Among The Living
Live Report

DIMMU BORGIR – AMORPHIS – WOLVES IN THE THRONE ROOM @Le Bataclan – Paris

DIMMU BORGIRAMORPHISWOLVES IN THE THRONE ROOM


Le Bataclan – Paris
Jeudi 23 Janvier 2020

DIMMU BORGIR @Bataclan Paris


A cause de la non-grève du houblon dans les bars à proximité du Bataclan, là où nous sommes établis, et des gens qui ne le savent pas et font, donc, la queue pour entrer dans la salle de concert sur plus de 50m, par un froid de canard complètement déshydratés, nous finissons par décider de leur emboîter le pas et à parvenir à entrer…malheureusement trop tard pour voir la prestation de WOLVES IN THE THRONE ROOM, mais heureusement le Boss, qui a eu le nez fin de ne pas nous rejoindre, a pu y assister….


SETLIST WOLVES IN THE THRONE ROOM

Born From the Serpent’s Eye

Angrboda

I Will Lay Down My Bones Among the Rocks and Roots


DIMMU BORGIR - AMORPHIS - WOLVES IN THE THRONE ROOM
DIMMU BORGIR - AMORPHIS - WOLVES IN THE THRONE ROOM
DIMMU BORGIR - AMORPHIS - WOLVES IN THE THRONE ROOM
DIMMU BORGIR - AMORPHIS - WOLVES IN THE THRONE ROOM
DIMMU BORGIR - AMORPHIS - WOLVES IN THE THRONE ROOM
DIMMU BORGIR - AMORPHIS - WOLVES IN THE THRONE ROOM

19h30 pétante, on est donc dedans, et les premières notes de l’intro de The Bee envahissent le Bataclan, le public réagit direct et démontre qu’il est bien là pour AMORPHIS. J’avoue que ça démarre plutôt bien, et que le morceau est vraiment très bon.

Ils enchaînent avec Heart Of The Giant, ça joue, l’orchestration est top, mais au moment où surgît le troisième titre, je commence à saturer fortement en clavier, qui est quand même relativement présent par rapport à l’ensemble. Pourtant vocalement, l’alternance des growls et du chant clair est parfaitement maîtrisée, le reste des musiciens n’est pas là pour faire de la présence non plus.

Malgré tout, au fil des morceaux, le clavier aura raison de moi…et les fans qui tapent des mains façons concert de Franck Mickael…mince j’ai dû louper un truc…ça fait plusieurs fois que je vois ça, ça doit être la mode…bref…

Ils passeront une heure vingt à essayer de me convaincre en piochant dans presque toute leur discographie, remontant jusqu’à 1994 en jouant trois titres de Tales From The Thousand Lakes qui me dressera une étiquette, ben ouais, le death à l’ancienne, on ne se refait pas, même si le son du clavier…grrrrr.
Ils reviendront donc sur leur dernière période, avec vraiment de supers passages, même si…oui, je sais, je l’ai déjà dit, mais sur Sampo, le solo de touches (je l’ai pas dit…) est juste impossible auditivement…. Ils finiront par Black Winter Day, un vieux titre de 1994, de l’album précité et clôtureront leur temps de jeu dans une énorme ovation du public et des fans, bon d’un autre côté, ils avaient déjà les mains chaudes….


SETLIST AMORPHIS

The Bee

Heart of the Giant

Bad Blood

Silver Bride

The Four Wise Ones

Thousand Lakes

Into Hiding

Against Widows

Sampo

Wrong Direction

The Golden Elk

Sign From the North Side

House of Sleep

Black Winter Day



21 :15 les lumières s’éteignent, l’intro débute pour la grande messe…DIMMU BORGIR

Chacun des six membres à sa place, section rythmique au fond, sur des promontoires, de gauche à droite, basse, batterie, clavier, et aux avants postes, le chanteur entouré des deux guitaristes. Ils démarrent par deux titres du dernier album, The Unveiling et Interdimensional Summit. Le son est excellent, la prestation des encapuchonnés est au rendez-vous de mes attentes.

Puis, on remonte treize ans en arrière, bon à leur décharge, ils ont fait une pause de sept années de 2010 à 2017, pour deux titres de In Sorte Diaboli, du coup quand ils jouent The Serpentine Offering, je suis comme un fou, les petits poils des bras qui se dressent et le smile qui ne me lâche pas.
A croire qu’ils fonctionnent par paire, on se retrouve avec, à suivre, deux titres de Abrahadabra avant de remonter quasiment vingt ans en arrière avec Puritania, un titre de 2001 issu de Puritanical Euphoric Misanthropia, et de revenir pour un doublé du dernier album Ætheric et Council of Wolves and Snakes.

C’est énorme, comme ça joue, je n’avais encore jamais vu ce groupe sur scène et je ne suis vraiment pas déçu, ils étaient passé à l’Olympia en 2019, mais je n’avais pas honoré la date, du coup la séance de rattrapage était plus que la bienvenue, avec l’annonce d’u nouvelle album pour cette année.

Ils nous offriront un duo de vieux morceaux tirés de Death Cult Armageddon et de Enthrone Darkness Triumphant, juste avant de finir par le rituel, bon comme il dit, mais c’est un titre du dernier album…. Rite Of Passage, et du coup, comme on dit, la messe est dite…grosse baffe, sortie sans problème et bouchon à plus de minuit pour rentrer et aller mettre la viande dans le torchon à presque 1h00 du matin, pfffff, merci et bienvenu le télétravail demain… Bonne Nuit !


SETLIST DIMMU BORGIR

Intro

The Unveiling

Interdimensional Summit

The Chosen Legacy

The Serpentine Offering

Gateways

Dimmu Borgir

Puritania

Ætheric

Council of Wolves and Snakes

Progenies of the Great Apocalypse

Mourning Palace

Rite of Passage


Related posts

FLOTSAM & JETSAM – DEW SCENTED – IZEGRIM @Petit Bain Paris

Stephan Birlouez

COLDRAIN – Wage War – Counting Days

Stephan Birlouez

SUM 41 + NEWDRIVE + HOLLERADO @Le Trianon Paris

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.