Among The Living
Interview

Interview avec Alex & François de DEAD TREE SEEDS

Fin Juin 2021 nous nous sommes entretenu avec Alex et François de DEAD TREE SEEDS afin de parler de leur dernier opus Push The Button.


DEAD TREE SEEDS


On sent toutes ces influences Thrash dans notre musique et on ne s’en cache pas. C’est clairement assumé, on fait ce que l’on aime.

Pouvez-vous vous présenter ainsi que DEAD TREE SEEDS ?

François : Bonjour je m’appelle François et je suis le guitariste de DEAD TREE SEEDS. Je viens d’arriver au sein de la formation.

Alex : Je suis Alex le batteur du groupe et dernier membre d’origine. A l’origine le groupe est né sur le split d’un groupe qui s’appelait TRIAKANTHOS à partir duquel nous avons monté DEAD TREE SEEDS avec Nico (guitare). Pour la petite histoire le TRIAKANTHOS est un arbre févier et donc nous avons fait naitre DEAD TREE SEEDS avec les graines de cet arbre mort.

Comment le groupe a-t-il vécu cette période Covid19 ?

François : Pour ma part je l’ai vécue d’une façon pas trop négative pour tout dire, puisque nous avons signé en 2020 avec le label MUSIC RECORDS et nous avons sorti l’album Push The Button. Malgré le confinement nous avions quand même de la matière pour se motiver et maintenir le moral. Après nous ne sommes pas des professionnels de la musique, on n’a pas perdu autant que ceux qui vivent du milieu comme les intermittents et autres acteurs du monde de la culture.

Alex : Je dirais même que cela a permis de tester le groupe. Malgré l’éloignement et le fait qu’il n’y ait plus de répet, on a quand même continué à composer et à bosser. On a même le matériel pour le troisième album.

Vous avez donc le troisième album de quasiment prêt ?

Alex : on va dire qu’il est bien avancé et que l’on a vraiment de la matière.

Du coup la sortie de Push The Button a été décalée par le covid ?

François : Au début on devait le sortir en mars de manière autoproduite. Mais la signature avec le label MUSIC RECORDS nous a fait retarder la sortie pour se caler sur leur planning. La pandémie est arrivée là-dessus et nous avons sorti Push The Button en juillet pour la version digitale, et en octobre en physique.

Alex : C’était particulier, et cela faisait tellement longtemps que l’on attendait de sortir l’album qu’on s’est lancé sans attendre la fin de cette situation pour ne pas se retrouver noyer dans la masse des sorties mises en attente.

Comment vous êtes-vous retrouvés sur MUSIC RECORDS ?

Alex : En fait j’ai fait ce que la majorité des groupes doivent faire, à savoir mettre à contribution mon pote Google et ratisser large sur la recherche « Label Music ». Finalement nous avons eu la réponse de M&O Label Music et MUSIC RECORDS, avec un choix de riche à faire (rires). Nous avons donc signé avec MUSIC RECORDS.

Les retours sont plutôt excellents dans la presse spécialisée. Qu’en est-il des fans et auditeurs ?

Alex : Oui c’est super ! Les premiers retours sont vraiment bons. On a des gens qui ne nous suivaient pas et qui nous suivent maintenant, et ça ce sont les meilleurs retours du monde. On a vendu pas mal de disques pendant le confinement, et donc sans faire de concert, ce qui est très encourageant.

Vos influences sont claires : Thrash Oldschool. Quels sont les groupes qui vous ont influencés et ceux que vous écoutez aujourd’hui ?

François : Alors pour ma part tous les groupes de Thrash des années 80. D’Anthrax aux premiers Metallica (j’insiste) en passant par Kreator ou mon groupe de prédilection Coroner. Ils ont bercé toute ma vie d’ado et encore aujourd’hui. C’est avec eux que j’ai appris mes premiers riffs de guitare. J’écoute aussi des groupes plus récents comme Evile, Havok ou encore Warbringer.

Alex : Pour ma part c’est la même chose. DEAD TREE SEEDS c’est un peu un mélange de tout cela avec du Slayer, du Testament, du Exodus et du Megadeth aussi. On sent toutes ces influences dans notre musique et on ne s’en cache pas. C’est clairement assumé, on fait ce que l’on aime.

