Among The Living
Interview

ADX – Interview @Hard Rock café Paris 2024

ADX
Interview réalisée au Hard Rock café de Paris

par Martine Varago


Fers de lance de la scène heavy / speed metal française depuis plus 40 ans, ADX est de retour chez Verycords avec son 12ème album « L’Empire du crépuscule ». Plus en forme que jamais, ADX nous livre tout au long de ces dix chansons une nouvelle démonstration de son talent. Sa patte y est immédiatement reconnaissable : riffs de guitares puissants, rythmes rapides et énergiques, solos virtuoses, le tout porté par des mélodies irrésistibles et des paroles épiques.
Doté d’une production en béton signée Francis Caste (Black Bomb A, Pogo Car Crash Control),
«L’empire du crépuscule» prouve qu’ADX est toujours le maître absolu du genre, et que son règne n’est pas près de prendre fin ! Didier, Phil et Fred sont tous les trois présents pour défendre leur futur rejeton « On a fait notre album  pour nos premiers fans et pour les fans à venir ». Parallèlement, ils nous rappellent aussi quelques-unes de leurs premières émotions.

Amontheliving : Pour commencer, la line-up d’ADX ne varie pas trop depuis plus de 40 ans de carrière. On remarque une ligne de conduite fidèle et ancrée depuis le passé car, en général, au sein des groupes, c’est un peu comme une grande famille, ça se dispute souvent et parfois ça casse. Comment expliquez-vous votre bonne entente ?

Phil : En principe, les gens qui sont avec nous savent qu’on s’entend bien, humainement parlant. On a, en outre, les mêmes attaches musicales. En globalité tout se passe bien.

Didier : On est restés longtemps avec le même line-up mais, récemment, cela a bougé parce que le groupe a quand même plus de 40 ans. Il se passe pas mal de choses en 40 ans. Les deux seuls survivants du groupe c’est Phil et moi : on se connaît depuis très très longtemps et on a la même mentalité. On ne se prend jamais la tête parce qu’il faut une ossature dans le groupe pour que cela matche Les autres membres qui viennent d’intégrer le groupe dernièrement ont compris et ont les mêmes idées que nous.  On est en osmose et tout fonctionne. Ils sont vraiment gentils, ces garçons !

Amongtheliving : Donc une bonne ambiance et ça, c’est très important !

Didier : C’est comme au boulot, si t’as des chiants, tu les dégages !

Amongtheliving : Vous avez choisi de représenter la guillotine symboliquement dans « Exécution ». Est-ce qu’il y a une signification pour vous ?

Didier : Quand on a sorti le premier album, on était un peu fous, un peu speed. Un jour quelqu’un nous a dit : « quand on écoute ADX, c’est tellement speed qu’on en perd la tête ! » Et on s’était dit que lorsqu’on sortira un album, il faut absolument que la cover de la pochette marque.  Et on se dit à l’époque :  on en perd la tête – guillotine ça va bien ensemble et de là, c’est resté.

Amongtheliving : En 42 ans de carrière depuis 1982, est-ce que vous avez une petite anecdote à nous raconter chacun d’entre vous ?

Phil : Ce qui m’a marqué le plus dans l’histoire du groupe, c’est lorsque l’on a été signés pour le premier album. Quand tu n’as qu’une vingtaine d’années et quand on te dit que tu vas faire un disque, c’est merveilleux ! C’était un moment magique !

Didier : Pour nous, comme on était des mômes, faire un album c’était comme si on allait être reconnus. Whaooo ! ADX reconnu !

D’autres anecdotes, il y en a de nombreuses, par exemple, lorsque l’on a joué au Zénith de Paris ou au Hellfest. En 40 ans de carrière, on a bien bourlingué.

Amongtheliving : Ton pire souvenir qu’est-ce que ça serait justement ?

Phil : Ton interview ! (rires)

Didier : Quand Marquis (Ndj : Hervé Tasson, ex-guitariste) est décédé et le split du groupe à la fin des années 90. On avait réalisé un album en anglais et on avait pensé qu’on allait cartonner. On avait prévu d’avoir une tournée mondiale mais la maison de disques à l’époque nous a laissés tomber. On a fait notre album, on l’a enregistré à Berlin et on est revenus. Voilà le label nous a laissés tomber : cela agit sur le moral du groupe et on est redescendus au plus bas. Ensuite, on s’est séparés. C’était une période compliquée !



Amongtheliving : Aujourd’hui, vous poursuivez votre chant en français. Est-ce que le fait de chanter de nos jours en français ne restreint pas l’accès au marché international ?

Phil : Les retours que l’on a reçus de l’étranger dans les pays où l’on a joué ou non, le chant en français n’a jamais gêné. Par exemple, en Suède, les gens chantaient en phonétique et il y avait une putain d’ambiance ! Que ce soit l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne ou la Grèce, partout où l’on a chanté en français, il y avait une très bonne ambiance. On avait des fans japonais aussi. Franchement, il y a plus de critiques à ce sujet en France qu’à l’étranger.

Didier :  Il est vrai que l’on dit toujours que la langue anglaise c’est plus facile pour toucher beaucoup plus de monde. Mais, par exemple, le groupe allemand Rammstein chante dans sa langue maternelle. L’allemand c’est encore une langue beaucoup plus compliquée que le français. Mais pourquoi on ne continuerait pas de chanter en français ? On est français, on chante en français. On a essayé l’anglais : on a vu ce que ça a donné, on a beaucoup perdu de fans français quand on s’est mis à chanter en anglais. On n’a pas vendu plus que ça à l’étranger non plus. Donc, on s’est dit ça ne sert à rien, on n’aura pas le public de Metallica ni de Iron Maiden. On chante en français et on sait que l’on sait le faire.

