les coreux pour mettre l’ambiance !


KATAKLYSM

Faut-il encore présenter les cousins de Kataklysm ? Embrayant après l’impressionnante tournée de promotion de leur dernier album « Of Ghosts and Gods » qui a eu lieu de Janvier à Octobre dernier, les Canadiens sont de retour avec le MTV Headbangers Ball Tour pour cette date unique en France. Évidemment, c’est avec un grand plaisir que nous les retrouvons. En effet, Kataklysm fait partie de ces groupes dont le charisme est tel qu’on a beau les avoir vus un nombre incalculable de fois, on est immanquablement content de les retrouver. Toujours à l’honneur, « Of Ghosts and Gods » sera à nouveau bien représenté avec pas moins de quatre titres. L’excellent « Breaching the Asylum » notamment fera une ouverture toute en puissance. Malheureusement un souci technique juste au moment de démarrer le second titre réduira quelque peu la pression. Quelque peu seulement car bien sur on aura pu compter sur le charismatique Maurizio Iacono (chant) pour nous faire un petit intermède à sa manière : « On va régler le problème technique d’abord et après on va continuer ! Les cousins sont là et ensemble on avance ! » Ahhhh !! Voilà l’expression magique lancée : « Les cousins », celle qui leur met le public dans la poche en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Heureusement, tout rentrera rapidement dans l’ordre, et l’enchainement se fera avec un second extrait du dernier album « The Black Sheep ». Pour autant, les titres plus anciens ne seront pas oubliés. « Blood in Heaven » (Prevail – 2008) sera l’occasion d’unir le public le point levé sur les passages plus épiques, tandis que « As I Slither » (Serenity in Fire – 2004) et surtout « Crippled and Broken » (The Arms of Devastation – 2006) seront bien évidemment l’occasion de faire de puissants circle pits avant que le public ne se fracasse dans un wall of death orchestré par « The World is a Dying Insect » (Of Ghosts and Gods – 2015) qui clôturera en beauté cette prestation une fois de plus magistrale des cousins Québécois.


ENSIFERUM

Alors que les rangs s’étaient clairement resserrés pendant Kataklysm, cela deviendra encore plus flagrant pour Ensiferum. Fumigènes, kilt/rangeos, maquillage guerrier, changement d’ambiance, place au Folk puissant et festif ! Dès leur entrée en scène, l’objectif des Finlandais s’annonce clairement : ils sont là pour démonter les cervicales d’un public qui n’attend que cela, et nous souffler une puissante tornade de fraîcheur dans les cheveux (en nous aérant le cerveau par la même occasion). Après un démarrage en douceur avec « From Afar » (From Afar – 2009), on peut dire que les choses sérieuses auront véritablement commencé avec le second titre « Warrior Without a War » (One Man Army – 2015) beaucoup plus enlevé. Mais, toutes proportions gardées, encore relativement « calme » en comparaison du très véloce et improbable disco folk « Two of Spades » (One Man Army – 2015) qui allait suivre. Pendant que Petri Lindroos assure le chant, Markus Toivonen (guitare) et Sami Hinkka (basse) assurent le show à grand renfort de mimiques, de coups de pieds dans les airs et d’invectives. Le public ne sera pas en reste non plus, ni du côté de la danse, ni du côté de la voix, soutenant largement Markus sur « Lai Lai Hei » (Iron – 2004) lors du final concluant le set de fort belle manière, assurant ainsi une ambiance des plus festives à laquelle le groupe semble avoir été lui-même particulièrement sensible.


ICED EARTH

Après de telles festivités, on aurait pu se dire que la tâche allait être rude pour Iced Earth. Passer du Folk au Heavy ne semblait en théorie pas un des exercices les plus aisés. Mais en fait, il n’en aura rien été. Indéniablement ce fut un changement d’ambiance radical, mais auquel tout le monde s’adaptera sans le moindre problème. C’est, au départ, une fosse très réactive mais néanmoins relativement sage qui fera face aux Américains. Ne ménageant pas ses efforts, le groupe aura puisé dans tout son répertoire afin de contenter son public dont un noyau dur semble constitué d’une fan base connaisseuse. Nous aurons donc droit à des titres anciens, remontant même jusqu’en 1991 avec le cavalcadesque et décoiffant « Pure Evil » en passant par 1996 « I Died for You » particulièrement bien accueilli ou « Vengeance is Mine », puis 2011 (« Dystopia » et « Boiling Point ») sans oublier 1998 avec « My Own Savior » et surtout « Watching Over Me », un titre tout en douceur écrit par l’ancien chanteur Matt Barlow (par ailleurs beau-frère de Jon Schaffer) qui sera dédié aux personnes parties trop tôt et repris en coeur par le public et qui aura, bien évidemment, une résonance particulière. Iced Earth aura assuré un set brutal et violent enchaînant les titres sans laisser le moindre répit au public qui répondra en enchaînant les mosh pits. Mission accomplie pour Iced Earth également !



Avec une affiche qui au premier regard ne semblait pas des plus équilibrée, le MTV Headbangers Ball Tour aura réussi à nous prouver que 4 groupes de styles aussi différents que du Metalcore, du Death, du Folk et du Heavy peuvent former un plateau tout à fait cohérent car les influences de chacun ne sont finalement parfois pas si éloignées que cela. Surtout lorsque tous les groupes ont une base mélodique parfaitement assumée. Quoi qu’il en soit, chacun aura apporté sa touche et parfaitement accompli sa mission qui était après tout de nous faire passer une bonne soirée. Et la soirée ne fut pas bonne, elle fut excellente !

Related posts

Fates Warning

Olivier GESTIN

Red Lotus n’ the Desperados – Guns n’ Roses Tribute Band / L’Usine, Marcoussis (91)

Elody

STEEL PANTHER – SLEEKSTAIN concert au Bataclan

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.