Among The Living
Chroniques Albums

MEGADETH – The Sick, The Dying… And the Dead

megadeth
MEGADETHThe Sick, The Dying… And the Dead

Sortie le 2 septembre 2022

Dave Mustaine – chants, guitare
Kiko Loureiro – guitare solo
Steve DiGiorgio – basse (session studio)
Dirk Verbeuren – batterie

Des compositions inspirées et une exécution assassine.

Encore une belle sortie pour la rentrée (ah ah ah!), avec le nouveau MEGADETH qui vient mettre tout le monde d’accord : les tauliers du Thrash sont toujours dans la course.
Fort d’un line up implacable (c’est une marque de fabrique) Mustaine revient aux affaires 6 ans après l’excellent Dystopia auquel cette dernière livraison n’a rien à envier.
On retrouve Steve DiGiorgio, sur cet album, à la basse, remplaçant au pied levé David Ellefson, en musicien de studio pour l’opus. Aujourd’hui c’est James LoMenzo qui reprend du service à la basse au sein du groupe (il avait déjà été membre de Megadeth de 2006 à 2010).
Ce 16eme album de MEGADETH est une merveille il faut bien se le dire. On y retrouve tout ce qui fait la qualité de ce groupe, à commencer par des compositions inspirées et une exécution assassine.
Ouvrant sur un The Sick, The Dying… And the Dead plongeant l’auditeur dans une atmosphère bien sombre dés les premiers accords, on est d’entrée de jeu accroché par ce titre à tiroirs.
La paire Mustaine/Loureiro est rudement efficace et accordée. Les guitares sont aussi somptueuses qu’assassines.
Après un classique du genre avec Life In Hell, on se fait littéralement percuter par le magnifique Night Stalkers, véritable bijou sur lequel ICE-T vient poser son verbe. Ici on tutoie la perfection, ce titre entre directement dans le top 10 de mes favoris du combo.


megadeth


Un retour gagnant des Américains!

A ce stade on est déjà assuré d’avoir un album majeur de MEGADETH entre les mains.
Mais les surprises ne s’arrêtent pas là. Dogs Of Chernobyl vient vous coller au siège, en véritable faux amis il vous prend par surprise. Après un début résolument heavy et mid tempo, on prend une dérouillée avec cette accélération orchestrée par un Dirk Verbeuren et un Steve DiGiorgio hargneux au possible. Aussitôt rejoins par Mustaine et Loureiro, ce final est brillant.
On retrouve ici les lignes classiques du MEGADETH que tous les fans adoreront forcément, comme sur Sacrifice, mais le groupe a su explorer des voies moins confortables comme avec Junkie, Célebutante ou encore le curieux Mission to Mars.
Le final sur We’ll be Back est d’une efficacité redoutable et n’est pas sans me rappeler l’esprit de Devils Island.

Vous l’aurez compris The Sick, The Dying… And the Dead m’a totalement conquis et se place parfaitement dans le prolongement de Dystopia. Malgré les écueils rencontrés par MEGADETH ces dernières années (problème de santé de Dave Mustaine, limogeage de David Ellefson), ce nouvel album vient rassurer les fans.
Plus que rassurant quand à la créativité de MEGADETH et à sa capacité à livrer des albums de qualité, The Sick, The Dying… And the Dead signe un retour gagnant des Américains. MUST HAVE 2022


Related posts

BLANKASS – C’est Quoi Ton Nom ?

Stephan Birlouez

Z-Band – No Loose Behavior

Stephan Birlouez

NITE – Voices of the Kronian Moon

Lionel 666

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.