Among The Living
Live Report

THE CHURCH – OLLEBIRDE @ Le New Morning

Steve Kilbey et sa bande posent leurs flight cases au New Morning ce 1er juin 2015, venant distiller leur rock à part, mélange de pop progressive et de psyché. De nouveau sur la route, THE CHURCH vient renouer avec son public et présenter son dernier opus : Further/Deeper.

 

En ouverture pour les australiens, OLLEBIRDE aura la difficile tâche d’ouvrir le bal devant un public clairsemé et somme toute assez peu attentif.
En mode trio, le groupe propose une pop aérienne et éthérée de très bonne facture. Ayant ouvert pour ARCHIVE entre autre, Fabrice, Jeremy et Margot ont une certaine pratique de la scène et sont à l’aise devant un New Morning qui tarde à se remplir.
Clairement dans un registre suave et mélancolique, le trio réussi plutôt bien à ne pas basculer dans l’ennui, avec des compos efficaces et bien maitrisées. La voix de Jeremy, qui s’accompagne à la guitare sèche, est claire et juste. En duo avec Margot, ils sont soutenus par Fabrice à la guitare électrique, qui donne cette nuance si aérienne aux compos.

Les titres sont bons et les OLLEBIRDE réalisent un sans-faute, avec un set soigné et pro.
En une petite demi-heure le trio aura fait le boulot. N’ayant pas littéralement transporté le public malgré un final sur la reprise de Lou Reed : Walk On The Wild Side.

OLLEBIRDE
OLLEBIRDE

Les photos en HD

Il est à peine 21h quand les australiens prennent pied sur les planches, devant un New Morning qui ne fera hélas pas le plein pour l’occasion.
Steve Kilbey en tête, tient le micro, accroché à sa basse. Peter Koppes et Ian Haug (arrivé dans le groupe en 2013, remplaçant Marty Willson-Piper co fondateur historique du groupe) l’encadrent aux guitares tandis que Tim Powles assure les percussions.
Is This Where You Live vient ouvrir le set, plongeant la salle dans un délicieux abandon. La voix de Steve est assurée et toujours aussi juste. Les années l’ont buriné,  lui donnant ce ton si captivant de crooner irrésistible. Le groupe n’a rien perdu de sa verve et la flamme est encore vive.
Sealine enfonce le clou, nous replongeant au cœur des 80’s ou le space rock fricotait avec une New-Wave naissante. Kilbey est habité, les autres membres du groupe sont plus discrets et statiques. Dans la salle le public oscille doucement au rythme des titres, mais est peu enclin à enflammer le lieu.

Le son est bon et la lumière minimaliste. Pas de fioriture,  ce soir on plonge dans les méandres d’un rock brut et barré. De celui qui vous caresse d’une main en vous collant une claque de l’autre.  Ce soir on se laisse prendre par la main et doucement retourner. 
Le groupe s’est bonifié au fils des années, proposant un panel musical plus large qu’à ses débuts, s’éloignant de la pop pour se centrer sur des compositions plus riches et intimes.

Point d’orgue du set quand résonnent les premières notes de Under the Milky Way, le titre qui a propulsé le groupe en haut des charts à la fin des années 90.

Il est 22h. C’est le dernier titre avant rappel. C’est un Miami épique et acidulé, (avec sa touche d’harmonica redoutable) qui amènera la dernière partie du set. Tiré du dernier opus du groupe, Miami passe haut la main l’épreuve du live, au même titre que Laurel Canyon et Delirious. 

Il y a quelque chose de magique dans l’air et le public ne s’y trompe pas et s’est quelque peu réveillé. Il bat le rappel. Les australiens mettent le coup de grâce avec deux titres emblématiques comme Day 5 et Reptile le sont.

THE CHURCH
THE CHURCH

Les photos en HD

Au final un excellent set d’une heure trente qui a tenu toutes ses promesses. Même si Steve Kilbey et sa bande ne sont pas de grands communicants, le courant est bien passé ce soir. Dommage que le New Morning n’est pas fait le plein pour cette date unique en France, les absents ont toujours tort.

 

 

 

 

SETLIST THE CHURCH

Is This Where You Live
Sealine
Laurel Canyon
Myrrh
Toy Head
Metropolis
Delirious
The Disillusionist
Old Flame
Block
Under the Milky Way
Miami

 

Rappel:

 Day 5
Reptile

 

 

 

Related posts

MICHAEL SCHENKER’s Temple of Rock (feat. ex. membres de Scorpions)

Stephan Birlouez

WATAIN aux Chaudronneries de Montreuil

Lionel 666

Epica + Blackbriar – Elysée Montmartre Paris

Justine Cannarella

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.