MAJOR ARCANA

VERSET ZERO
NOSTROMO & DEHN SORA
REGARDE LES HOMMES TOMBER & HANGMAN’S CHAIR
ALCEST & PERTURBATOR

Le Trianon Paris
Mercredi 25 Septembre 2019

MAJOR ARCANA : VERSET ZERO NOSTROMO & DEHN SORA REGARDE LES HOMMES TOMBER & HANGMAN’S CHAIR ALCEST & PERTURBATOR  Le Trianon Paris

 


On se retrouve avec Stephan, dans la file d’attente devant le Trianon, à se poser une seule et même question : Qu’est-ce que ça va être ce soir comme concept ?
J’ai entendu plein de choses différentes sur la manière dont cela allait se dérouler, mais surtout que les groupes joueraient ensemble… mais voilà, est-ce qu’ils ont répété des morceaux, y en aurait-il qu’un ensemble et un chacun ?…en fait, on ne sait pas grand-chose…bref, on verra bien

C’est donc VERSET ZERO qui ouvre la soirée par une espèce électro dark ambient, dont on aurait su se passer Stephan et moi allègrement, car nous ne sommes absolument pas réceptifs à ce qui se passe sur la scène à ce moment, on en profite donc pour se désaltérer.


Arrive donc l’Acte I : La Mort avec NOSTROMO et DEHN SORA en même temps sur scène, ce dernier qui nous envoie une nappe bien planante et noire en guise de préambule, puis « Stillborn Prophet » arrive mais dans une version différente, la présence de DEHN SORA en est la raison, le son n’est pas top, c’est un peu brouillon, mais je m’en sors… Raphael, le sondier, m’avouera après le show que les conditions étaient loin d’être optimum lors des balances (les pires du groupe, selon eux). « Pull The Pin » enchaine, le son s’ameliore et « As Quasars Collide » prend une ampleur impressionnante, dans cette version. DEHN SORA apporte une touche électro, une guitare à l’archer et des backing vocals ambient du meilleur goût, je me mets à croire à une version physique immortalisant cette rencontre… NOSTROMO instrumentalise « Solvah » morceau de DEHN SORA, puis ce dernier remet une couche ambient et « Rude Awakening » déboule et me tire les poils, juste énorme, la version est parfaite, franchement, le son est désormais top (merci Raphael pour le boulot). NOSTROMO n’est plus à présenter, mais dans cette version « duo », les morceaux prennent une ampleur incroyable, je pense à « Uraeus » avec son intro bien mortelle et le bottage de cul quand elle démarrera, juste énorme enchainée par « Superbia » qui finira par mettre tout le monde d’accord sur la grandeur du vaisseau d’Alien et continuera d’écraser tous ces petits hipsters venus faire les curieux sous le jouc d’une soirée Redbull…

 

NOSTROMO & DEHN SORA setlist

-(Unknown) (Industrial/Ambient Improvisation Of Dehn Sora)

-Stillborn Phrophet

-Pull the Pin

-As Quasars Collide

-Solvah (Seperah Teh 1) (Treha Sektori cover)

-(Unknown) (Industrial/Ambient Improvisation Of Dehn Sora)

-Rude Awakening

-Epitomize

-Uraeus

-Superbia




Le retour, toujours pas nécessaire de VERSET ZERO, comblera le changement de plateau, car on risque d’avoir un peu plus de monde sur scène, lors du prochain acte. Pendant ce temps on se retrouve avec Stephan, afin de débriefer rapide sur l’énorme chose qui vient de se passer.

