URIAH HEEPELIAS DRIS
La Cigale – Paris
Mardi 22 Janvier 2019


Uriah Heep


Le classic rock d’Uriah Heep, toujours légendaire après 50 ans de scène 

 

C’est une fine équipe de connaisseurs qui se presse de rentrer au sein de La Cigale, en cette fin de mois de janvier hivernale. Rien ne freine le groupe de britanniques, pas même les intempéries parisiennes ! En tournée active, Uriah Heep donne un concert unique à Paris, avant deux autres dates dans l’hexagone. Dire qu’il n’y a pas foule serait presque un euphémisme ; mais, pinte en main, ceux qui ont répondu présent ne font pas office de figurants.

 

En opening des vétérans du rock à l’anglo-saxonne, le frenchie Elias Dris fait patienter la salle à coup de chansons flirtant avec les US sans même s’en cacher. Drôle d’oiseau, le jeune parisien joue avec une androgynie exacerbée. Coupe de cheveux et visage émacié à la Neil Young s’allient à un dress code pailleté plus que déroutant. Expressif, Elias semble apprécier ce doute qu’il suscite. Pas besoin de chercher bien loin pour saisir l’essence même de ses influences – Janis Joplin, Patti Smith, et tout ce beau monde du rock façon Woodstock pensé en acoustique. Avec son timbre folk à souhait, le chanteur s’accompagne simplement d’un guitariste discret, Fedora vissé sur le crâne.

Le temps de quelques morceaux, la salle est plongée dans la pénombre, s’imprégnant de la sobriété du jeune homme. C’est certain, Elias ne séduira pas la majorité du public d’Uriah Heep, venu pour y trouver une énergie hard rock. Impossible toutefois de ne pas y déceler une poésie empreinte d’une certaine fraîcheur. Sans vergogne, Elias dépoussière les classiques de la country et du blues, pour en livrer une version créée de toute pièce. D’ailleurs, le chanteur a déjà parcouru son bonhomme de chemin dans la musique : avec Gold in The Ashes, premier album au compteur, il embarque ses auditeurs dans un voyage ensoleillé, entre la Californie et l’Ouest Américain. Un interprète à suivre.


elias dris

La fosse de La Cigale devenue plus dense après l’entracte, il est temps d’accueillir les vieux briscards débarquant tout droit d’outre-manche. Avec 25 albums studios au compteur, les rockeurs soufflent les bougies de leurs 50 ans de carrière. Après tous ces kilomètres parcourus, un live aguerri et bien rythmé est attendu ! Uriah Heep arrive en pleine forme, les gaillards arpentant la scène sans hésitation. Toujours leadé par Mick Box à la gratte, seul membre originel, le line up du groupe promet un live généreux, presque grandiose, et d’une fluidité évidente.

Au programme ? Des riffs lourds aux sonorités rétro, entre classic rock authentique et mélodies hard rock. Musicalement éclectique, Uriah Heep tirerait presque vers des tendances rock progressif, ponctuées d’intros à la Pink Floyd ou à la Deep Purple. Quant au chant, il est assuré – et bien – par le canadien Bernie Shaw, ayant rejoint les gaillards en ‘86. Sans aucune perte de régime, le frontman gère deux heures de show, entre prouesses vocales et dynamisme impétueux. Chaque single est ponctué de notes d’orgues cultissimes, signées Phil Lanzon au clavier.

Alternant habilement entre quelques nouvelles pépites et les classiques, la setlist d’Uriah Heep semble ravir l’intégralité de la salle. Le groupe ne se repose pas sur ses lauriers et bascule du classic rock au heavy metal, avec une série de titres efficaces tirés de leur dernier album Living The Dream, nouvelle création des britanniques. Parmi eux, le pêchu Grazed by Heaven, presque plus entraînant que leurs titres de légendes ! Mais il est évident qu’un concert des rockstars seventies n’aurait pas pu se passer de Gypsy, tube emblématique à l’intro légendaire, premier succès du groupe. Sans oublier la cultissime et indémodable Lady in Black, balade acoustique teintée de folk. En somme, une bien belle façon de fêter un “live anniversary” si symbolique pour Uriah Heep. A en voir l’allégresse animant l’audience, nul doute que les maestros seront bien reçus lors d’un prochain passage sur le territoire français !


Leave a reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Nous contacter

Among The Living © 2019