Among The Living
Live Report

Black Bomb A + Aqme + Darkness Dynamite

Le ciel est chargé en ce 18 mai 2012, et devant le Cabaret Sauvage commence à se masser une foules de jeunes metalleux tous autant impatient que moi d’en découdre avec ce programme prometteur affiché devant la porte :
Black Bomb A + Aqme + Darkness Dynamite
 

Au menu une avalanche de métal, voici une affiche à faire flipper une boule Quiès.

Les 5 Parisiens de Darkness Dynamite ouvrent le bal, puissant et énergique, emmené par Junior Rodriguez comme hurleur, Nelson & Zack aux grattes, Christophe à la basse et Vincent à la moissonneuse batteuse. ils délivrent un show bien couillu et efficace et le public ne s’y trompe pas, malgré une approche timide il finit par se laisser convaincre aux appels du métalcore de DD .

La température monte. Les fans sont dans la place et leur set est sans accrocs.

J’avoue que je suis conquis par ce groupe qui délivre un bon son bourré d’énergie. Ne les connaissant pas et étant donc vierge de prejugés sur leur compos, ce que j’ai vu et entendu ce soir-là laisse auguré une suite prometteuse.
Apres un set d’une heure, le ton est donné, Darkness Dynamite laisse la fosse bien chauffée
Au tour des Aqme de nous balancer leur Metalcore « alternatif », avec, pour conduire la tribu, Vincent au chant, Etienne à la batterie, la magnifique Charlotte « Charlie » à la basse et Julien à la guitare.

L’ambiance est métallique dès les premiers accords de Idiologie de leur dernière galette suivi de Violence , la fosse réagit immédiatement et le set promet alors d’être explosif.

Dès lors Vincent ne lâche plus le public en l’exhortant aux circles pit et autre pogo de furieux, jeux dans lequel il se lance sans se faire prier. La communication avec le public est parfaite, les échanges nombreux et l’ambiance vraiment au top (attitude que de nombreux groupe, ayant pris de la bouteille et aussi du melon, devrait prendre en exemple).
S’en suivent des titres comme uniformes , Blaspheme , prometheen , assenés à la masse sur une fosse qui en redemande. La performance du groupe est à la hauteur de l’exigence du public. Le set se termine avec un  Superstar  attendu et un  Macabre Moderne  en final apocalyptique.
Il est 21h30 environ et voici que les Furieux de Black Bomb A se ruent sur scène, et là : Pas le temps de respirer.
Le set commence par un Pedal to the metal qui met la barre haute et donne le ton, morceau du dernier Opus du groupe.

Le public réagit directement, la fosse est en ébullition, emmené par Poun et Shaun BBA enchaine avec « my mind is a pussy » destructeur.

Les morceaux s’enchainent furieusement et tout y passe de Mary à Enemies of the state en passant par Destruction
Le son est énorme, l’énergie du groupe est palpable, les pogos s’enchaine dans des circles pit chaotiques, le public prend son pied et le groupe est en fusion avec lui.
A tel point qu’ils ne font plus qu’un sur scène sur un fond de Beds are burning dévastateur.
Je sors du Cabaret sauvage groggy, avec cette sensation d’avoir assisté à du très lourd ce soir. La scène française est belle est bien là, solide (si BBA pouvait garder un line up stable SVP) et n’ayant rien à envier à la scène internationale.

Ces mecs mon botté le cul.
Metal up my ass ce soir là.

Photos :

Related posts

ALCATRAZ Festival 2017 : Day 1

Stephan Birlouez

JOE JACKSON @La Cigale Paris

Loïc 'Lost' STEPHAN

T.A.N.K – JOEY JORDISON’S VIMIC @ Petit Bain Paris

Emmanuelle Neveu

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.