Among The Living
Live Report

AIRBOURNE – BLUES PILLS @Zenith de Paris

AIRBOURNE : De  veritables bolides à fond sur scene
Première partie : Blues Pills

PARIS, Le Zénith, Paris 28 novembre 2022

Olympia production


En amont des successeurs d’AC/DC, le groupe de rock blues suédois, Blues Pills, a du mal à conquérir le public parisien, venu pour AIRBOURNE. C’est chouette de pouvoir se faire une première partie au Zénith mais c’est un défi à relever. Blues Pills n’y parvient pas malgré leur chanteuse qui essaie d’aguicher la gente parisienne.

Le quatuor australien AIRBOURNE devient un habitué de la scène française puisqu’ils viennent jouer régulièrement au Hellfest depuis 2008. Adulé par les fans d’AC/DC, AIRBOURNE, certes originaire du même pays que leurs influenceurs, n’en demeure pas moins un groupe de hard rock à l’énergie exubérante.


airbourne


Ça déchire, ça rock’n’roll à haut voltage.

Quand le rock australien débarque au Zénith, c’est un véritable crash de décibels sur scène. À peine débarqués sur les planches avec leur habituel titre « Ready to Rock », les quatre illuminés vrombissent et invitent le public, en majorité masculine, à danser. La scène vibre tellement le volume est élevé. Le public entre vite en ébullition : headbanging et pogos suivent le rythme. Durant les quatre premiers morceaux autorisés à être photographiés officiellement (remerciements à Olivier Garnier), le trio en avant-scène occupe toute la place.

Virevoltants, se déchaînant sur leurs accords avec virtuosité, les deux guitaristes, le nouveau Jarrad Morrice et Joel O’Keeffe ainsi que le bassiste Justin Street cavalent et se donnent à fond. Jarrad s’adapte parfaitement au style hard rock australien. Ça déchire, ça rock’n’roll à haut voltage. Les cordes vocales de Joel, toujours torse nu et jeans troués aux genous style Ramones  explosent et les coups de tonnerre portés par les frappes du batteur Ryan O’Keeffe font trembler tout le Zénith.  Joel, le chanteur, sans limite, et en osmose complète avec ses fans, prend un véritable bain de foule sur « Firepower » comme à l’accoutumée, osant le tout pour le tout ! Justin le bassiste assure aux choeurs er rugit tel un lion de la savane africaine. Au fond de nos tripes, leur son puissant transperce tous nos muscles et nos méridiens de nos corps en trance. Leur musique vrombit tel un moteur d’avion à réaction.


airbourne


Une déferlante de décibels hors norme.

La cadence des quatre morceaux suivants ralentit légèrement mais laisse reprendre notre souffle. Place au 100 pour 100 Rock’n’Roll avec les deux morceaux « It’s All For Rock’N’ Roll » et «Stand Up For Rock’n’ Roll » où le chanteur prépare une surprise à l’audience parisienne. Un chariot arrive sur scène, chargé d’une bouteille de Jack Daniels et de coca cola (en hommage à Lemmy !).
Joel revendique sa rencontre avec Lemmy à Los Angeles et alors il s’amuse à verser whisky et coca dans des verres en plastique transparent. Puis il les lance adroitement telle une boule de bowling à quelques fans chanceux qui parviennent à les attraper au vol comme un ballon de rugby. Les verres arrivent à moitié vides ou à moitiés pleins, voire quasi vides bien évidemment après explosion !



Aussi, fidèles à eux-mêmes, les quatre musiciens martèlent leur hard rock ultra efficace à une audience qui manifeste de plus en plus bruyamment son approbation au fil des morceaux. La première partie se termine déjà. Place au rappel avec le célèbre tryptique « Live It Up », « Rock’n’Roll For Life » et « Runnin’ Wild » en fondu enchaîné. Les quatorze titres interprétés ont tous fait mouche, faisant correctement monter la température afin d’accueillir les héros du soir.

Et aussi félicitations au S.O. du Zénith qui s’est montré bienveillant et a enduré une déferlante de décibels hors norme.


Setlist

Ready to Rock
Too Much, Too Young, Too Fast
Firepower
Girls in Black
Back in the Game
Burnout the Nitro
Boneshaker
Bottom of the Well
Breakin’Outta Hellfest
It’s All for Rock’n’ Roll
Stand Up for Rock’n’ Roll

Encore:

Live it Up
Rock’n Roll for Life
Runnin’ Wild

Related posts

BENIGHTED – SVART CROWN – WILD @Petit Bain Paris

Byclown

DOWNLOAD Festival Paris 2018 : Ambiance

Stephan Birlouez

HELLFEST 2022 Part2 : Déambullation d’un festivalier heureux.

Grow Ning

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.