Phil : L’accueil du français n’a jamais été un obstacle.

Amongtheliving : Quel est votre groupe français préféré, hormis ADX bien sûr ?

Phil : Des groupes français dans le metal, je n’ai pas de favori.

Didier : J’aime bien Titan, Gojira mais Gojira est devenu tellement gros qu’on n’a pas besoin de dire qu’on aime ! Je n’aime pas tout dans Gojira mais j”apprécie ce qu’ils ont apporté à la scène française.

Fred : Perso, j’adore Patrick Vandal, le guitariste français qui joue avec Jean-Michel Jarre. Et les groupes avec qui on a partagé les affiches comme Titan.

Amongtheliving : « L’empire du crépuscule », ainsi s’intitule votre dernier album qui sortira le 31 mai prochain sur le label Verycords. Comment s’est déroulée la production de cet album ?

Phil : On a déjà travaillé auparavant avec le label Verycords.  Ensuite, on a voulu faire un peu d’auto production mais on s’est rendus compte que c’était beaucoup de travail pour peu de retombées. D’ailleurs, c’est un métier. Nous, en tant que musiciens, nous ne sommes pas producteurs. Quand l’album a été finalisé, on a contacté Mehdi, le patron de Verycords.

Didier : Deux semaines après, il nous a dit oui et donc on est retournés chez Verycords et ça nous fait du bien.

Amongtheliving : Quand on écoute ces 10 derniers morceaux, on entend bien le gros son du heavy rock, du hard rock des années 80 avec une amélioration moderne. Est-ce que c’est une intention voulue car de nombreux fans ont besoin de retrouver cette époque des années 80 ?

Phil : En Espagne, au niveau musique et vestimentaire, les Espagnols sont beaucoup restés dans les années 80. Je dirais que c’est un mouvement ciblé qui continue à faire son bonhomme de chemin.

Didier :  On a gardé les accords de guitare style années 80 alors qu’aujourd’hui les sons de guitare sont très graves. C’est pour cela que l’on ressent ce son des années 80.  En outre, la production reste assez poussée.

Fred : On a gardé aussi le côté mélodique avec un accordage qui se tient plus dans les aiguës que ce qui se fait actuellement.

Didier :  Nous, on adore la mélodie. Si tu vas à un concert, c’est pour faire la fête et c’est aussi pour chanter. Si tu ne peux pas chanter, cela m’embête un peu. (rires)

On ne suit pas la mode de tout le monde qui consiste à saturer les sons de guitare. On reste conventionnels.

Phil : Et on est là pour faire du ADX. On ne va pas se lancer dans un autre style car c’est très dur d’obtenir de la notoriété. Si l’on change de style, je ne suis pas sûr que les fans apprécient.

Didier : ADX, c’est bien. Si tu changes un petit peu, les fans vont te dire : « Ah, bah ce n’est plus du ADX, c’est plus pareil. » Donc, c’est toujours compliqué !

Amongtheliving :  En France, c’est bien connu que les Français ont la réputation d’être des râleurs et de n’être jamais contents ! 

Didier : Tu peux multiplier par deux ta qualité de musique par rapport à d’autres pays.

Amongtheliving : Quel est pour chacun d’entre vous votre morceau préféré ?

Didier : J’aime bien « Hors contrôle ».

Phil : Je les aime tous sinon je ne les aurais pas chantés. J’aime bien « Montfaucon » parce que cela change un peu. C’est lourd, c’est du ADX.

Didier : Cela te ressemble un peu plus ! (rires)

Phil : C’est lourd comme moi ! Ouais, on peut le dire : pour une fois, c’est un hommage !

Didier : Sur un album, il faut éviter de se faire chier. Il ne faut pas que tous les morceaux se ressemblent. On essaye toujours de faire un morceau speed, un tempo modéré parfois heavy mais on n’est pas caractérisés comme un groupe de speed metal même s’il y a 70 % de nos morceaux qui sont très speed. On essaye de moduler un peu les tempos des morceaux.

Fred : J’aime bien tout. Il y a certains morceaux qui sont globalement plus longs que d’autres. D’autres morceaux sont joués avec des alternances de rythme speed, plus lent, mid-tempo.

Didier : Est-ce que tu aimes bien le silence qui il y a entre chaque morceau ?

Fred : C’est ce que je préfère !  (rires)

 

Amongtheliving : Quels sont vos projets de concerts pour promouvoir cet album ?

Didier : C’est en cours. Il y a une tournée en préparation pour 2025 par Metallian productions. On peut déjà annoncer quelques dates : le Mennecy fest en septembre prochain.

Fred : Il y aura une date au Luxembourg.

Phil : Il y aura des concerts à l’étranger.

Amongtheliving : Le mot de la fin est pour vous, pour nos lecteurs et vos fans.

Phil : Qu’ils apprécient l’album comme nous on l’apprécie et qu’ils viennent nombreux aux concerts.

Didier : On a fait notre album pour eux, pour nos premiers fans et pour les fans à venir. On couvre plusieurs générations. ADX travaille à la fois avec des anciennes méthodes et des nouvelles avec des nouveaux membres. Pour l’instant, après plus de 40 ans de carrière, on est encore en forme ! On a une moyenne d’âge de 27 ans et on a encore des choses à dire !


Related posts

Interview du groupe MAX PIE

Stephan Birlouez

Entretien avec Arnaud, poly instrumentiste du groupe MAGOYOND

Stephan Birlouez

Entretien avec Max & Nico D’HOLISPARK

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.