Among The Living
Live Report

DRAGONFORCE – FROZEN CROWN @ La Machine du Moulin Rouge Paris

DRAGONFORCEFROZEN CROWN

La Machine du Moulin Rouge Paris
Mardi 11 Février 2020

Dragonforce - frozen crown


DragonForce, la mutation powergaming

Aucun doute, le power metal a bien des adeptes dans la Capitale ! C’est ce que prouve une Machine du Moulin Rouge gonflée à bloc, survoltée et surtout Sold Out pour la venue du phénomène d’Outre-Manche dans l’Hexagone. Comment faire patienter au mieux une salle de concert pleine à craquer, si ce n’est en lui proposant une formation du même acabit en guise d’appetizer

En bons ambassadeurs de ce précepte, les milanais de Frozen Crown ouvrent le bal. Rien de nouveau sous le soleil pour la réunion power sympho ritale, sympathique mais peu prenante. Sur le marché depuis 2017, le jeune groupe s’enferme dans un lyrisme peu captivant car surfait, s’inscrivant dans une mouvance lassante – épuisée à force d’avoir été surexploitée comme jamais depuis plus d’une quinzaine d’années. Peu éloigné de Leave’s Eyes ou Visions of Atlantis, Frozen Crown manque d’innovation. Seule véritable pépite de ce live expéditif, Thalìa Bellazecca marque les esprits de sa beauté solaire. Illuminée par ses racines cubaines au piquant insolite, la bassiste de 19 ans est assurément armée pour avancer auprès des grands du métier ! Plus accrocheuse que la frontlady Giada Etro, la miss s’affirme à coup de riffs sans fausse note. Affaire à suivre… 

Au tour de DragonForce d’enflammer la salle culte, connue comme ex ”Loco” pour les plus anciens. Au vu du jeune âge de bon nombre de fans, peu ont dû la connaître sous ce nom-là ! Les teens nés post-années 2000 se précipitent vers les premiers rangs sans surprise, certainement fascinés par le côté flamboyant de ce groupe rassembleur. Et comment ne pas plaire aux ados, lorsque l’on arbore les étendards d’un rétrogaming épique ? Plus qu’un groupe, DragonForce incarne un hommage aux jeux vidéo les plus emblématiques, entre Final Fantasy et les quêtes de Donjons et Dragons. Et ça prend chez les 10-20 ans. Aussi rêveuse et intense que l’on peut l’être à quinze ans, l’audience  juvénile n’est pas là pour faire semblant ! 

Il faut avouer que les gaillards débarqués de Grande-Bretagne ne lésinent pas sur le décorum. Bornes d’arcades gargantuesques et dragon sculpté aux yeux faits de braise ardente, la scénarisation est de mise. Le plongeon au coeur d’une fantasyland surjouée a beau suinter l’artificiel, il hypnotise sa fanbase dévouée sans grand mal. Depuis ‘99, DragonForce surfe sur une nouvelle vague de metal contemporain. Avec un neuvième album au compteur, les lead guitaristes et fondateurs Herman Li et Sam Totman n’ont plus rien à prouver. Actuellement mené par Marc Hudson, chanteur à l’essence glam et à l’allure eighties poussée à son paroxysme, le groupe garde le nord malgré un changement de line up – le charismatique Fred Leclercq, jusqu’alors pilier du groupe, laisse place à Alicia Vigil à la basse. 

Alors que la fosse se mue en mosh pit brutal et anarchique, plus proche d’un pogo metalcore que heavy metal, les rockers enchaînent des riffs militaires à la complexité indiscutable. Pensante et complexe, l’instru se veut aussi virtuose que surjouée. Ce speed survolté et innarêtable est techniquement irréprochable, ne laissant aucune place à l’impro. A se demander si le groupe n’aurait pas vendu son âme au détriment d’une sensibilité brute, fondée sur une imperceptible imperfection ! L’émotion est difficile à saisir, tant l’ensemble est sous contrôle de façon démentielle. “The fastest band in metal” porte bien son titre, pour le meilleur ou…à vous de voir. 


Related posts

DUFF MCKAGAN – SHOOTER JENNINGS @Le Trabendo – Paris

Stephan Birlouez

Brian « HEAD » Welch « Maintenant je vois ! »

Emmanuelle Neveu

NASHVILLE PUSSY – PETER PAN SPEEDROCK – JOHNNY ON THE SPOT

Stephan Birlouez

Lacher un commentaire

* Utiliser ce formulaire implique que vous êtes d'accord pour que nous stockions les informations que vous nous confiez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.