Among The Living
Interview

Entretien avec Julien, chanteur de CHEMICAL SWEET KID

Entretien avec Julien, chanteur de CHEMICAL SWEET KID


chemical sweet kid


-Comment vivez-vous cette période particulière de confinement ?

Pour ma part, je la vis plutôt bien. J’ai la chance d’avoir un home studio assez confortable à la maison dans lequel je passe la plupart de mes journées à composer de nouveaux morceaux. Ça pourrait être pire !

-Peux-tu nous parler du processus d’écriture/composition dans Chemical Sweet Kid pour la musique et les paroles ?

À vrai dire, le processus est assez simple. Je compose seul la musique en studio, j’écris les paroles et ensuite j’envoie ça à notre guitariste qui apporte sa petite touche perso.

-Le groupe existe depuis 2008. Quelles sont les choses qui ont changé ou évolué dans le groupe depuis les débuts ?

Le groupe est totalement différent de ce qu’il était au commencement tant au niveau musical qu’au niveau du line-up. J’ai commencé ce projet, un peu par hasard, en étant seul sur scène. C’était très orienté électro au début avec des influences comme TAMTRUM et SUICIDE COMMANDO, et j’ai ensuite accentué le côté métal. Bien que les guitares étaient synthétiques, l’influence rock commençait déjà à se faire entendre dès le 2ème album « Broken Wings ». Le line up a aussi beaucoup évolué avec notamment l’arrivée d’un guitariste live en 2015, qui a quitté le groupe fin 2019. Il a été remplacé par Yann qui attend avec impatience de faire son 1er concert avec nous, qui devait avoir lieu le 14 mars en Suisse mais qui a été reporté au vue de la situation sanitaire actuelle. Gautier à également remplacé Coralie au clavier en 2018.

-L’ambiance générale dans Chemical Sweet Kid est plutôt sombre et inquiétante. Est-ce que cela reflète ta vision du monde actuel ?

Je t’avoue que c’est assez difficile de voir des choses positives dans le monde actuel, pour preuve ce que nous vivons tous actuellement. Plus globalement, j’ai toujours eu un penchant pour les musiques sombres, c’est donc naturellement et de façon inconsciente que j’ai reproduit cela dans la musique de CSK.

-Fear Never Dies est sorti en 2019, soit à peine deux ans après Addicted To Addiction, en 2017. Est-ce que vous avez retravaillé des morceaux non retenus pour le précédent album où il s’agit de toutes nouvelles compositions ?

C’est assez rare que des morceaux ne soient pas retenus car j’aime à les retravailler jusqu’à ce qu’ils me plaisent ! Et si ce n’est pas le cas, je préfère ne pas insister et repartir sur une nouvelle base. Donc, oui, ce sont tous de nouvelles compositions.

-La partie electro dans Chemical Sweet Kid est très importante dans la musique. On peut même parler d’influence EBM par moment. Es-tu d’accord avec ça ? Peux tu nous parler de ton rapport à la musique électronique ?

Absolument. Avant Chemical Sweet Kid, j’officiais en tant que DJ techno/hardcore puis j’ai découvert TAMTRUM lors d’un concert dans le bar où je mixais. La musique électronique est donc l’essence même de Chemical Sweet Kid, d’autant plus que les morceaux sont composés de manière électro via un séquenceur avec boîte à rythmes, synthés,…

-Fear Never Dies est un album plutôt long, était-ce une volonté pour le groupe ? on y trouve également 2 remix de AGONOIZE et NACHTMAHR, comment s’est monté ce projet ?

Au contraire, je voulais faire un album assez court au départ avec tout au plus 10 morceaux. Ensuite, j’y ai ajouté une intro (Shall We Begin) que j’ai quelques mois plus tard décliné en petite comptine un peu flippante (Sick Of You All). En attendant de travailler sur l’artwork, j’ai finalement composé un dernier morceau, puis un autre, auxquels se sont ajoutés les remixes d’AGONOIZE et NACHTMAHR.

Cela faisait déjà quelques années qu’avec Chris L. (chanteur-compositeur d’AGONOIZE) on discutait d’une collaboration et cela s’est finalement concrétisé avec un remix du titre Lights Out. Alors que l’album était complet et pratiquement prêt à sortir, j’ai passé quelques fins de soirée à l’Amphi Festival à partager quelques verres avec Thomas Rainer de NACHTMAHR qui m’a proposé de remixer un titre en remerciement d’une cover que j’avais fait pour lui quelques années auparavant.

-Vous aviez une belle tournée de prévue avant le Covid19, notamment en France avec PORN et en particulier en Allemagne avec pas mal de dates. Est-elle annulée dans son intégralité ?

Oui, on peut dire que cette crise a bouleversé une belle année de concerts pour nous. La malchance continue, car la tournée avec Project Pitchfork devait initialement débuter au mois de février mais a dû être une première fois reportée pour raisons médicales. Mise à part la date en Suisse qui est reportée au mois de décembre de cette année, tous les autres concerts auront lieu l’année prochaine, y compris notre passage à l’AMPHI FESTIVAL. Pour l’instant, seules les dates d’octobre et de novembre sont maintenues.

-L’Allemagne est un pays plus « réceptif » que la France à votre genre musical ?

Sachant que l’Allemagne est le berceau de la musique gothique, EBM, electro-dark et qu’ils ont beaucoup de festivals représentant cette culture, je dirais que c’est incontestable. C’est surtout dû à notre côté électro j’imagine. Les Allemands sont très motivés et passionnés. Ils sont aussi nombreux à venir découvrir la première partie de la tête d’affiche pour laquelle ils ont acheté leur place. Je me souviens d’un concert à Hambourg où à 20h la salle était déjà pleine et environ 1 000 personnes attendaient notre arrivée sur scène. C’était un superbe accueil.

En France, nous sommes entre deux mondes : trop métal pour les gens de l’électro et trop électro pour les gens du métal. Je généralise peut-être mais c’est l’impression que j’en ai.

On vous laisse le mot de la fin.

N’hésitez pas à aller mettre une oreille sur l’album ici >> smarturl.it/fnd-spotify


Related posts

PIERCE THE VEIL – Interview

Aline Meyer

Conférence de presse EUROPE avec Joey TEMPEST Hard-Rock Café Paris

Stephan Birlouez

Entretien avec Rachel, Damien et R.U.L de ETHS

Emmanuelle Neveu

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.