Among The Living
Interview

Interviews HELLFEST 2022 : Rotting Christ – Sakis Tolis

Il fait tellement chaud sous la tente dédiée aux interviews (avec une température qui dépasse les 50°C) que l’entretien avec Sakis Tolis, chanteur/guitariste de Rotting Christ se fait à l’extérieur sous un parasol.



Avant de commencer, le musicien est tellement sympathique et serviable qu’il n’hésite pas à retourner dans les boxes surchauffés pour signer un cliché réalisé par Stéphan Birlouez sur lequel il se trouve en rajoutant au-dessus de sa tête le fameux « Non Serviam » cher au groupe.

Retour à l’ombre les t-shirts collants de sueur pour commencer l’interview…

 

Lionel/Born666 : On vient juste de recevoir votre nouveau single « Holy Mountain » qui sera sur votre prochain album. Quel étonnement de retrouver dessus Lars « Lazare » Nedland de Borknagar. Comment s’est passé la rencontre ?

Sakis Tolis : J’adore ce qu’ils font depuis longtemps et plus spécialement ce qu’ils ont fait sur leur dernier album. Je les connais bien. Rapidement je lui ai demandé s’il accepterait de faire les backing vocals. On s’est rencontré et cela s’est très bien passé. Sur mon projet solo déjà on retrouve des invités.

On a un single mais qu’en est-il du nouvel album. Que peut-on déjà en dire car je n’ai pas d’info à ce sujet ?

Il n’y a pas encore de nouvel album. On a seulement lancé le single pour voir les réactions des gens. Ils peuvent l’écouter gratuitement. C’est ce que j’ai fait l’année dernière. Maintenant je travaille dessus mais il n’y a encore pas de date de prévue.

Penses-tu déjà que tu as changé ta façon d’agir en ce qui concerne la création de cet album ?

Franchement, je n’en ai aucune idée pour le moment. Je peux seulement te dire qu’il est plus mélodique, plus metal aussi et bien sûr, plus puissant. Et plus épique surtout !

Parce que si on revient sur vos derniers albums on retrouve un peu toujours ce côté spartiate…

Je pense que maintenant on en a fait le tour et qu’il est temps de passer à autre chose. D’ailleurs on doit travailler maintenant sur d’autres idées. C’est pour cela qu’il y aura des petits changements.

Bon tu travailles dessus et il n’y a rien de précis mais as-tu déjà une idée générale de comment il va sonner à la fin ?

Non franchement je ne sais pas encore. Tout ce que je peux te dire c’est qu’il sera plus épique et beaucoup plus metal.

Allez vous à nouveau demander à d’autres invités de venir jouer dessus ?

Oui bien sûr ! Pas obligatoirement des musiciens mais des amis à nous, certains de mes amis. Je suis content et fier de demander à mes bons amis de participer à cette aventure.

Comment travailles-tu ? Seulement seul ou avec ton frère ?

Non je préfère être seul, isolé. Complétement isolé…

Un peu comme les norvégiens qui aiment trouver l’inspiration assez loin, dans les profondeurs d’un fjord ou perdus dans les montagnes…

Tu sais si tu dois ressentir de bons sentiments pour écrire, pour trouver l’inspiration tu te dois de t’isoler.

C’est comme ça que je travaille, c’est ainsi que je fonctionne…


Photo by Lisa Brault

J’avais une question assez éloignée de ce sur quoi on parle mais peux-tu m’en dire plus la participation de Rotting Christ avec le jeu « Mortal Shel » sur PS4 alors qu’on était tous confiné avec le covid, toi tu travaillais ?

Parce que je déteste avoir la pression de ne rien faire. J’ai aussi enregistré mon premier album solo pendant cette même période.

Tu as donc ce besoin de travailler toujours, d’être en action. C’est important pour toi. Quand tu es sur un festival, comme aujourd’hui au Hellfest, as-tu le temps d’aller voir d’autres groupes jouer sur scène ?

Je vais trouver le temps bien sûr. Avant tout, avant d’être un musicien je suis un fan. Ce soir par exemple j’irais voir sous la Temple : Primordial, Abbath et Mayhem car de plus d’être de bons musiciens ce sont de vrais amis.

Tu reviens d’une tournée aux Etats-Unis de plus de 30 dates. Maintenant tu es ici et tu peux le ressentir encore plus. Quelles sont les plus grosses différences entre vos fans là-bas et ici en Europe ?

C’est très différent, ici ils sont plus impliqués, ils en savent plus sur la musique de Rotting Christ. Ils en savent plus sur la vie du groupe. En revanche aux USA il y a plus de nouveaux fans qui découvrent le groupe. Ce n’est pas pareil.

Si on revient sur la scène black metal.  Quels sont tes préférés : les norvégiens ou les suédois ?

Les grecs ! (Rire) J’aime le black metal, peu importe d’où il vient.

Si la guitare électrique n’existait pas, tu ferais quoi ?

J’ai essayé de faire autre chose mais je n’y arrive pas. J’ai dédié ma vie au metal, donc je vis sur les routes pour cela.

A quoi peut-on s’attendre ce soir en ce qui concerne la setlist ?

Elle sera pareil que celle que l’on a fait en Hollande. C’est-à-dire celle qu’on a fait hier. On va piocher au travers de tous nos albums…

Merci pour cet interview.

On est content d’être en vie, d’être de retour sur les routes et tellement content de retrouver l’ambiance des concerts et des festivals et on espère que tu vas apprécier notre show ce soir.


 

 

 

 

 

Related posts

Entretien avec Yann, guitariste du groupe BALLS OUT 

Stephan Birlouez

Entretien avec Joseph et Valentin du groupe CARIBOU BATARD.

Victorien

Entretien avec Manuel Gagneux de « Zeal and Ardor »

Emmanuelle Neveu

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.