On a tous un boulot et on essaie de faire le plus pro possible avec un budget mini.

Push The Button est votre deuxième LP, après Seeds Of Thrash. Comment définiriez-vous votre évolution depuis le début ?

Alex : Je dirais que c’est un album d’un autre groupe. Il n’y a plus que moi de Seed Of Thrash, et les choses sont claires, ce n’est plus le même groupe. Push The Button a été composé par Aurélien (guitare), c’est autre chose et plus mature. Le troisième album sera encore différent car François arrive et apporte des compos avec son style.

Quels sont les thèmes que vous développez sur Push The Button et qui écrit les textes ?

François : C’est Franck le chanteur et c’est donc lui qui écrit essentiellement les textes. Personnellement je ne me suis pas véritablement intéressé aux paroles et je lui fais confiance. Les thèmes développés ici sont classiques comme les manipulations politiques, les guerres et l’apocalypse (rires). Il y a tous les codes du Thrash.

Alex : On exprime toute notre joie de vivre (rires).

Quel regard portez-vous sur la scène métal en général, et française en particulier ?

Alex : C’est un peu un gâchis au niveau de la scène française. Il y a un paquet de bons groupes que personne ne connait. D’un autre coté on retrouve une myriade de groupes qui essaient à tout prix d’innover et qui finalement se retrouvent tous à faire plus ou moins la même chose avec un son aseptisé. Même chose au niveau international.

François : il y a des modes.

Il y a un problème de promotion ou le modèle d’écoute des auditeurs a changé ?

Alex : Pour sortir du lot il faut de la promotion, c’est indispensable. Même si l’écoute aujourd’hui passe en mode « jetable » avec les plateformes de streaming, la promo reste François : indispensable.

Comment s’est passé l’enregistrement ?

Alex : Alors pour des raisons économiques on a programmé la batterie, et c’est pour moi frustrant. Mais c’est un choix collectif et on a mis l’argent autre part (T-shirt, etc…).
Avec une batterie programmée c’est plus simple et moins cher.

François : C’est vrai que les enregistrements de la batterie en studio c’est chronophage. Il faut bien avouer qu’aujourd’hui les batteries sont Trigger à mort et souvent surcompressées. La caisse claire sonne comme la grosse caisse. Pour les guitares c’est chez Aurélien et après les fichiers partent chez l’ingé son et puis on a plus qu’à se focaliser sur le son.


DEAD TREE SEEDS – Push The Button


Quel est le modèle économique du groupe ?

Alex : on a tous un boulot et on essaie de faire le plus pro possible avec un budget mini.

Vous avez des dates de concerts de prévues ?

François : On a quelques touches oui pour 2022, mais en ce moment c’est très compliqué d’avoir un peu plus de visibilité. Mais une journée promo comme celle-ci sert aussi à avoir des contacts avec les tourneurs.

Quelles sont vos aspirations pour Push The Button et pour DEAD TREE SEEDS en vous projetant dans l’avenir ?

Alex : On a un EP qui sortira en février 2022 avec 3 titres du premier album et un nouveau titre qui ne sera dispo que sur cet album. Mais sinon on fera tout pour aller au bout de notre histoire.

François : Le label nous avait proposé de rééditer le premier LP, et on a préféré refaire les titres et choisir les 3 que l’on joue toujours sur scène.

François : Que DEAD TREE SEEDS devienne une référence Thrash français.

Avez-vous un projet de vidéo après celle sur « Thru God For Vengeance » ?

Alex : On est en train de mettre ça en place oui.
François : ça sera pour l’EP.

Vous avez le mot de la fin.

François : Merci de continuer à promouvoir le Metal et des groupes comme DEAD TREE SEEDS.

Alex : Oui un grand merci pour ça et pour votre chronique également.

Related posts

DAVID SPARTE – Interview au Trianon de Paris

Emmanuelle Neveu

Rencontre avec Iñigo Delgado du groupe FISHING WITH GUNS 

Stephan Birlouez

Entretien avec Toschie, chanteur d’AUDREY HORNE

Emmanuelle Neveu

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

X