Among The Living
Chroniques Albums

OPETH – In Cauda Venenum (Extended Edition)

OPETH - In Cauda Venenum (Extended Edition)
OPETH – In Cauda Venenum (Extended Edition)

Sortie le 13 mai 2022

 


Ce triple CD digipack, présente toujours les versions anglaise et suédoise de « In Cauda Venenum » avec en sus un magnifique livret étoffé de nouvelles illustrations signées par Travis Smith.

Initialement sorti en septembre 2019, cet album est enrichi de 6 titres bonus (3 titres x 2 car disponibles dans les deux langues) que l’on retrouve sur le 3ème disque.

Depuis la sortie d’Heritage, Opeth a plongé la tête la première dans un rock progressif et psychédélique oubliant son death metal singulier qui reste toujours et heureusement apprécié en live. Depuis ces dernières années on a donc un autre groupe, toujours aussi talentueux mais ne jouant pas la musique des débuts que certains préféraient.

Sur In Cauda Venenum, les auditeurs et experts pouvaient ainsi trouver au détour d’un titre, d’une mélodie, d’un riff ou d’une rythmique les influences d’un King Crimson, Pink Floyd ou autres vétérans du prog’ des années 70.


opeth


C’est à nouveau réussi.

Les 3 nouveaux titres s’intègrent parfaitement dans les compositions de 2019 à commencer par le très soyeux « The Mob » (« Pöbeln ») qui ouvre les bonus. La voix claire de Mikael se balade dans un univers frais au son d’une petite flute qui revient au grès du titre. Les chœurs ne sont pas sans nous évoquer le King Crimson de la grande époque. Le titre emprunte les clefs caractéristiques de ce que sait faire le mieux les suédois depuis quelques années maintenant.

Ce sont des titres qu’on aurait pu aussi retrouver sur Sorceress avec ne l’oublions pas les performances vocales non négligeables de Mikael comme sur « Width of a Circle » (« Cirkelns Riktning ») où le travail de la section rythmique est prépondérant et où le solo de guitare est époustouflant avant qu’une guitare acoustique ne vienne nous cajoler sur la fin.

Avec « Freedom & Tranny » (« Frihet & Tyranni ») on se met des fleurs dans les cheveux et à la The Mamas and the Papas on trouve la faille spatio-temporelle pour se retrouver loin de cette actualité pesante (quel solo à nouveau) pour revenir sur une route perdue en Californie dans les années 60 pour faire du stop…

Sur la pochette, les ombres des musiciens derrière les fenêtres du manoir sont toujours là pour observer nos impressions et voir jusqu’où ils peuvent aller dans le prog’ sans trop nous traumatiser. C’est à nouveau réussi et c’est avec étonnement que les bas de nos jeans se sont transformés en pattes d’eph’…


 

Related posts

THE SWORD – Used Futur

Stephan Birlouez

TESTAMENT – Dark Roots Of Earth

Stephan Birlouez

CRAFT – White Noise And Black Metal

New Wire

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.