On passe donc à l’Acte II : Le Diable. Une petite intro ambient de deux minutes histoire de replonger dans la noirceur et les deux groupes entament « L’Exil » dans une version bien plus surprenante qu’à l’accoutumé car on a sept musiciens sur scène, REGARDE LES HOMMES TOMBER (RLHT) tous encapuchonnés, les HANGMAN’S CHAIR (HC) têtes nues, l’ambiance est divine et dans la normalité de la chose « A Sheep Among the Wolves » vient prendre le relais, et c’est là où je me surprends à (re)découvrir que le chant clair de Cédric (HC) arrive à prendre un sens en se donnant la réponse avec celui de Thomas (RLHT), le rendu est magique. C’est après ces 20 minutes de RHLT que les neuf gaillards s’attaquent à « Banlieue triste » de HC, j’adore tellement cette intro, et comme d’habitude, je serre les dents pour l’arrivée du chant (avec lequel, j’ai plutôt du mal) mais là c’est une déferlante énorme de son qui déboule. Imaginez deux batteries, trois guitares, deux basses, deux chanteurs, je n’en reviens pas, ben merde, ça me tire les poils (encore), « Naive », c’est Thomas de RHLT qui entame la partie chant, et Cédric qui lui répond, c’est énorme, puis « Can’t Talk » je ne m’en remets pas, les titres passent tout seul dans ces versions, ils finiront par une impro doom/Sludge de toute beauté, chapeau les gars car l’exercice n’était pas simple.

               

REGARDE LES HOMMES TOMBER & HANGMAN’S CHAIR Setlist

-L’Exil (RHLT)

-A Sheep Among the Wolves (RHLT)

-Banlieue triste (Hangman’s Chair cover)

-Naïve (Hangman’s Chair cover)

-Can’t Talk (Hangman’s Chair cover)

-Unknown (with Hangman’s Chair) (Doom/Sludge final Improvisation)




Deuxième round terminé, l’éternel retour de VERSET ZERO toujours autant brouillon pour ma part, et, je me rends compte en fait que ça ne me correspond pas du tout à ce moment-là, j’ai pas envie de ce truc, bref… je retrouve Stephan pour un petit débriefing, et je file faire la connaissance de Charly, qui tient le merchandising de NOSTROMO. En fait, avant ce soir, on ne se connaissait que vie Facebook et Messenger, donc il était important de remédier à ça, et de revenir à une relation à l’ancienne d’humain à humain….

Dernier acte, Acte III : La Roue de la Fortune, pour moi ce sera découverte des deux artistes, car je ne connais ALCEST que de nom, je crois que mon ancien boss, Denis, aimait bien ce groupe et quant à PERTURBATOR, j’ai écouté vite fait avant de venir, et ça à l’air bien dans l’espace, d’autant plus qu’avant le show, Raphael m’a confirmé que ça risquait d’être bien planant comme set, vu les balances auxquelles il a assisté.

C’est donc un autre concept qui se met en place, PERTURBATOR avec Neige guitariste chanteur d’ALCEST, pour trois nouveaux titres de PERTURBATOR, juste en duo bien intimiste, mais pas mon truc. Puis démarre ALCEST avec PERTURBATOR en plus, un peu à la façon de NOSTROMO & DEHN SORA, et là je découvre des put***s de riffs qui envoient vraiment, mais je bloque sur le chant, avec lequel ça ne passe pas, pourtant musicalement, ça envoie vraiment, grosses ambiances, gros riffs, mais voilà, je n’y arrive pas, dommage, ce sera tout de même un beau set.

ALCEST & PERTURBATOR setlist
-Unknown (New Perturbator song with Neige from Alcest on guitar)

-Unknown (New Perturbator song with Neige from Alcest on guitar)

-Unknown (New Perturbator song with Neige from Alcest on guitar)

-Kodama (with Perturbator)

-Sapphire (with Perturbator) (New song first time played live)

-Protection (with Perturbator) (New song first time played live)

Voilà la soirée se termine, je me retrouve dans le hall du Trianon, à attendre mon pote Charly, pour un dernier « hug ». La soirée aura vraiment été sympa et surprenante car je n’imaginais pas du tout un tel plaisir, j’avoue que j’étais vraiment sceptique, rien que par le fait que ce soit organisé par Redbull, qu’il y ait des caméras de Arte partout, et que 50 % du public n’était pas celui que l’on retrouve habituellement dans les différents concerts, et bien, malgré tout ça, c’était une super bonne soirée, cool.



 

Leave a reply

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Qui sommes nous

Une équipe animée par une passion commune des ambiances live, collant au plus près de l’actualité musicale. Among The Living vous fait (re)vivre des moments forts à travers ses articles. Enjoy !

Nous suivre

Nous contacter

Among The Living © 2019