Among The Living
Digressions

Les Premiers Les Derniers

C’est une magnifique digression cinématographique que nous vous proposons cette fois avec « Les Premiers Les Derniers » : un délicieux film belge.

Afficher l'image d'origine

Avec ce 4ème long métrage, le réalisateur et acteur Bouli Lanners, nous propulse dans un univers qui lui est propre. Des images particulièrement soignées –même l’affiche est superbe- qui font penser à des tableaux (son côté peintre n’y est clairement pas étranger); des personnages hyper attachants, voici les ingrédients principaux de cette sorte de western/road movie à la fois sombre et tellement lumineux.

Bouli Lanners explique que tout est parti d’une image vue par la fenêtre du train entre Toulouse et Paris : « Une espèce de rampe de lancement en béton qui traversait la plaine sur des kilomètres », « une sorte d’aqueduc ». Il a repéré le nom des gares traversées, et y est retourné afin d’y planter son décor. En fait, il s’agit de la voie d’essai de l’aérotrain, projet qui devait relier Orléans à Paris mais abandonné en 1977. Et oui, après ce film vous ne verrez plus la Beauce avec le même œil, c’est certain. Peut-être même que vous pourriez aller jusqu’à apprécier de vous promener dans Pithiviers un dimanche c’est dire !

Quoi qu’il en soit, c’est à partir de cette image que Bouli Lanners a eu envie d’écrire l’histoire de ces personnages tous plus attachants, émouvants et sensibles les uns que les autres (ok, à part la bande de bras cassés, encore que…). Plus ou moins cabossés, ils suivaient chacun leur voie avant de finir par converger. Cochise et Gilou (Albert Dupontel et Bouli Lanners), les deux copains chasseurs de primes à la recherche d’un téléphone portable contenant des informations compromettantes. Willy et Esther, deux amoureux, un peu paumés, simples et tellement purs, qui avancent droit devant poursuivant leur quête. Michael Lonsdale, absolument sublime en papy tenant une maison d’hôte, avançant à son rythme (plutôt lent) et son ami croque mort (Max Von Sydow) qui lui aussi se dirige vers le crépuscule de sa vie. Clara, la mère célibataire, et Jésus, oui ! Jésus, lui-même en personne ! Enfin peut-être…

 


 

https://www.youtube.com/watch?v=oyYK2s0n3jk

 

Related posts

FLIBUSTIER, la première boutique à Pigalle!

Emmanuelle Neveu

AMERICAN HARDCORE « Une Histoire Tribale »

Victorien

Exposition : JAMAICA JAMAICA! @la Philharmonie de Paris

Bloody Tangerine

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.