Among The Living
Live Report

DOGSTAR – LEMAN @La Cigale Paris

DOGSTAR – LEMAN

La Cigale Paris – 03 juin 2024

 


C’est un sold-out annoncé ce soir à la Cigale Paris, avec un groupe à l’affiche qui attire tant pour “voir” que pour entendre. DOGSTAR vient défendre son dernier opus Somewhere Between the Power Lines and Palm Trees sorti en 2023. Le groupe à l’initiative de Keanu Reeves pose ses flight cases à Paris pour une date unique.

En ouverture on trouve LEMAN, chanteur à textes suisses chantant en français et dont la place ce soir pouvait sembler quelque peu “incongrue”.
Visiblement ce n’était pas l’avis de la salle, La Cigale lui faisant un accueil incroyable.

LEMAN interpelle à bien des égards. Tout d’abord par sa voix incroyable et son humour bien senti. Sous ses airs de gentil garçon, il livre des chansons aux textes engagés et mordants.
Pour preuve, cette très bonne reprise de Vivre ou survivre (Ballavoine) sur laquelle il excelle avec son timbre parfois énervé et où il arrive à placer un message pour Gaza dans le texte.
Les coups de griffes sont là et souvent acérés.
Il se livre, explique ses chansons, et l’on sent un artiste à fleur de peau. Le public est acquis.
LEMAN aura droit à une ovation non feinte au moment de se quitter, et c’est bien mérité.



Place aux DOGSTAR maintenant, qui font leur entrée devant une salle hystérique. C’est un carton plein pour Keanu REEVES et ses acolytes ce soir, avec un public bigarré allant de 7 à 77 ans. On voit même quelques T-Shirt à l’effigie de John Wick, portés par de jeunes enfants mais pas seulement.
Alors qu’on se le dise, pour ma part les DOGSTAR c’est avant tout une bande de potes qui se font plaisir. Et musicalement (c’est mon ressenti hein), c’est un peu convenu et trop tranquille pour moi. Alors oui, je suis le bon spectateur à convaincre ce soir.
Ces considérations faites, qu’en est-il dans les faits? Et bien ça fait le boulot, sans pour autant révolutionner le Rock. C’est très “mainstream” sans être vraiment inventif. On navigue dans une pop rock tirant parfois vers un new wave bon enfant.
Bret Domrose est un guitariste aguerri autant qu’un bon chanteur. Il est également le principal compositeur du combo. Même topo pour Robert Mailhouse aux fûts : c’est carré et sans fioriture.
Et le bassiste dans tout ça? Force est de constater que Keanu Reeves n’est pas là pour faire de la figuration. Il maîtrise sa basse et est même plutôt bon et efficace. Scéniquement parlant, il est plutôt discret, comme à la ville.
La part belle sera faite au dernier opus bien sûr. Il faut dire que leur production est plus qu’épisodique et espacée. Deux albums en 25 ans, ils ne courent pas après le succès.
Avec quelques titres un peu énervés, le trio sait se faire mordant avec des morceaux comme Everything Turns Around ou encore Overhang. La reprise de Just Like Heaven de THE CURE sera assurément un des moments forts de cette soirée.

Avec un set d’1 heure 10 au compteur, les DOGSTAR ont fait le boulot et visiblement le public est de cet avis. Un au revoir rapide et quelques sourires de Keanu seront les cadeaux offerts à une salle acquise et heureuse.
Finalement ce fut plutôt une bonne soirée, très ancrée dans les 90’s et convenue.


Related posts

EPICA – APOCALYPTICA – WHEEL @Le Zenith Paris

Stephan Birlouez

DAGOBA – ABORTED – GOROD – HACRIDE au Bataclan

Stephan Birlouez

HELLFEST Open Air 2014 Day 1

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.